1996

Troisième édition et troisième formule… L’EuroTournoi se cherche encore un peu. Pour cette édition 1996 qui se déroule juste après les JO d’Atlanta, il a été décidé de répartir les équipes en deux poules de 4 sous forme de mini championnat. Toujours dans les salles du Tivoli et du Centre Sportif de la Robertsau mais cette fois-ci sur 4 jours.
Les équipes françaises sont de nouveau en force avec 5 représentantes car le club local de La Robertsau remplace au pied levé l’équipe nationale du Maroc qui a déclaré forfait. Aux côté des strasbourgeois on retrouve Créteil le tenant du titre Istres et Sélestat comme en 95 mais le Paris SG remplace Montpellier. Du côté étrangers on retrouve les voisins allemands de Schutterwald ainsi que deux nouveaux venus : les lituaniens de Kaunas et les slovènes de Celje avec dans leurs rangs quelques uns des tous frais champions olympiques croates.

  • Le joueur sur l’affiche est Guéric Kervadec de Créteil
  • Retrouvez plus de détails dans les archives de l’EuroMag

Pour la première fois une équipe étrangère parvient en finale et de plus la gagne puisque Celje domine le Paris SG de Lathoud et Monthurel sur le score de 24 à 23 dans une finale d’un niveau et d’un suspens qui resteront à jamais dans l’histoire du tournoi.
Pour la 3ème place, les lituaniens de Kaunas battent nettement 28 à 22 Schutterwald qui signera là sa dernière apparition à l’ET dû à un comportement très peu sportif de ses joueurs et dirigeants.
Istres prend la 5ème place aux dépends de Créteil après une séance de tirs aux buts d’anthologie (26-26 puis 5-4)
Enfin La Robertsau évite la dernière place qu’elle laisse à Sélestat sur le score de 24 à 20.

Palmarès : 1. Celje, 2. PSG-Asnières, 3. Kaunas, 4. Schutterwald, 5. Istres, 6. Créteil, 7. Robertsau, 8. Sélestat

Meilleur joueur : Denis Lathoud (PSG)
Meilleur gardien : Dejan Lukic (PSG)
Meilleur buteur : Magnus Andersson (Schutterwald) 31 buts

 


Les matchs en détail

Mercredi 28 Aout 1996

CELJE 31  –  SCHUTTERWALD 24

Hall Tivoli – Mi-temps: 17-14. Arbitrage de MM. Créteaux et Campener. Environ 200 spectateurs. CELJE. — Lapajne (tout le match, 15 arrêts) aux buts, Safaric, Pajovic, Vugrinec, Serbec 4 dont 1 pénalty, Nacinovic 1, Cvijic 4, Jelcic 7 dont 3 pénalties, Stefanovic 6, Pungartnik 6, Tomsic 2, Simon, Podpecan, Santl 1. Entraîneur: Zdravko Zovko et Miro Pozun. SCHUTTERWALD. — Kieffer (1°…°-30°’, 9 arrêts dont un pén.) et Fries (30°-60°’, 7 arrêts) aux buts. Engel 7, Bender, Kempf, Stahl 3, Pulinna, Andersson 6 dont 2 pénalties, Reuter 3, Larsson 2, Schmidt 2, Wiedemann, Berblinger 1. Entraîneur: Martin Heuberger.
Après un début de match équilibré, les Slovènes de Celje n’ont pas éprouvé de réelles difficultés pour s’imposer face aux allemands. Revenue au plus haut niveau, on attendait avec curiosité ce premier match de l’équipe de Schutterwald où évolue les deux internationaux suèdois (Larsson et Andersson). Mais tout le talent d’un Magnus Andersson , ses accélérations, ses passes parfaite et sa réussite devant le but (6 buts) ne sauraient suffire à rendre son équipe invulnérable. Plus rapides et plus forts physiquement, les Slovènes ont pris l’ascendant dès la fin de la première période pour ne plus jamais se laisser inquiéter par des allemands devenus trop fébriles et multipliant les maladresses. Auteur de sept buts, Olivier Engel tirait bien son épingle du jeu alors que ses coéquipiers accumulaient les tirs non cadrés ou touchants le bois. Il faut avouer qu’en face, Pungartnik, Jelcic ou le très puissant Stefanovic ne manquaient pas, eux, de réussite. C’est Serbec qui organisait l’attaque Slovène et déstabilisait régulièrement la défense allemande par ses nombreuses accélérations. On les disait «favoris» de ce tournoi, les Slovènes de Celje n’ont pas raté leur entrée et sembleraient en garder beaucoup en réserve, pour le cas où, il faudrait sortir le grand jeu.
L. Lamard

