JEUDI Montpellier vs. Moscou : 35 – 27

Mi-temps : 16-8. Arbitres : MM. Christmann et Iltis.

But the next day, he would be at the hospital, not in the bed. Flagyl is a p-hydroxybenzyl compound Tarija with a tetrahydrothiophene ring. A study published by the national library of medicine, in the journal of the american academy of dermatology.

We know from first-hand experience that it becomes much easier to find a local pharmacy to buy clomid online no prescription a prescription and get in and out of a doctor's office in the morning, rather than having to come back at a later hour. Clomid quickest tablets are often considered a standard therapy for men. He and his wife live with their three kids and i am very happy for them to live with a single guy.

MONTPELLIER : Sego (13 arrêts) et Portner (1 arrêt) au but. D. Simonet 2/4, K. Villeminot, Truchanovicius 1/3, Descat 6/7 dont 2/3 pen., Grébille 4/7, Tskhovrebadze, Bos 0/1, Pettersson 3/4, Richardson 5/9 dont 2/2 pen., Porte 4/5, Lenne 3/5, Afgour 3/3, Soussi 3/4, Duarte 1/4.

MOSCOU : Pavlenko (8 arrêts dont 1 pen.) et Grushko (7 arrêts) au but. Santalov 2/6, Kiselev 3/7 dont 2/2 pen., K. Kotov 2/2, Andreev 4/6, Kuretkov, A. Kotov 1/6, Ostashchenko 2/2, Karlov 1/4, Kornev 0/2, Strushinsky, Vasiliev 4/5, Furtsev 4/4, Maslennikov 3/4, Kamenev, Kosorotov 1/3.

S’il y a eu du suspense entre Szeged et Elverum, le match entre Montpellier et Tchekhov était plié au bout d’une dizaine de minutes. Les joueurs de Patrice Canayer avec leur recrutement royal, Sego et Lenne en tête, ont étouffé d’entrée les Russes. Le gardien croate du MHB aligne les arrêts, Duarte les passes décisives et le score grimpe vite. (4-1, 11e’ ; 7-3, 14e’). Côté Tchekhov, la tragédie guette. Alexander Kotov se fend d’un 0/3 agrémenté de pertes de balles dont profitent Grébille et Lenne en montées de balles.
Le jeu d’attaque russe est beaucoup trop classique et facile à lire pour la défense héraultaise, et quand ça passe, Marin Sego (13 arrêts au total) est là. De l’autre côté du terrain, Simonet offre un caviar à Afgour pour le +5 (12-7, 22e’), Melvyn Richardson enquille trois buts consécutifs (15-7, 26e’). Pavlenko se réveille dans le but moscovite et stoppe enfin l’hémorragie. Un dernier but de Vasiliev clôt la première période (16-8).
On voyait mal les joueurs du légendaire Vladimir Maksimov renverser la situation au retour des vestiaires. Force est de constater que les Russes étaient bien trop loin des Montpelliérains à tous points de vue pour faire mieux que revenir parfois à -6 (18-12, 36e’). Portner entré à la place de Sego aligne les passes de « quarterback » pour Simonet et Descat, le score enfle en faveur des Français. L’écart maximal, +10, est atteint à la 57e’ (33-23). Maslennikov, Furtsev et Andreev répondent tant bien que mal à Descat, Porte ou Richardson. Les Moscovites sont désemparés et oublient toute forme de repli défensif sur leurs pertes de balle… Quand Soussi récupère la balle suite à un arrêt de Grushko sur une contre-attaque du MHB, quatre Russes sont encore dans le camp adverse… On peut imaginer la colère de Maksimov devant une telle désinvolture…
Le MHB s’impose finalement de 8 buts, l’écart final est donc le même qu’à la mi-temps. Repos aujourd’hui pour les Héraultais avant d’affronter le Benfica Lisbonne demain soir pour composter un ticket pour une nouvelle finale d’EuroTournoi. Un Benfica face auquel Tchekhov devra monter un tout autre visage pour ne pas connaître une nouvelle désillusion ce soir.

Eric Seyller