2014

Cette édition 2014 est un peu en demi-teinte. En effet, après avoir eu Dunkerque alors qu’ils n’étaient pas champions, l’ET ne les a pas quand ils le sont… En effet, il a fallu faire un choix entre les équipes françaises dont le nombre est repassé à 3 sur 6 ce qui est plutôt un retour en arrière au niveau de la qualité du plateau. Ce sont les “abonnés” de Montpellier (de retour après un an d’absence) et de Chambéry qui forment la base française avec en prime le, “seulement”, vice Champion de France, le Paris SG et ses stars dont Thierry Omeyer de retour d’Allemagne. Du côté des étrangers, une touche exotique est apportée cette année par l’équipe Qatarienne de EL Jahis avec quelques pré-retraités des championnats européens comme Fazekas, M’Gannem ou Markovic. On assiste également à la “résurrection” de Moscou qui, après avoir fait faillite et vu le départ de toutes ses stars vers le Vardar Skopje, se relance avec une équipe rajeunie. Enfin les polonais de Kielce, un top 8 européen, viennent pour la première fois.

  • Le joueur sur l’affiche est Michael Guigou de Montpellier
  • Retrouvez les détails des matchs et des résultats dans les archives de l’EuroMag et dans la revue de presse ci-dessous

Paris de qualifie facilement dans la poule A face à Moscou et El Jahish alors que Montpellier n’a écarté Kielce de la finale que d’un tout petit but. C’est Paris qui s’impose dans une finale sans grand suspens, par 32 à 24, remportant ainsi son deuxième ET d’affilée. Kielce l’emporte 36 à 30 face à Moscou pour la 3ème place et Chambéry évite la dernière place en battant d’un petit but (28-27) les Qataris de El Jahish.

Classement
1. PSG  – 2. Montpellier  – 3. Kielce  – 4. Moscou  – 5. Chambéry  – 6. El Jaish

Meilleur joueur Jure Dolenec (arrière droit, Montpellier)
Meilleur gardien Thierry Omeyer (PSG) 44 arrêts
Meilleur buteur Zarko Markovic (arrière droit, El Jaish) 19 buts
Meilleur jeune Mathieu Grébille (arrière gauche, Montpellier)


Les matchs en détail

Jeudi 28 Aout 2014

PARIS 37   –  EL JAISH 25

Rhenus Sport. Mi-temps : 17-11. Arbitres : MM. K. et R. Gasmi. PSG : Annonay (1-30e, 4 arrêts) et Omeyer (31e-60e, 13 arrêts dont 1 pen.) au but. Melic 8/9 dont 2/2 pen., Accambray 3/7, Csaszar 3/5 dont 1/1 pen., Vori 2/2, N’Diaye 1/2, Barachet 1/2, Gojun, Gunnarsson 3/3, Abalo 2/3, Hansen (cap.) 3/3, Honrubia 3/5, Kopljar 3/5, M’Tima 3/5, Bojinovic 2/4 dont 1/2 pen. EL JAISH : Fazekas (1-49e, 11 arrêts) et Damirovic (49e-60e, 4 arrêts dont 1 pen.) au but. Kehder 2/2, Mahjbi (cap.), Ayed 1/1, Elahmar 3/7 dont 2/3 pen., Mamdouh 2/3, Hedoui 4/11, Velic 4/6, Markovic 5/8, Megannem 4/7 dont 2/2 pen., Yosry 0/2.
Ca y est! L’EuroTournoi 2014 est lancé! Première affiche proposée au public du Rhenus, ce Paris – El Jaish s’est logiquement terminé sur une victoire des joueurs de Philippe Gardent. Les Qataris ont tenu tête 5 minutes aux Français avant de lâcher prise. Il faut dire que 7 joueurs d’El Jaish sont actuellement en stage avec leur équipe nationale et manquent donc dans leur effectif. Megannem et Markovic permettent à leur équipe de suivre leurs adversaires, mais très vite ils butent sur la défense centrale parisienne où les duos Kopljar-Gojun puis Kopljar-N’Diaye ferment la porte. 2- 2 à la 5e’ puis 6-2, 4 minutes plus tard. L’écart était fait, les Parisiens vont désormais enfoncer le clou. Les Qataris reviennent bien l’une ou l’autre fois à deux buts par Elhamar ou Kehder et grâce aux arrêts de Fazekas (8-6, 15e’ puis 10-8, 19e’), mais Melic (meilleur buteur du match avec 8 buts), Vori et M’Tima redonnent vite de l’air au PSG. 12-8 (Hansen, 24e’), 14- 9 (Vori, 26e’) et 17-10 à la mi-temps. C’est Heykel Megannem, le régional de l’étape côté qatari, qui sonne la révolte de ses couleurs en début de seconde période. Deux penalties réussis face à un autre “régional”, Titi Omeyer, ramènent El Jaish à 5 longueurs (19-14, 35e’). La révolte fait toutefois long feu. C’est Robert Gunnarsson qui éteint la mèche qatarie. 3 buts consécutifs du pivot islandais plus une passe décisive pour Kopljar et le score est passé à 23-15 (41e’). L’écart s’accentue en faveur des Français, Thierry Omeyer se transforme en quaterback de football américain et envoie des passes décisives à l’autre bout du terrain. Melic, M’Tima et Czaszar marquent les touchdowns offerts par le meilleur gardien de tous les temps. Hedoui et Markovic résistent encore, mais la différence entre les deux équipes est trop flagrante. Le PSG, tenant du titre à l’EuroTournoi, s’impose 37-25 face à El Jaish.
Eric Seyller