 

CRETEIL 23  –  SELESTAT 19

Hall Tivoli – Mi-temps: 7-13. Arbitrage de MM. Denecken et Vogel. Plus de 200 spectateurs. CRETEIL. — Pellier (1°…° – 30°’, 9 arrêts), Lassaut (30° – 60°’, 3 arrêts) aux buts. Pellier, Abati 6, Bouriot, Duchemann 1, Houlet 4, Kervadec 3, Lepetit 1, Louis, Remili 1, Roche, Sapet 2, Szlendak 5. Entraîneur: Thierry Anti. SELESTAT. — T. Omeyer (1°…° – 17°’ et 30° – 50°’, 16 arrêts dont 1 pén.), Boulaghien (17° – 30°’ et 50° – 60°’, 1 arrêt) aux buts. T. Omeyer, C. Omeyer 1, Durban 2, Gateau 2, Wick, Schmidt 3, Lhou Moha, Stachnick 3, Berthier 4, Amrein 1, Bapst 1, Barassi 1, Gander 1. Entraîneur: Radu Voina.
Bravo les petits!
‘Les jeunes joueurs de Sélestat ont très bien tiré leur épingle du jeu hier face à l’équipe de Créteil. En première mi-temps, Jöel Abati a fait la démonstration de tout son talent, transformant trois pénalties et marquant un but. ‘A la 8°’, suite à une passe mal-ajustée pour Créteil, Stéphane Schmidt traversait tout le terrain et ramenait le score à 3-4. Le jeune Sélestadien aura même l’occasion de bisser quelques minutes plus tard, sur une nouvelle balle perdue par Créteil (5-6 à la 15°’). ‘Menés 7-13 à la mi-temps, les Alsaciens réussissaient à remonter à un point de leurs adversaires en deuxième mi-temps. Une première fois sur un but de Stachnnick à la 14°’ (14-15). Puis à la 16°’ avec Durban (15-16) alors que Szlendak avait marqué entre temps. Amrein sur une superbe passe en aveugle de Berthier, permettait ensuite à Sélestat de revenir 19- 22. ‘Mais à leur tour, les Bas-Rhinois commettaient quelques fautes et Guerrit Kervadec se chargeait d’augmenter le score à la toute dernière minute (19-23). Les spectateurs ont pu assister hier à une partie équilibrée. L’équipe de Sélestat a montré qu’elle avait du coeur.

 

