VENDREDI Moscou vs. Lisbonne : 34 – 27

Mi-temps : 17-14. Arbitres : MM. Carmaux et Mursch.

MOSCOU : Pavlenko (9 arrêts dont 2 pen.) et Grushko (8 arrêts dont 1 pen.) au but. Santalov 1/3, Kiselev 10/14 dont 4/5 pen., K. Kotov 3/3, Andreev 0/1, Kuretkov, A. Kotov 2/6, Ostashchenko 1/3, Karlov 4/4, Kornev 2/2, Strushinsky 1/1, Vasiliev 1/2, Furtsev 3/4, Maslennikov 1/1, Kamenev 1/3, Kosorotov 4/7. Entraîneur : Vladimir Maximov.

BENFICA LISBONNE : Espinha (8 arrêts), Capdeville (5 arrêts) et Ristovski au but. Carvalho 0/1, Hebo, Seabra 2/5, Pais 2/4, R. Toft Hansen 1/1, K. Nyokas 2/5, Moreira 3/5 dont 1/1 pen., Moreno 2/3, Pesqueira 1/1, Tavares, Molina 1/2, Martins 1/2, Grilo 3/6, Vidrago 1/3, Djordjic 7/15 dont 1/4 pen., Pereira 1/2, Neves. Entraîneur : Carlos Resende.

Le champion de Russie, Tchekhov, devait se refaire une santé après la déroute (27-35) concédée face à Montpellier jeudi. C’est le Benfica Lisbonne qui en a fait les frais. Si à la fin du match la victoire moscovite est claire, elle aura mis presque une mi-temps à se dessiner réellement.
Les Lisboètes font en effet jeu égal avec les Russes. Les égalités se succèdent. 2-2 (3e’), 4-4 (7e’) jusqu’à 11-11 (20e’). Le jeu rapide du Benfica est parfois spectaculaire à l’image de ce kung-fu conclu par Seabra servi par Moreira. Mais Dmitry Kiselev plus haut que la défense pour marquer le 11-12 en faveur de Tchekhov (22e’). Les Russes prennent les devants, les Portugais ne reviendront plus. L’écart s’amplifie et sans les arrêts de Espinha, aurait été supérieur à 3 unités à la mi-temps (14-17).
Au retour des vestiaires, Moscou ne laisse pas Lisbonne revenir. Grushko est au max dans le but russe et arrête deux un-contre-un consécutivement (35e’). Karlov est en chaleur et l’écart atteint 8 longueurs à la 46e’ (18-26). Kisselev (10 buts au total) tient les Portugais à bonne distance malgré le réveil de Djordjic (6 buts en deuxième mi-temps dont 5 dans les 9 dernières minutes). L’écart maximal (21-30, 54e’) est l’œuvre de l’inévitable Kisselev, le Benfica tente bien un dernier baroud d’honneur pour limiter les dégâts, rien n‘y fait, le match s’arrête sur un penalty de Moreira pour établir le 27-34 final.
Les Portugais auront à cœur de montrer un autre visage ce soir contre Montpellier. Les joueurs de Patrice Canayer sont cependant sur la voie royale pour accéder à une nouvelle finale d’EuroTournoi. Sauf méga cataclysme, genre une victoire de Lisbonne de 8 buts ou plus, le champion d’Europe 2018 jouera la finale demain à 17h.

Eric Seyller