 

MONTPELLIER 29   –  CHAMBÉRY 23

Rhenus Sport. 3 417 spectateurs. Mi-temps : 15-13. Arbitres : MM. Buy et Duclos. MONTPELLIER : Siffert (1-60e, 11 arrêts dont 1 pen.) et Losert au but. D. Simonet, Tej 3/4, Grébille 5/9, Dolenec 6/8, Guigou (cap.) 1/3, Borges 1/1, Gutfreund, Gaber 2/2, Kavticnik 3/4, Faustin, Villeminot 2/3, Gajic 6/10 dont 2/3 pen. CHAMBÉRY : Genty (1-30e, 6 arrêts) et Diot (31e-60e, 2 arrêts dont 1 pen.)au but. Tritta 2/3, Malfondet, Blanc 0/1, Milicevic 1/6, Panic 4/5, Ber. Gille 1/1, Basic (cap.) 3/9 dont 0/1 pen., Feutrier 1/2, N’Guessan 0/1, Matulic 7/9 dont 2/3 pen., Buffard, Paturel 4/4, Detrez.
Deuxième match de ce premier jour d’EuroTournoi et c’est un classique du handball français qui est proposé au public strasbourgeois. Montpellier – Chambéry, les deux seules équipes à avoir remporté l’épreuve dans sa version club à trois reprises. Et force est de constater que les joueurs de Patrice Canayer ont su très vite prendre l’ascendant sur leurs adversaires. Grébille et deux buts consécutifs de Dolenec donnent un premier +3 aux Héraultais (4-1, 5e’). La blessure à la cheville de N’Guessan (dont la gravité était hier soir encore indéterminée) survenue à la 9e minute n’arrange évidemment pas les affaires des Savoyards. Mario Cavalli doit s’adapter et on retrouve Bertrand Gille sur la base arrière, partageant les postes de demi-centre et arrière gauche avec Edin Basic. Et cela fonctionne. Profitant d’une baisse de régime montpelliéraine en attaque, Chambéry et ses bizuts reconnaissables à leurs coupes de cheveux, disons, “particulières”, égalise à 6-6 par Matulic suite à un arrêt de Genty. Mais Dolenec (deux fois) et Kavticnik redonnent de l’air à leur équipe malgré les exclusions sifflées à leur encontre (14-10, 28e’). Gutfreund écopant même d’un carton rouge direct à la dernière minute de la première période. Matulic et Tritta sur le gong mettent Chambéry à deux longueurs du MAHB à la mi-temps (15-13). Sur cette lancée, Panic marque le premier but de la deuxième mi-temps (15-14, 32e’), mais Chambéry n’en profite pas. Les coéquipiers d’Issam Tej reprennent vite le large par Gajic et Dolenec, meilleurs buteurs de leur équipe avec 6 buts chacun. L’écart grimpe inexorablement 23-17 (43e’) puis 27-20 (52e’), Chambéry riposte grâce au talent de Basic qui offre des caviars à ses pivots, Paturel en tête. Mais la messe était dite depuis longtemps, Montpellier gère et termine sur deux buts de Gaber et Gajic (29-23).
Eric Seyller