ROBERTSAU 22  –  Paris S-G 29

Centre Sportif de La Robertsau – Mi-temps: 10-14. Arbitres: MM. Bord et Buy. Environ 400 spectateurs. ROBERTSAU: — P. Weiss (1°…°-30°’, 4 arrêts) et M. Weiss (31°-60°’, 4 arrêts) aux buts. Brill 1, Wolf 1, Schneider 4, Chazoule 7 (2 pen), Muller 1, Gilbert 4, Arnold 2 (1 pen), Jeantet 2, Billard, Siegel, Simeon, Nicora. Entraîneur: Vincent Bléger. PARIS S-G: Lukic (1°…°-54°’, 11 arrêts) et Kaninka (55°’-60°’, 1 arrêt) aux buts. Cordinier 2, Delaire 1, Latchimy 6 (1 pen), Lathoud 8, Monthurel 1, Motte 2, Payet 4, Petreski 2, Hamandjiad 3, Leton, Farrenc, Racine. Entraîneur: Risto Magdincev.
Enfin, le PSG-Asnières, loin de sa meilleure forme à l’image de ses internationaux (ils faisaient leur rentrée hier soir) s’est défait plus difficilement que prévu d’une ASL Robertsau qui joua crânement sa chance (8-8 à la 20°). Schneider s’était mis en évidence mais la formation parisienne, au métier plus consommé, allait creuser un premier écart à la pause: 14-10, signé Lathoud (6 buts). ‘La Robertsau parvint à revenir à trois buts à la 35° (15-12) grâce notamment à Chazoule, avant que le PSG ne porte une seconde accélération sous l’impulsion de Latchimy (19-12, 40°). Il ne suffisait plus aux expérimentés franciliens à gérer leur avantage, ce qu’ils firent au mieux, l’emportant finalement 29-22.

 

Kaunas 32  –  Istres 22

Centre Sportif de La Robertsau – Mi-temps: 14-11. Arbitres: MM. Bader et Imloul. Environ 400 spectateurs. KAUNAS: — Vaskevicius (tout le match, 13 arrêts dont 1 pen) aux buts. Daugelas 5, Rasikevicius 2, Pauzouelis 5, Galkauskas 4, Skurdoskas 5, Marcinkevicius 3, Stelmokas 6 (3 pen), Klimcianskas 3, Petkevicius, Frovolas, Stropus. Entraîneurs: Valderamas Novickis et Modestas Prapakas. ISTRES: — Matra (1°…°-30°’, 4 arrêts) et Gaudin (31°’-60°’, 6 arrêts) aux buts. Reverdy 4, Munier 2, Saracevic 4 (1 pen), Duffet 1, Cochard 3, Dedu 6, Delon 2. Entraîneur: Jean-Louis Derot.
Emmenée par un superbe Stelmokas (6 buts), la formation lituanienne ne laissa jamais aux Istréens la direction des opérations (4-1 puis 6-3 à la 11°). Par l’intermédiaire de son champion olympique Saracevic, Istres revint bien à 9-9 (18°), faisant jeu égal jusqu’à 11-11 (24°), mais Kaunas boucla cette première mi-temps comme il l’avait débuté (14-11). ‘Jamais plus Istres ne parvint à refaire surface, les Lituaniens, par Stelmokas encore et Rasikevicius (quelle entente!) gérant parfaitement leur fin de match malgré les efforts de Dedu, l’international roumain (24- 16 à la 46°, 29-19 à la 55° et 33-22 pour finir). La surprise du chef.

 


