2003

Grande première dans le tout nouveau Rhénus Sport de 5500 places. Plus de spectateurs mais moins d’équipes pour cause de site unique. Fini donc les premières journées délocalisées, fini les salles de La Robertsau et des Malteries. Fini également la présence du club local de Sélestat puisque la formule passe à 6 équipes en 2 poules de 3, moitié françaises, moitié étrangères. Le club alsacien navigue en bas de classement de D1 et ne peut plus rivaliser avec les grosses écuries comme Montpellier et Chambéry ou encore l’équipe de France A’ qui revient avec cependant moins de “pépites” (Karabatic et Guigou jouent avec leur club de Montpellier) que l’an dernier. Côté étrangers on voit l’équipe de Moscou qui concentre une bonne partie de l’équipe nationale russe, l’équipe nationale d’Egypte en pleine tournée européenne ainsi que les suédois de Goeteborg avec quelques anciennes gloires comme Magnus Wislander, élu joueur du XXe siècle.
le Rhénus fait passer l’ET dans une autre dimension car, outre les 4000 places de plus qu’aux Malteries, les grands espaces du nouveau “Palais des Sports” de Strasbourg permettent de proposer aux partenaires des salons VIP enfin dignes de ce nom, une vraie salle de presse et des coursives publiques accueillantes et animées. Vraiment un autre monde, avec un seul bémol en cette année de canicule historique, il fait très, très chaud dans le Rhénus…

  • Le joueur sur l’affiche est Nikola Karabatic de Montpellier
  • Retrouvez tous les détails de cette édition sur le site de l’époque en cliquant ici
  • Retrouvez plus de détails dans les archives de l’EuroMag

C’est Chambéry, emmené par Daniel Narcisse, qui remporte le tournoi 28 à 27 (pour la troisième fois) devant Goeteborg dans un match à suspens et devant 3500 spectateurs, ce qui constitue le nouveau record mais cause une petite déception aux organisateurs car 2000 places restent vides.
pour la 3ème place, les égyptiens viennent à bout des jeunes pousses de France A’ après une séance de tirs au but (23 à 23 puis 4 à 3). La 5ème place revient à Moscou qui laisse pour la première fois de l’histoire, la dernière place à Montpellier (26 à 25) pourtant tout frais vainqueur de la Ligue des Champions.

Classement
1) Chambéry – 2) Goeteborg – 3) Egypte – 4) France A’ – 5) Moscou – 6) Montpellier

Meilleur joueur : Sherif Hegazy (EGY)
Meilleur gardien : Martin Galia (GOE)
Meilleur buteur : Henrik Lundstroem (GOE) 25 buts

 