Vendredi 29 Aout 2014

MOSCOU 36   –  EL JAISH 27

Rhenus Sport. Mi-temps : 14-16. Arbitres : MM. Buy et Duclos. MOSCOU : Grams (1-59e, 14 arrêts), Pavlenko (59e-60e, 1 arrêt sur pen.) et Grushko au but. Kornev 6/6, Kovalev (cap.) 1/4 dont 0/2 pen., Kotov 1/1, Chernoivanov 8/8, Andreev 5/8, Makarov 0/1, Dereven 4/7, Ostashchenko 2/2, Otrezov 3/7, Shelmenko 6/6. EL JAISH : Fazekas (1-17e puis 36e-60e, 7 arrêts dont 1 pen.) et Damirovic (17e-36e, 4 arrêts dont 1 pen.) au but. Hedoui 3/5, Markovic 9/14 dont 5/6 pen., Osman 1/2, Morgan 1/4, Megannem 1/4, Kheder 2/4, Elahmar (cap.) 3/7, Mamdouh 3/4, Velic 4/5.
Face à des Moscovites faisant leur entrée dans cet EuroTournoi, les joueurs d’El Jaish avaient à coeur de monter un autre visage, notamment en défense, que lors du match de la veille face au Paris SG. Moscou prend néanmoins deux longueurs d’avance par Shelmenko et Dereven (3-1, 4e’), mais les Qataris défendent bien et en attaque se créent des opportunités. Markovic aux jets de 7 mètres et Velic donnent le la, El Jaish égalise (5-5, 8e’) et prend même l’avantage sur une contre-attaque de Khedher (7-8, 13e’). L’écart monte jusqu’à 3 buts. Markovic (7 buts en première période) et Mamdouh répondent à Shelmenko et Chernoivanov (9-12, 18′ puis 10-13, 23e’ et 13-16, 29e’), un dernier but de Chernoivanov établit le score à la mi-temps (14-16). Vexés, les joueurs du grand Vladimir Maximov reviennent sur le terrain dans de bien meilleures dispositions. Deux buts consécutifs de Chernoivanov et c’est l’égalisation (32e’). Les Qataris ont de plus en plus de mal et encaissent un 4-0 (18-16, 34e’) qui se transforme en 8- 3 (23-19, 39e’). Grams effectue quelques arrêts dans le but russe, et El Jaish ne trouve la solution que par Megannem qui trouve Velic. Mais les Qataris baissent pied physiquement. La défense est bien moins mobile et les pivots russes s’en donnent à coeur joie à l’image d’Andreev (5 buts dans les 11 dernières minutes). La fin du match est à sens unique entre des Russes qui gèrent et des Qataris totalement épuisés. 36-27.
Eric Seyller

 

KIELCE 27   –  CHAMBÉRY 20

Rhenus Sport. 2 978 spectateurs. Mi-temps : 10-8. Arbitres : MM. K. et R. Gasmi. KIELCE : Sego (1-30e, 8 arrêts) et Szmal (31e-60e, 5 arrêts dont 2 pen.) au but. Grabarczyk, Jurecki 1/2, Tkaczyk (cap.) 3/7 dont 0/1 pen., Reichmann 4/4, Chrapkowski 2/3, Aguinagalde 1/2, Bielecki 3/7, Jachlewski 2/3, Strlek 2/3, Buntic 2/6, Musa, Zorman 2/3, Rosinski 2/4, Cupic 3/4 dont 1/1 pen. CHAMBÉRY : Genty (1-46e, 12 arrêts) et Diot (46e-60e, 3 arrêts) au but. Buffard, Tritta 2/5, Malfondet 0/2, Blanc 0/1, Milicevic 1/2, Panic 0/3, Ber. Gille (cap.) 2/4, Basic 3/5 dont 2/2 pen., Feutrier 2/3, Matulic 6/9 dont 3/5 pen., Paturel, Detrez 4/4.
Que faire face à une équipe comme Kielce qui peut aligner deux sept de très haut niveau quand on a qu’une équipe incomplète à lui opposer? Tel était le casse-tête proposé hier soir à l’entraîneur chambérien Mario Cavalli. Privés de N’Guessan, touché à la cheville la veille contre Montpellier (sans trop de gravité cependant), les Savoyards ont tenu tête à l’armada polonaise pendant 35 minutes avant de logiquement lacher prise. C’est même Chambéry qui prend le meilleur départ. Detrez et Bertrand Gille marquent et le CSH mène 4-1 (9e’). Rosinski et Bielecki remettent vite les pendules à l’heure (5-5, 13e’). Peu de buts dans cette première période, la faute à des défenses très performantes, la faute surtout à des gardiens “en chaleur”. Sego côté Kielce, Genty à Chambéry. Les Chambériens mènent encore de deux buts à la 18e’ grâce à deux buts consécutifs de Matulic avant que Kielce ne passe à la vitesse supérieure (8-8, 25e’ puis 8-10 à la mi-temps). A la reprise, Matulic et Bertrand Gille entretiennent l’espoir quelques minutes, mais ça fait long feu. La force collective des Polonais s’impose. Le score grimpe inexorablement en faveur des joueurs de Talant Dujshebaev. Douze joueurs de Kielce inscrivent au moins un but durant la rencontre, comme Szmal ferme aussi la porte de son but, Cavalli n’a plus que le culot de ses jeunes pousses à leur opposer. La fin du match voit ainsi une équipe chambérienne de 21 ou 22 ans de moyenne d’âge affronter les stars polonaises ou croates de Kielce. Ces “minots” font bien mieux que se défendre puisque dans ces dix dernières minutes le score passe de 16-23 au 20-27 final, soit un 4-4. Place ce soir aux “demi-finales” officieuses du tournoi, Paris – Moscou puis Kielce – Montpellier.
Eric Seyller