Jeudi 29 Aout 1996

ISTRES 26  –  ROBERTSAU 23

Hall Tivoli – Mi-temps: 12-11 Arbitres: MM. Créteau et Campener. Environ 200 spectateurs. ISTRES. — Gaudin (1©…©-30©, 7 arrêts) et Matra (30©- 60©, 5 arrêts dont 1 pén.) aux buts. Cochard 4, Dedu 5, Begouach 1, Duffet 2 pénalties, Kious, Reverdy 3, Saracevic 6 dont 3 pénalties, Munier 1, Laurain 1, Delon P. 1, Derot 2, Gensoulen. Entraîneur: Jean-Louis Derot. ROBERTSAU. — M. Weiss (1©…©-30©, 5 arrêts) et P. Weiss (30©-60©, 8 arrêts) aux buts. Wolf 5, Schneider , Billard 1, Brill 6, Siegel 1, Nicora, Muller, Jeantet, Chazoule 2, Gilbert 3, Simeon 4, Arnold 1 Entraîneur: Vincent Bléger.
Si les Istréens se sont laissés surprendre par les étonnants Lituaniens de Kaunas, ils n’ont pas raté leur deuxième rendez-vous malgré la bonne résistance des Strasbourgeois. D’entrée de jeu, Istres prenait le match en mains face à une équipe de la Robertsau fébrile et un peu maladroite. Mais, si Gaudin stoppait aisément les premiers assauts alsaciens, les locaux devinrent peu à peu plus précis et, en accélérant ils parvenaient à déstabiliser la défense adverse. Avec une régulière avance de trois buts, Istres ne semblait pas se sentir menacés et pourtant, menés 11-7 à la 23©’, les alsaciens allaient progressivement revenir au score pour boucler avec un seul but de retard à la pause (12-11). En seconde période, Istres allait à nouveau imposer sa domination pour mener 23-18 après le quart d’heure de jeu. On pouvait alors craindre le pire pour les alsaciens mais, sous l’impulsion de Wolf, ils allaient reproduire le même scénario qu’en fin de première période et venir inquiéter les Istréens en revenant à 24-23 à la 57©’. Istres allait finir par s’imposer sans réellement avoir convaincue, à l’image de son champion olympique Saracevic (6 buts sur 15 tirs) qui nous avait habitué à mieux. Quant aux Robertsauviens, ils n’ont pas à rougir de cette défaite car de Brill en passant par les frères Weiss, ils se sont tous engagés à fond dans ce match et tentés leur chance jusqu’à la fin.
L. Lamard

 

KAUNAS 25  –  PSG 27

Hall Tivoli – Mi-temps: 9 – 14. Arbitres: MM. Denecken et Vogel. Environ 400 spectateurs. KAUNAS. — Petkevicius (1°…°-60°’, 12 arrêts dont 2 pen.), Skurdoskas 5, Daugelas 3, Frovolas, Klimeiauskas, Galkauskas 5, Marcinkevicius, Stropus, Pauzouelis 7 dont 1 pen., Stelmokas 5 dont 1 pen., Rasikevicius. Entraîneur: Valderamas Novickis et Modestas Prapakas. PSG. — Lukic (1°…°– 60°’, 15 arrêts dont 2 pen., Racine, Leton, Cordinier 2, Lathoud 9 dont 1 pen., Petresky 4 dont 2 pen., Farrenc, Monthurel 1, Motte, Hamandjid 2, Kaninka, Latchimy 7 dont 3 pen., Payet 2, Delaire. Entraîneur: Risto Magdincev.
Hier, face aux coéquipiers de Denis Lathoud, les Lituaniens de Kaunas ont souffert, eux qui pourtant s’étaient imposés la veille avec dix buts d’avance face à Istres. Au début de cette rencontre très engagée physiquement, les Parisiens se sont très souvent retrouvés dans le camp de leurs adversaires. Egal à lui-même, Denis Lathoud (cinq buts en première mi-temps) a été omniprésent. Le champion du monde, jamais avare d’efforts, a enchaîné de superbes combinaisons avec Bernard Latchimy (trois buts en première mi-temps) notamment. Quand l’un ne marquait pas, il donnait la passe décisive pour l’autre. Vraiment ces deux-là ont assuré le spectacle hier! ‘Le début de la deuxième période s’est déroulé sur un rythme très rapide, les Lituaniens, menés 14-9 voulant réduire la marque. Pour les aider dans leur entreprise, ils pouvaient compter sur leur gardien Petkevicius, auteur de quelques superbes arrêts. Menés de quatre points à la 36°’, les Lituaniens ont ensuite fourni leur effort pour revenir à 22-20 à la 52°’. Mais les joueurs de Kaunas se sont ensuite montrés fébriles et étaient de nouveau menés 26- 22 à deux minutes de la fin. Les dernières soixantes secondes de jeu ont été bien remplies avec pas moins de quatre buts! Les lituaniens sont d’abord revenus à 26-24 grâce à Galkauskas et Pauzouelis. Puis, Lathoud a inscrit son neuvième but (27-24) de la partie. Le dernier mot est ensuite revenu aux joueurs de Kaunas grâce à Skurdoskas.