Les matchs en détail

Mercredi 27 Aout 2003

CHAMBERY 29   –   MOSCOU 25

Mi-temps: 15-13. Environ 2000 spectateurs. Arbitrage de MM. Dentz et Reibel. Exclusions temporaires: Grossmann (12′, 32′), Fernandez Roura (13′), Moskalenko (29′), Paillasson (47′), Busselier (59′) à Chambéry. Safonov (8′), Tchipourine (20′), Chugai (26′), Kanzoniero (47′) à Moscou. CHAMBÉRY: Dumoulin (1′-30′, 6 arrêts) et Varloteaux (31′-60′, 8 arrêts dt 2 pen) aux buts. Fernandez Roura 8 dt 1/2 pen, Narcisse 7, Sayad 5, Grossmann 2, Berbier 2, Busselier 2 dt 1/3 pen, Delric 1, Moskalenko 1, Zuniga 1. MOSCOU: Kanzoniero (1′-30′, 36′-46′, 51′-60′, 13 arrêts dt 2 pen) et Schevelev (31′-36′, 47′-50′) aux buts. Frolov 8, Gull 4, Kamanin 3 dt 2/3 pen, Filippov 2, Ivanov 2 dt 0/1 pen, Engovatov 1, Egorov 1, Lushnikov 1, Chugai 1, Peskov 1, Tchipourine 1.
Le programme de cette première journée de l’EuroTournoi 2003 laissait présager des matches indécis. Ils le furent. En effet, les deux vainqueurs, Chambéry et l’Égypte durent s’employer pour battre leur adversaire respectif à savoir Moscou et le champion d’Europe montpelliérain. Des matches qui n’avaient rien d’amicaux puisque on notait dix exclusions pour deux minutes dans chacun d’entre eux et trois cartons rouges pour Égypte-Montpellier… La soirée débutait par le chassé croisé entre Chambériens et Moscovites. Les Russes menant d’un petit but sans jamais réussir à opérer le moindre break. Jusqu’à la 16e minute où les Savoyards grâce aux penalties de Fernandez Roura et à Seufyann Sayad prirent pour la première fois les devants (7-6). Daniel Narcisse leur donnant même deux buts d’écart sur contre-attaques (de 9-9, 21e à 11-9, 22e’). Les débats étaient âpres à l’image du duel Grossmann- Tchipourine, qui pour s’être trop frottés l’un à l’autre allèrent se calmer deux minutes sur le banc. Chambéry conservait cependant la tête et augmentait l’écart. Dumoulin s’interposant notamment face à Frolov (14-10). C’est ce même Frolov , principale arme offensive des Moscovites qui inscrivait le dernier but de la première période: 15-13. Chambéry revenait sur le terrain avec les meilleures intentions, prenant jusqu’à 4 buts d’avance: 19-15 (37e’). Le spectacle était aussi au rendez-vous comme à la 33e’ où Delric inscrivait le 17e but des joueurs de Philippe Gardent sur un double kung-fu. Mais le retour du portier argentin des Russes, Kanzaniero, signifiait aussi des contre-attaques pour Frolov. Ce dernier égalisait à la 45e’ (21-21) et le match semblait relancé. Sayad, Grossmann et Narcisse décidèrent que la plaisanterie avait assez duré. Une dernière estocade et Moscou s’inclinait 29- 25.
Eric SEYLLER

 

MONTPELLIER 28  –  EGYPTE 31

Mi-temps: 15-16. Environ 2500 spectateurs. Arbitrage de MM. Garcia et Moreno. Exclusions temporaires: Zuzo (9′, 17′, 53′), Puigségur (29′), Karabatic (30′), Sincère (52′) à Montpellier; Ragab (12′), Keshek (31′), El Fakhrany (43′ et 59′) pour l’Égypte. Cartons rouges: Bellal (20′) pour l’Égypte; Kabengelé (38′) et Zuzo (53′) pour Montpellier. MONTPELLIER: Omeyer (1′-60©’, 17 arrêts dont 2 pen) et Imhoff aux buts. Sincère, Kabengele 1, Junillon, Karabatic 4, Rognon, Anquetil 2, Puigsegur 2, Stefanovic 2, Golic 5 pen, Zuzo 4, Bojinovic 5 (1 pen), Bosquet 3. ÉGYPTE: El Nakib (1′-60′, 17 arrêts) et Alaa Edlin aux buts. Aba Allah 3, Ramadan, Awad 4, Hussien, Youssef 1, Bellal, Hegazy 9 (5 pen), Ragab 1, Keshek 3, El Fakhrany 3, Youssry 3, Zaki 4.
La seconde rencontre, très virile, vit le champion d’Europe s’incliner devant l’équipe nationale d’Égypte. Les “Pharaons” en pleine reconstruction ne sont pas venus faire de la figuration à l’ET. Ils tinrent d’entrée tête aux Français et l’écart en faveur de ces derniers ne fut jamais supérieur à deux buts en première période (11-9, 20e’). Zuzo et les penalties de Golic répondaient à la vitesse de Keshek ou Zaki. Une défense très haute des Égyptiens dans les deux dernières minutes, profitant d’une exclusion de Puigségur, leur permettait de grappiller des ballons et de marquer sur contre-attaque. (Mi-temps: 15-16) La reprise vit les Héraultais prendre le large. Zuzo notamment profitait des caviars de ses coéquipiers tandis que Nikola Karabatic donnait 5 buts d’avance au MHB (24-19, 44e’). Les cartons rouges de Kabengelé (38e’) et Zuzo (3e exclusion, 53′) après celle de Bellal (20e’) dans le camp adverse changèrent les données. Montpellier ne trouvait plus la faille et Hegazy plantait 4 buts consécutifs pour remettre les équipes à égalité (26-26, 55′) et donner l’avantage à ses couleurs (26-27, 56e’). Les mouches avaient changé d’âne. Montpellier ne parviendra plus à revenir.
Eric SEYLLER