Samedi 30 Aout 2014

MOSCOU 22   –  PARIS 32

Rhenus Sport. Mi-temps : 17-13. Arbitres : MM. K. et R. Gasmi. PSG : Omeyer (1-30e, 13 arrêts) et Annonay (31-60e, 11 arrêts) au but. Melic 1/2, Accambray 4/7, Csaszar 1/2, Vori 2/2, N’Diaye, Barachet 0/1, Gojun 1/3, Gunnarsson 4/4, Abalo 4/5, Hansen (cap.) 3/4 dont 1/1 pen., Narcisse 1/3, Honrubia 5/7, Kopljar 1/3, M’Tima 5/6. MOSCOU : Grams (1-30e, 5 arrêts), Pavlenko (31e-60e, 6 arrêts) et Grushko au but. Kornev 1/2, Kovalev (cap.) 4/8 dont 3/4 pen., Kotov 3/7, Chernoivanov 3/5, Andreev 0/2, Kuretkov, Makarov, Dereven 4/12, Ostashchenko 1/1, Izmaylov 0/1, Otrezov 4/8, Shelmenko 2/8, Zhitnikov.
Le PSG a, le premier, validé son billet pour la finale du 21e EuroTournoi en se défaisant sans trop de mal d’une équipe moscovite talentueuse, mais manquant cruellement d’expérience. Emmenée comme, il se doit par un Titi Omeyer de gala (13 arrêts en première période), la formation du tandem Gardent-Perreux montra d’entrée de jeu aux Russes qu’il leur faudrait cravacher pour ne serait-ce que rivaliser (4-1 à la 5e, 7-3 à la 9e). Les uns se montraient maladroits en attaque (trois tirs sur les poteaux pour les joueurs de Vladimir Maksimov), les autres s’offraient un quasi sans faute au tir (9/10 à 9-5, 11e). La suite allait être un peu moins limpide pour les Parisiens, Moscou, grâce notamment à Dereven profitant du laxisme défensif des Parisiens pour recoller à 14-11 (23e). Reste qu’à la pause, le PSG avait prit une sérieuse option sur la victoire (17-13). Et cela allait se confirmer d’entrée de seconde période. Annonay au niveau d’Omeyer, une défense plus concernée et plus agressive: il n’en fallait pas plus pour permettre aux feux follets franciliens (9 buts en deuxième mi-temps pour M’Tima, Magic Abalo et Honrubia) pour mettre les leurs hors de portée (21-14 à la 27e, 25-16 à la 45e). Le reste ne fut que formalité (28-19 54e, 32-22 pour finir), le PSG se donnant ainsi le droit de disputer une deuxième finale d’affilée à Strasbourg.
Alain VOYER

 