 

SCHUTTERWALD 24  –  CRÉTEIL 18

Centre Sportif de La Robertsau – Retour à la Robertsau avec un Schutterwald-Créteil placé sous le signe du physique. Les Allemands, un brin nerveux, ouvraient la marque par Magnus Andersson. Créteil, très appliqué en défense, déployait son dispositif. Basée sur un redoutable tandem Abati- Kervadec, l’attaque cristolienne faisait mouche. ‘Schutterwald ne se démontait pas. Andersson, très adroit, assurait le spectacle et un magnifique tir à la hanche d’Engel concluait la première mi-temps. Au repos, toujours pas moyen pour Créteil de faire la différence malgré les efforts de Louis et Lepetit. C’est à ce moment que les Suédois de Schutterwald choisissaient d’un commun accord de placer la barre encore un peu plus haut. ‘Cinq buts de Larsson, quatre d’Andersson et voilà Schutterwald qui s’envolait (18-15, 42° puis 22-18, 55°). Houlet et Abati répliquaient mais le break était fait. Une dernière fusée d’Andersson assurait la victoire allemande.

 

SÉLESTAT 26  –  CELJE 24

Centre Sportif de La Robertsau – Sélestat – Celje était sans conteste le match du jour. Un petit bonheur de handball entre deux équipes de niveaux différents. Mais hier soir sur le parquet de la Robertsau, il n’y avait plus de complexes. Emmenés par un Stéphane Schmidt conquérant, un Thierry Omeyer déchaîné devant son but (12 arrêts) et des jeunes joueurs pleins de culot, les Sélestadiens n’ont cessé de faire des pieds de nez aux Slovènes. ‘Egalité parfaite au repos et jusqu’à la 50° (20-20). Il fallut l’intervention de Pajovic et le réveil de Lapajne dans les buts pour que Celje se mette enfin à l’abri. Contrat rempli pour Sélestat dont personne n’oubliera les deux ”kung-fu”: le premier du jeune Silber pour Lhou Moha, le second de Lhou Moha pour Karcher. Superbe.

 


Vendredi 30 Aout 1996

CELJE 17  –  CRETEIL 20

Hall Tivoli – Mi-temps: 6-13. Arbitrage de MM. Bord et Buy. Environ 200 spectateurs. CELJE —Lapajne (1°…°-33° et 53°-60°, 5 arrêts) et Podpecan (33°-53°,1 arrêt dont 1 pén.) aux buts. Safaric, Vugrinec 1, Serbec 6, Nacinovic 3, Pajovic 1, Jelcic 2 dont 1 pén., Pungartnik 1, Tomsic, Cvijic 1, Simon 2, Santl. Entraîneur: Zvoko Zdravko. CRETEIL —Pellier (1°…°-30°, 7 arrêts dont 1 pén.) et Franck (30°-60°, 11 arrêts) aux buts. Bouriot 1, Mantes 2, Roche, Lepetit, Sapet 1, Ducheman 1, Szlendak, Houlet 6dont 3 pén., Kervadec 2, Louis 6, Abati 1, Remili. Entraîneur: Thierry Anti.
Créteil avait soif de revanche est s’est imposée assez facilement malgré une fin de match un peu laborieuse. Affaiblis par l’absence de Stefanovic (champion olympique) et Puc, blessés, les slovènes ne parvenaient pas à déstabiliser la défense des Cristolliens. En choisissant de passer au centre, Serbec et ses coéquipiers échouaient régulièrement sur Kervadec ou Lepetit. Et dès l’ouverture des débats, Créteil va prendre le large pour mener 10-4 à la 25°’ et terminer à 13-6 après un triplé de Louis (6 buts, 6 tirs) impressionnant de force et de dextérité. En seconde période, les Slovènes renonçaient enfin à passer au centre et parvenaient peu à peu à revenir en réduisant l’écart à 4 buts (17- 13, 49°’). Le match devenait alors très électrique et Créteil semblait de moins en moins dans le coup. A 15-19, Frank arrêtait successivement deux tirs décisifs des Slovènes qui auraient pu relancer le match à cinq minutes de la fin. Louis en rajoutait un pour le compte de Créteil et Nacinovic réussissait un doublé pour terminer à 17-20. Malgré cette défaite, Celje fini première de sa poule, ex-equo avec Schutterwald et Créteil, mais c’est elle qui jouera la finale bénéficiant d’un meilleur goal average.