 


Jeudi 28 Aout 2003

FRANCE A’ 23  –  MOSCOU 22

Mi-temps: 11-11. 2000 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Carmaux et Carmaux. Exclusions temporaires: Chevalier (7′, 18′), Viudes (16′), Detrez (46′, 53′), Paillasson (59′), Lamon (60′), Lorgeré (60′) pour France A’; Egorov (5′), Luschnikov (13′), Frolov (20′), Gull (27′), Kamanin (36′, 49′), Safonov (51′), Tchipourine (52′), Filippov (60′) pour Moscou. FRANCE A’: Arriubergé (1′-30′, 3 arrêts dt 2 pen), Annonay et Annotel (31′-60′, 4 arrêts dont 1 pen) aux buts; Henry 4 dt 2/2 pen, Krantz 1, Paillasson 1, Chevalier 2, Auboiron 2, Ben. Gille 1, Viudes 1, Detrez 1, Lamon 1 dt 1/2 pen, Holder 1 dt 0/1 pen, Dole 2, Bussard 2, Lorgeré 4 dt 1/1 pen. MOSCOU: Canzoniero (1′-30′, 8 arrêts dt 1 pen) et Schevelev (31′-60′, 13 arrêts dt 1 pen) aux buts; Filippov 11 dt 6/9 pen, Engovatov 4, Egorov 1, Safonov, Frolov 2, Gull 1, Grichenko 1, Luschnikov, Ivanov, Kamanin 2 dt 1/2 pen, Peskov, Tchipourine.
Beaucoup de gens auraient bien vu Moscou finir dans le haut du classement de cet EuroTournoi. Il n’en sera rien. Battus mercredi par Chambéry, ils se sont inclinés hier face à une équipe de France A’ pleine de coeur. Les Français s’imposant d’un petit but au terme d’un match haché par les coups de sifflets des arbitres: 8 exclusions côté A’, 9 côté russe… Nous sommes à 23-22, il reste une trentaine de secondes à jouer. Les Russes finissent le match en supériorité: 5 contre 4 puis 5 contre 3… Heureusement pour les protégés de Claude Onesta, Ivanov (marcher) puis Egorov perdent le ballon. La colère de Wladimir Maksimov doit encore leur vriller les tympans… Auparavant, les équipes se neutralisèrent. L’écart ne dépassait jamais les deux buts (6-4, 16e’ mais 9-11, 26e’). Aux buts de Lorgeré succédaient ceux d’Engovatov et les penalties de Filippo. La mi-temps survenait sur un score de parité (11-11). Mais dès la reprise, les Bleus appuyèrent sur l’accélérateur tant en attaque qu’en défense. Les Russes souvent à la limite du refus de jeu laissent au seul Filippov le soin de marquer le Moscovite alignant 8 des 11 buts de son équipe en seconde période. Le score monte en faveur des Français: 17-13 (41e’). Le penalty raté par Filippov (6 des 7 derniers buts marqués par les Russes) à la 55e’ sera le tournant du match puisqu’il empêchera les Ours de Tchekov d’égaliser…La fin on la connaît.
Eric SEYLLER

 