KIELCE 33   –  MONTPELLIER 34

Rhenus Sport. 4 118 spectateurs. Mi-temps : 17-20. Arbitres : MM. Buy et Duclos. KIELCE : Sego (1-46e, 7 arrêts) et Szmal (cap., 46e-60e, 5 arrêts) au but. Grabarczyk, Jurecki 3/3, Tkaczyk 3/5 dont 1/1 pen., Reichmann 2/4, Chrapkowski, Aguinagalde 6/7 dont 3/3 pen., Bielecki, Jachlewski 4/4, Strlek 4/4, Buntic 2/4, Musa 0/1, Zorman 3/4, Rosinski 1/1, Cupic 5/8 dont 2/3 pen. MONTPELLIER : Losert (1-43e, 4 arrêts dont 1 pen.) et Siffert (43e-60e, 5 arrêts) au but. Tej 6/7, Grébille 9/12, Dolenec 7/12, Guigou (cap.) 1/1, Borges 1/1, Gutfreund, Thouvenot, Gaber 0/1, Kavticnik 1/3, Faustin, Villeminot 1/2, Gajic 8/10 dont 3/4 pen., Laluska.
Au bout du suspense ! C’est au terme d’un match indécis, d’une fin de match palpitante surtout, que Montpellier s’est qualifié pour sa… 10e finale à l’EuroTournoi! Flash-back: Il reste cinq minutes à jouer et Kielce est qualifié (31-32). Le MAHB égalise, mais cela ne suffit pas, les Polonais disposant d’une meilleure différence de buts (+7 contre +6). A 33-33 (58e), rien de changé. Gagic inverse la tendance et, à la faveur d’une défense héroique, Montpellier récupère la balle à 50 secondes du terme. La minute des gardiens: c’est d’abord Szmal qui remporte son duel. Il reste 11 secondes. C’est alors Siffert qui gagne le sien. Montpellier tient sa finale, le public du Rhenus tient ses héros! Le reste n’est presque qu’anecdotique. Malgré un Losert aux abonnés absents (quatre arrêts en 43 minutes) et une défense centrale (Laluska-Gaber) trop souvent prise de vitesse, les Héraultais furent devant jusqu’à la 42e (24-25, 20-127 à la pause). La faute à un Grebille impressionnant (8/8 pour commencer, 9 buts au final), un Dolenec aussi efficace qu’élégant (7), un Gagic précieux et, surtout, un Guigou dont on ne louera jamais assez le génie. Par l’intermédiaire d’Aginagalde, véritable poison à 6 mètres, mais qui gagnerait à moins parler, Cupic, Strlek et Jachlewski, Kielce eut le mérite de ne jamais rien lâcher. Le tort, sans doute aussi, de mal négocier les minutes les plus importantes, les dernières. Mais c’est peut-être bien la faute à des Montpelliérains déchaînés qui se frotteront à Paris aujourd’hui en fin d’après-midi. Avant de les rencontrer dans huit jours en Tunisie au Trophée des champions…
Alain VOYER