 

SCHUTTERWALD 34  –  SELESTAT 24

Hall Tivoli – Mi-temps: 15-11. Arbitrage de MM. Deneken et Vogel. Environ 300 spectateurs. SCHUTTERWALD— Chaloupka (1°…°-30°, 6 arrêts) et Kieffer ( 30°-60°, 8 arrêts) aux buts. Engel 3, Bender 2, Kempf 1, Stahl 2, Pulinna, Andersson 10 dont 5 pén., Reuter 4, Berblinger 1, Schmidt 2, Wiedeman, Gogg 3. Entraîneur: Heuberger Martin SELESTAT— Omeyer T. (1°…°-30°, 6 arrêts ) et Boulanghien (30°-60°, 5 arrêts) aux buts. Schmidt S. 3, Silbert, Andres, Berthier 7 dont 3 pén., Durban 1,Omeyer C. 7, Gateau 3, Amrien, Stachnick 1, Bapst, Karcher 2. Entraîneur: Voina.
Malgré un début de match tout à son avantage, la toute jeune équipe de Sélestat s’est inclinée logiquement face à des allemands plus rapides et mieux inspirés. Sélestat prit l’avantage d’entrée de jeu et menait au score jusqu’à ce que Andersson vienne rétablir l’équilibre à 6-6 à la 16°’. Après une nouvelle égalité à 8-8, les allemands allaient peu à peu creuser l’écart avec le tandem Andersson-Larsson qui fonctionnait à merveille. Avec seulement quatre buts de retard à la pause, les Séléstadiens pouvaient encore espérer mais les allemands plus expérimentés et plus forts physiquement allaient nettement faire la différence. Orchestrées par un splendide Magnus Andersson, les attaques de Schutterwald mettaient à mal une défense adverse trop fragile et parfois trop lente. Auteurs de sept buts chacun, C. Omeyer et Berthier se débattaient désespérément pour réduire le score mais les allemands étaient vraiment trop forts. Avec une régulière avance de huit buts 20-12 à la 39°, 24-16 à la 46°, Schutterwald allait écraser les Sélestadiens avec dix buts d’écart (34-24), facture un peu lourde pour les Alsaciens qui n’ont jamais démérité.

 

KAUNAS 27  –  ROBERTSAU 15

Centre Sportif de La Robertsau – Mi-temps: 10-5. Arbitres: MM. Créteau et Campener. Environ 500 spectateurs. ROBERTSAU: P. Weiss (1°…° – 30°, 7 arrêts) et M. Weiss (31° – 60°, 5 arrêts) aux buts. Schneider 1, Wolf 1, Brill 1, Siegel 1, Jeantet 1, Chazoule 5 (2 pen), Gilbert 1, Arnold 4, Billard, Nicora, Muller, Simeon. Entraîneur: Vincent Bléger. KAUNAS: Vaskevicius (1°…° – 50°, 12 arrêts) et Petkevicius (51° – 60°, 4 arrêts) aux buts. Skurdoskas 5, Daugelas 2, Frovolas 2, Klimeiauskas 3, Galkauskas 2, Petkevicius 1, Pauzouelis 1, Stelmokas 8, Rasikevicius 3. Entraîneurs: Valderamas Novickis et Modestas Prapakas.
Face aux champions de Lituanie, les jeunes robertsauvien ont donné le meilleur d’eux même mais ils furent continuelement dominés tant physiquement que tactiquement. Il faut dire que trois matchs de ce niveau en trois jours celà laisse fatalement des traces pour des joueurs non professionnels. La Robertsau réalise cependant un bon tournoi et l’on verra cet après midi si les quelques réserves que ses joueurs ont encore en eux suffiront à vaincre la vivace équipe de Sélestat.