MONTPELLIER 27   –   GÖTEBORG 26

Mi-temps: 11-14. 2500 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Bader et Imloul. Exclusions temporaires: Junillon (22′), Bosquet (44′), Bojinovic (53′) à Montpellier; Lundstrom (22′), Myrfalk (28′), Hallbert (30′), Wislander (42′), Jernemyr (53′) à Göteborg. MONTPELLIER: Omeyer (1′-60′, 15 arrêts dt 2 pen) et Imhoff aux buts, Sincère, Kabengelé 1, Junillon , Karabatic 3 dt 0/1 pen, Rognon, Anquetil 1, Puigségur 1, Stefanovic 3 dt 0/1 pen, Golic 4 dt 3/4 pen, Zuzo 2, Bojinovic 6 dt 3/4 pen, Bosquet 6. GOETEBORG: Galia (1′-60′, 22 arrêts dt 4 pen) et Bolin aux buts; Hallbert 1 dt 0/1 pen, Frandesjö 6, Matas, Lundstrom 9 dt 2/3 pen, Franzen 3, Jernemyr 1, Pettersson 4, Henriksson 1, Wislander 1.
Quel début de match de Goeteborg! Les Suédois récupèrent coup après coup les nombreux ballons perdus en chemin par des Montpelliérains à côté de leur sujet. Le Suédois aime les montées de balles. Et à ce petit jeu-là, le score monte vite. Lundstrom inscrivait les 4 premiers buts des Vikings et Frandesjö, soucieux de se rappeler au bon souvenir de ses anciens coéquipiers, lui emboîta le pas: 5-10 (19e’). Les penalties d’Andrej Golic permettaient néanmoins aux champions d’Europe de rentrer au vestiaire avec seulement trois buts de handicap. Certainement sermonnés par Patrice Canayer à la pause, les Héraultais revenaient avec un autre état d’esprit. Kabengelé et Bosquet rapprochaient le MHB, Omeyer sortait deux penalties importants (40e’ et 47e’), Golic égalisait (18-18, 42e’) et dans la même minute, Bojinovic auteur d’une incroyable seconde période offrait pour la première fois l’avantage: 19-18. Le public donnait de la voix pour encourager les Français. Bosquet et Bojinovic mettaient même leur équipe en bonne position (25- 22, 53e’). Omeyer et l’excellent Galia (22 arrêts dont 4 penalties) multipliaient les arrêts. Cependant, Lundstrom et Frandesjö en avaient encore sous la pédale. Ce dernier égalisait à 26-26 dans la dernière minute. Mais une combinaison sur coup-franc entre Karabatic et Bosquet voyait le gaucher inscrire le but de la victoire une seconde avant le gong!
Eric SEYLLER

 