Dimanche 31 Aout 2014

Finale

PSG 32   –  MONTPELLIER 24

Rhenus Sport. 5269 spectateurs. Mi-temps: 17-13. Arbitres: MM. Buy et Duclos. PSG: Omeyer (1-55e, 18 arrêts) et Annonay (55e-60e, 1 arrêt) au but. Melic 6/8 dont 0/2 pen., Accambray 4/6, Csaszar 1/1, Vori 4/5, N’Diaye, Gojun 1/1, Gunnarsson 2/2 pen., Abalo 3/6, Hansen 5/7 dont 1/1 pen., Narcisse 2/4 (cap.), Honrubia 0/1, Kopljar 4/6, M’Tima 0/1, Bojinovic. MONTPELLIER: Siffert (1-60e, 13 arrêts dont 2 pen.) et Losert au but. Tej 2/3, Grébille 2/7, Dolenec 5/6, Guigou (cap.) 1/1, Borges 2/4, Gutfreund 1/2, Thouvenot, Gaber 3/4, Kavticnik 2/7 dont 1/1 pen., Faustin, Villeminot 2/4, Gajic 3/5 dont 2/2 pen., Laluska 1/3.
Il fallait un beau vainqueur pour souffler les bougies. Le PSG en est un, incontestablement. Vingt ans, vingt déjà que l’Euro- Tournoi accueille les plus grandes équipes d’Europe. Kiel, Ciudad Real, Rhein-Neckar Löwen Hambourg, Magdebourg ou encore Veszprém, les plus grands clubs du continent ont tous un jour brillé à Strasbourg. Philippe Gardent : «Quand on se sent bien dans un endroit, on essaie de se l’approprier» Le Paris Saint-Germain leur a emboîté le pas. Après Veszprém l’an passé (33-25), c’est Montpellier qui a subi sa loi, hier en finale (32-24). «Quand on se sent bien dans un endroit, on essaie de se l’approprier », sourit Philippe Gardent, vainqueur de son 5e Euro- Tournoi en tant qu’entraîneur (trois fois avec Chambéry, deux avec Paris). Certes, l’effectif du PSG laisse rêveur. Mais encore faut-il parvenir à faire jouer ensemble tout ce jolimonde…«On réalise une belle préparation, avec des joueurs qui s’investissent. On s’est rendu les matches faciles parce que l’on a fait tout ce qu’il fallait pour cela», apprécie Philippe Gardent. Le public du Rhenus applaudit son “Titi” Mais si le PSG est toujours invaincu à Strasbourg, il sait que cela ne lui garantit en rien une saison remplie de trophées. Il avait ainsi impressionné l’an passé à l’EuroTournoi, pour ne décrocher au final que la Coupe de France. «On veut gagner le Trophée des champions (la semaine prochaine en Tunisie, ndlr), mais ce ne sera pas simple». Parce que Paris retrouvera en demi-finale une équipe deMontpellier qui a montré en Alsace qu’elle pouvait rivaliser. Dans un Rhenus toujours aussi bruyant et enflammé, les deux équipes ont longtemps joué des coudes, la triplette slovène Dolenec- Kavticnik-Gaber se chargeant d’ouvrir les hostilités pour Montpellier (2-3, 6e). Mais ce PSG-là a trop de talent pour se laisser décrocher. Une pluie de contre-attaques plus tard, Paris était là où il entend être tout au long de la saison: devant (7-3, 9e). Les Héraultais n’étaient jamais très loin, alors même que Guigou, Gajic et Tej patientaient sur le banc. Et en dépit du festival Omeyer, ils revenaient même tout près (12-11, 22e). Mais la fin du premier acte tournait à l’avantage des Parisiens (17-13 à la pause). Le deuxième allait être tout entier en leur faveur. Si Tej, Gajic et Dolenec s’employaient, rien ne pouvait entraver la marche en avant des coéquipiers de Mikkel Hansen (21-14, 35e). Même un léger rapproché (24-20, 43e) n’était pas vraiment de nature à relancer le suspense. Le public du Rhenus applaudissait son “Titi” et Paris s’envolait (31-21 à la 51e, 32-24 au final). Le PSG était favori, il a assumé son statut. Mais Montpellier et les autres entendent bien le lui contester. Le cap de la vingtaine «On a montré que l’on avait retrouvé un bon niveau (la victoire contre Kielce samedi suffit pour en témoigner, ndlr) avant de commencer la saison », avance l’ailier gauche montpelliérain Michaël Guigou. «Notre objectif n’est pas de battre le PSG pour l’instant, mais de bien faire tourner l’équipe», ajoute le pivot Issam Tej. Montpellier, qui doit encore récupérer ses blessés (Simonet, Bonnefond et Mackovsek), peut nourrir des ambitions. «Le PSG est une grosse équipe. Mais on va travailler toute la saison pour remporter le titre, lance l’ancien Sélestadien. Le championnat sera long. » Et passionnant! L’EuroTournoi, qui a donc fêté ses vingt ans cette année, ne l’est pas moins. Qu’il continue aussi longtemps, au moins, de nous enchanter…
SIMON GIOVANNINI

Match 3-4

KIELCE 36   –  MOSCOU 31
Rhenus Sport.Mi-temps: 16-20. Arbitres:MM. K. et R. Gasmi. KIELCE: Szmal (13 arrêts) et Sego (4 arrêts dont 1 pen.) au but. Grabarczyk 2/2, Jurecki 4/4, Tkaczyk (cap.) 3/5 dont 1/1 pen., Reichmann 0/1, Aguinagalde 4/6, Jachlewski, Strlek 3/4, Buntic 7/13,Musa 2/3, Zorman 4/4, Cupic 7/9 dont 1/1 pen. MOSCOU: Grams (7 arrêts), Grushko (3 arrêts) et Pavlenko au but. Kornev 2/3, Kovalev (cap.) 5/6 dont 4/5 pen., Kotov 1/1, Chernoivanov 4/6, Andreev 2/4, Kuretkov,Makarov 2/3, Dereven 5/12, Ostashchenko 2/2, Izmaylov, Otrezov 1/4, Shelmenko 4/8, Zhitnikov 3/5.
On l’attendait un peu plus haut. Kielce a finalement terminé troisième de son premier EuroTournoi. Les joueurs de Talant Dujshebaev étaientmême partis pour ne pas prendre place sur le podium.Menés 16-20 à la pause parMoscou, les champions de Pologne ont inversé la tendance dans le deuxième acte (36-31).