 

ISTRES 23  –  PARIS S-G 25

Centre Sportif de La Robertsau – Mi-temps: 12-12. Arbitres: MM. Bader et Imloul. Environ 700 spectateurs. ISTRES: Gaudin (1°…° – 30°,42° – 60°, 11 arrêts dont 1 pen) et Matra (31° – 41°, 2 arrêts) aux buts. Cochard 6, Dedu 1, Duffet 2 pen, Reverdy 3, Saracevic 8 (3 pen), Delon 2, Munier 1, Begouach, Kious, Laurain, Derot. Entraîneur: Jean-Louis Derot. PARIS S-G: Lukic (tout le match, 9 arrêts) aux buts. Cordinier 4, Lathoud 7, Petresky 4 (3 pen), Monthurel 5, Hamandjan 1, Latchimy 4, Leton, Farrenc, Motte, Kaninka, Payet, Delaire. Entraîneur: Risto Magdincev.
C’est à nouveau à la Robertsau que le sol a tremblé hier soir. Entre Istres, très attendu, et le PSG, solide depuis deux jours, le combat ne pouvait être qu’électrique. Il l’a été. Si les Parisiens en cas de victoire étaient assurés de jouer la finale, Istres faisait toujours partie d’un groupe de quatre encore en piste pour semer le trouble. ‘Les Istréens démarraient à cent à l’heure avec un Saracevic déterminé. Mené 1-4 (8°), Paris se réveillait par Lathoud pour égaliser à 6-6 (14°). Le match devenait heurté sans aucun cadeau des deux défenses. Cochard sur son aile assurait avec des ”caviars” de Saracevic. Mais Istres était bloqué au centre avec un marquage implacable de Latchimy et Farrenc sur le Roumain Dedu. ‘Les deux équipes se tenaient jusqu’au repos (12-12) mais la tension avait encore monté d’un cran avec l’exclusion du coach parisien Risto Magdincev. A la reprise, Cochard remettait le couvert mais le duo Lathoud-Monthurel prenait les choses en main avec deux services successifs du ”grand” sur son pivot. ‘Le PSG décollait: 19-16 (43°) mais Istres revenait à un but (21-22 à cinq minutes de la fin). Deux arrêts décisifs de Gaudin entretenaient l’espoir mais Latchimy puis Monthurel ne tremblaient pas pour les deux derniers buts parisiens.

 


Samedi 31 Aout 1996

Centre Sportif de la Robertsau

Finale

CELJE 24  –  PSG-ASNIERES 23  

CELJE : Peric (tout le match, 17 arrêts) et Lapajne aux buts. Safaric, Vugrinec, Serbec 3, Nacinovic 1, Pajovic, Jelcic 4, Stéfanovic 6 (2 pen), Pungartnik 5, Tomsic 1, Cvijic, Podpecan, Simon, Santl.  PSG : Lukic (tout le match, 13 arrêts dont 1 pen), et Kaninka aux buts. Racine, Leton, Cordinier 2, Lathoud 3, Petreski 7 (5 pen), Farrenc, Monthurel 3, Motte 2, Hamandjiad, Latchimy 6, Payet, Delaire.