Vendredi 29 Aout 2003

FRANCE A’ 19  –  CHAMBERY 28

Mi-temps: 14-6. 2800 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Garcia et Moreno. Exclusions temporaires: Moretti (4′), Derbier (30′), Delric (55′) à Chambéry; Henry (14′), Ben. Gille (41′), Krantz (51′) pour France A’. CHAMBÉRY: Varloteaux (1′-60′, 20 arrêts dt 1 pen) et Dumoulin (1/3 pen) aux buts. Busselier 3, Derbier 2, Fernandez-Roura 4 dt 3/4 pen, Delric 3, Grossmann 3, Narcisse 4, Moskalenko 3, Moretti 1, Wiltberger 2, Zuniga, Sayad 2, Rouvier 1. FRANCE A’: Arriubergé (1′-30′, 6 arrêts), Annonay (31′-60′ 4 arrêts dt 1 pen) et Annotel aux buts. Krantz 3 dt 2/2 pen, Paillasson 2, Chevalier, Auboiron 1, Ben. Gille, Viudes, Detrez 3, Lamon 2 dt 0/1 pen, Holder 1 dt 1/2 pen, Dole 2, Bussard 2, Lorgeré 3 dt 3/3 pen, Henry.
Cette deuxième “demi-finale” tourna court. Peu habitués à jouer ensemble, les sociétaires de France A’ purent rien faire face au bloc chambérien. 2-2 fut la seule égalité du match. Les Bleus eurent beau prendre Sayad et Narcisse en individuelle, les Savoyards trouvaient régulièrement la faille et comme Varloteaux faisait bonne garde dans ses buts, le score grimpait vite (de 7-5, 20e’ à 14-5, 30e’). Grossmann au passage, se jouait d’Arriubergé, habituellement gardien de… Chambéry avec ses roucoulettes et ses lobs. Chambéry fort de son pécule d’avance entamait la seconde période sur les mêmes bases. Avec une différence notoire cependant. Marc Wiltberger évoluait en attaque. Un bon moment que cela ne lui était pas arrivé… Le temps de faire briller Annonay dans les buts et Marco ajoutait deux unités au compteur savoyard… France A’ tentait bien de répliquer par Lorgeré, Dole ou Detrez, Busselier et Delric remettaient derechef les choses en place. En inscrivant trois buts consécutifs dont celui très spectaculaire de Marc Auboiron, France A revint bien de 23-15 à 23- 18 (56e’) mais les ailiers de Chambéry posèrent une nouvelle couche et terminaient la rencontre sur un cinglant 5-1… (28-19). Chambéry retrouvera donc Göteborg aujourd’hui à 18 heures pour la finale de ce 10e ET. Cela promet bien du spectacle sachant que les deux équipes s’étaient affrontées la saison passée en coupe des coupes. Les joueurs de Philippe Gardent ont encore en travers de la gorge leur élimination pour un petit but sur l’ensemble des deux matches…
Eric SEYLLER

 

EGYPTE 29   –   GÖTEBORG 32

Mi-temps: 15-19. 2000 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Dentz et Reibel. Exclusions temporaires: Jernemyr (6′), Henriksson (41′, 53′) à Göteborg; Yossry (19′), Zaki (23′, 35′ et 38′), Awad (28′), Abdallah (42′), Saber (57′), Ragab (60′) pour l’Égypte. Carton rouge pour 3 fois 2 minutes: Zaki (38′). GÖTEBORG: Galia (1′-15′, 31′-60′, 20 arrêts dt 1 pen) et Bolin (16′-30′, 4 arrêts) aux buts. Hallbert 3, Frandesjö 3, Matas 1, Lundstrom 7 dt 0/1 pen, Franzen 5, Pettersson 5 dt 2/2 pen, Henriksson 1, Wislander 7. ÉGYPTE: El Nakib (tout le match, 16 arrêts dt 1 pen) et Alaa Eldin aux buts. Abdallah 2, Awad 4, Ramy 1, Keshek 2, Hegazy 6 dt 1/2, Ragab 1, Saber 2, Yossry 3, Zaki 6 dt 1/1 pen. D’aucuns en voyant le programme des différentes journées de l’EuroTournoi pensaient que la soirée de vendredi serait la moins intéressante des journées de poule. Il s’avéra que les deux matches de hier soir furent de véritables demi-finales… Les premiers à se qualifier furent les Suédois de Göteborg. Une victoire par deux buts au moins les envoyaient en finale au dépens des Égyptiens. Les deux formations firent jeu égal jusqu’à la 15e’ (9-9). Magnus Wislander, bien meilleur que la veille face à Montpellier répondait à Zaki alors que dans les buts de Göteborg, Martin Galia le Tchèque commençait un nouveau festival. “Ce gardien est impressionnant” avouait en le voyant Yohann Lhou Moha. Le premier break fut pourtant en défaveur des Vikings. Zaki et Hegazy mettaient les Pharaons en tête: 10-13 (19e’). Göteborg répliquait par Franzen mais les Égyptiens eurent même jusqu’à 5 buts d’avance dans la dernière minute de la première période (14-19). A la reprise, Göteborg repartait bille en tête. Lundstrom et Frandesjö se réveillaient et surtout côté adversaire, Zaki, le maître à jouer écopait de sa 3e exclusion et quittait donc définitivement ses coéquipiers (38e’). Pettersson égalisait à la 37e’ (21-21) et dans la foulée, Göteborg prit un avantage définitif. Galia avait barricadé son but et envoyait Lundstrom vers des contre-attaques rédhibitoires… (29-25, 50e’). Les Égyptiens eurent beau tenter le tout pour le tout, Göteborg conservait l’avance nécessaire pour accéder à la finale, Montpellier se retrouvant du coup dans la finale pour la… 5e place face à Moscou. Quelle affiche!
Eric SEYLLER