 

Match 5-6

CHAMBÉRY 28   –  EL JAISH 27

Rhenus Sport. Mi-temps: 15-11. Arbitres: M. Carmaux et Mursch. CHAMBÉRY: Diot (6 arrêts) et Genty (4 arrêts dont 1 pen.) au but. Tritta 2/2, Malfondet, Blanc 4/6, Milicevic 2/4, Panic 2/4, Ber. Gille (cap.) 5/6, Basic 1/3, Feutrier, Paty, Matulic 4/6 dont 1/1 pen., Buffard 4/6 dont 1/1 pen., Paturel 1/1, Detrez 3/3. EL JAISH: Fazekas (9 arrêts) et Damirovic au but. Hedoui 3/6, Markovic 5/8 dont 2/2 pen., Osman 2/2, Ahmed 0/2, Megannem 2/2, Yosry 2/4, Aissa, Mahjbi(cap.) 1/1, Kheder 0/1, Elahmar 7/11 dont 1/2 pen., Mamdouh 4/4, Ayed 1/1, Velic.
Un peu plus tôt, Chambéry,malgré ses nombreux blessés (Paty, Ben. Gille, Bicanic, N’Guessan), avait pris lemeilleur sur les Qataris d’El Jaish (28-27), pour s’emparer de la 5e place. La jeunesse savoyarde en a profité pour s’illustrer (10 buts pour le trio Blanc-Buffard-Tritta) et “Chambé” a achevé son 14e EuroTournoi sur une bonne note.

20 ANS DEJA !
Si 20 bougies éclairent désormais le chemin parcouru, la plus importante édition demeure la présente, la 21ème, celle qui est devant nous, indiquant la voie vers l’avenir. C’est avec une légitime fierté que nous pouvons nous retourner sur ces années passées. Sagement, avec sérieux, s’est construit l’un des plus grands et plus reconnus tournoi en Europe. Avec passion et plaisir, les bénévoles et les partenaires ont suivi, soutenu, encouragé et accompagné cette évolution. Ils nous ont ainsi permis de présenter à Strasbourg des équipes de handball, les meilleures au monde. Tous les ans un cadeau partagé avec les amateurs de sport de haut niveau, jeunes et moins jeunes…une gourmandise, une vitrine de desserts à portée de la main. Au fil du temps, nous avons connu des fidélités, tissé des liens de confiance, vu des partenaires, des bénévoles, des équipes, des joueurs, de grands entraîneurs, de ceux qui ont écrit l’histoire du handball français et mondial, témoigner leur attachement à ce tournoi. La ville de Strasbourg, sa communauté urbaine, la région Alsace ont également toujours manifesté leur soutien et leurs encouragements pour relever ce défi. Sans doute ont-ils bien compris le rôle fédérateur de ce tournoi qui mobilise de nombreux bénévoles de la ville, de son agglomération et de la région, sérieux et impliqués. Ils ne suivent pas encore le chemin du recours à des structures professionnelles parfois plus soutenues que les amateurs, eussent ils fait leurs preuves. Nous avons vécu et parfois subi les nombreuses évolutions du sport de très haut niveau. Cette année encore, au gré des vicissitudes et malgré des changements dans le paysage du handball européen, nous sommes une fois encore en mesure de proposer un plateau digne d’être dégusté à l’occasion de cet anniversaire. L’événement sportif de la rentrée permettra de nous retrouver entre passionnés pour un moment de partage et d’émotion avant d’attaquer avec optimisme et enthousiasme, une nouvelle saison sportive….en espérant pouvoir fêter ensemble encore bien des anniversaires.
CC

(Edito de l’EuroMag N°74 du jeudi 28 Aout 2014 par Christian Carl)