 

Finale 3-4

KAUNAS 28  –  SCHUTTERWALD 22  

Mi-temps 14-12. 1 000 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Créteaux et Campener.  KAUNAS : Petkevicius (tout le match, 12 arrêts dont 1 pen) et Veskevicius aux buts. Skurdoskas 3, Daugelas 1, Frovolas 4, Galkauskas 5, Pauzouelis 3, Stelmokas 12 (5 pen), Marcinkevicius, Stropus.  SCHUTTERWALD : Fries ( 1ere-10e, 1 arrêt) et Chaloupka (10e-40e 5 arrêts) et Kieffer (40e-60e 3 arrêts) aux buts. Engel 6, Bender 2, Pulinna 1, Andersson 5, Reuter 1, Larsson 4, Schmidt 2, Gogg 1, Berblinger, Wiedemann.

 

Finale 5-6

CRETEIL 26  –  ISTRES 26  

Istres vainqueur aux tirs aux buts (5-4)  Mi-temps 16-14. 600 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Deneken et Vogel.  CRETEIL : Pellier (1ere-30e et 50e-60e, 9 arrêts dont 1 pen) et Lassaut (30e-50e, 2 arrêts) aux buts. Bouriot, Mantes 2, Roche, Lepetit 2, Sapet 3, Duchemann 1 pen, Szlendak, Houlet 6 (1 pen), Kervadec 2, Louis 2, Abati 5, Remili 2.  ISTRES : Gaudin (1ere-30e et 40e-60e, 13 arrêts) et Matra (30e-40e, 2 arrêts) aux buts. Cochard 2, Dedu 4, Begouach 3, Duffet 1, Kious, Saracevic 8 (4 pen), Munier 5, Laurain, Delon 2, Derot.

 

Finale 7-8

ASL ROBERTSAU 24  –  SC SELESTAT 20  

Mi-temps 12-7. 500 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Bader et Imloul.  ROBERTSAU : M. Weiss (1ere-30e, 12 arrêts dont 1 pen) et P. Weiss (30e-60e, 5 arrêts) aux buts. Schneider 3, Billard, Brill 3, Siegel 3, Nicora, Wolf 5, Muller 1, Jeantet, Chazoule 6 (3 pen), Gilbert 2, Arnold 1.  SELESTAT : T. Omeyer (1ese-16e et 30e-40e, 4 arrêts) et Boulanghien (16e-30e et 40e-60e, 8 arrêts) aux buts. Schmidt 2, Barassi 4 (2 pen), Durban 1, C. Omeyer, Gateau 2, Amrein 1, Lhou Moha 4, Bapst 3, Wick, Andres 1, Silbert 1 pen, Golling, Gander 1.

 

Ce troisième EuroTournoi sera l’occasion pour le public alsacien de voir à l’oeuvre quelques uns des meilleurs joueurs au monde. Des médaillés olympiques à Atlanta (les Croates Puc et Saracevic ainsi que le Suédois Magnus Andersson) et cinq champions du monde 95 à Reykjavik (Lathoud, Monthurel, Kervadec, Gaudin et Munier). Sans compter les internationaux en tout genre, qu’ils soient Yougoslaves, Roumains, Macédoniens ou Lituaniens. Côté français Abati, Houlet, Lepetit (Créteil), Derot, Cochard (Istres) ou encore le régional Lhou Moha (Sélestat).

A tout juste trois ans, l’EuroTournoi jouit déjà d’une belle réputation. C’est ainsi que les organisateurs de cette manifestation, les responsables de l’ASL Robertsau et de l’AS Strasbourg, ont reçu quelques candidatures spontanées comme celle de l’ES Besançon, nouveau promu en Division 1. Les frères Seck (ex-Robertsau), Calic (ex- Racing) ou Vichot (ex-Sélestat) ne devraient pas tarder à faire leur entrée dans ce tournoi.  

On savait les organisateurs de l’EuroTournoi très liés avec leurs homologues du Challenge Marrane, ce dernier débutant la semaine prochaine. C’est à présent les responsables du tournoi de Cherbourg qui sont entrés en contact avec Vincent Narducci et les siens afin de coupler les deux manifestations.

Si vous avez des photos de cet événement, merci de nous contacter à cette adresse : et@car.fr afin de nous aider à compléter ces archives – Merci d’avance