 


Samedi 30 Aout 2003

FINALE

Chambéry 28  –  Göteborg 27

Mi-temps 15-14 – 3 500 Spectateurs – Arbitres: MM. Dentz et Reibel Chambéry: Fernandez Roura 3 dont 2 pen.,Moskalenko 6,Narcise 5,Zuniga 3,Busselier 3 dont 2 pen.,Grossmann 3,Delric 2,Wiltberger 2,Paillasson 1 Göteborg: Lundstroem 8 dont 2 pen.,Pettersson 6 dont 1 pen.,Hallbert 5,Henriksson 4,Wislander 2,Fraendesjoe 1,Matas 1
Finale de l’Eurotournoi 2003 et retrouvailles du quart de finale de coupe des coupes, ce Chambéry – Göteborg promettait un beau spectacle au Rhénus de Strasbourg. Et d’entrée, les joueurs ravissaient les 3500 spectateurs. Cyril Dumoulin, le jeune gardien savoyard, se montrait sous son meilleur jour, et il fallait la vivacité d’Henrik Lundström pour voir Göteborg mener les débats. Chambéry répondait présent en attaque, malgré l’absence de Seufyann Sayad, et allait même prendre l’avantage au score sous l’impulsion de Daniel Narcisse et Mickaël Delric (4-3, 10e), puis d’Edouardo Fernandez-Roura sur penalty (6-5, 14e). Plusieurs fois en infériorité numérique, les coéquipiers de Wislander accusaient le coup en en milieu de mi-temps et ne pouvaient que laisser Chambéry prendre un premier avantage significatif au score, les pivots chambériens se montrant aussi disponibles qu’efficace face à Martin Galia, pourtant en forme depuis le début du tournoi (13-9, 22e). Malgré les efforts de Marc Wiltberger, le régional de l’étape à la mène de l’attaque chambérienne, Göteborg refaisait petit à petit son retard avant le retour aux vestiaires (15-14, 30e), grâce notamment à Henrik Petterson et Staffan Henrikkson.
La deuxième période débutait alors dans les mêmes conditions. Le match s’emballait davantage encore avec le jeu rapide de Chambéry et Göteborg qui restaient au contact (18-17, 35e). Mais c’est en défense que les Savoyards allaient une nouvelle fois creuser l’écart, puisque Narcisse puis Grossmann ne manquaient pas de sang froid sur contre-attaques (20-17, 38e). Magnus Johansson demandait alors à son capitaine Wislander d’apporter son expérience en attaque, alors qu’il n’avait jusque là pris que les rennes de la défense suédoise. Chambéry gardait toutefois l’avantage à la faveur d’une paire Narcisse-Delric toujours aussi opportuniste et d’une équipe suédoise commettant encore trop de fautes d’attaque pour espérer revenir (24-22, 49e). Henrik Lundström allait alors assurer sa deuxième place au classement des buteurs du tournoi, trompant par deux fois Cyril Dumoulin, mais Marc Wiltberger lui répondait aussitôt en pivot, servi par Narcisse (27-24, 56e). Menant 28-27 à une minute de la fin, balle en main, Chambéry avait bien toutes les armes pour s’imposer. Le tir raté de Mickaël Delric était heureusement sans conséquence pour les joueurs de Philippe Gardent qui pouvaient ainsi fêter une troisième victoire dans le tournoi alsacien.
Chambéry prenait ainsi une belle revanche sur le quart de finale de coupe des coupes de la saison dernière, face à une formation suédoise à coup sûr pleine de talents mais manquant encore d’automatismes.

 

FINALE 3-4

France A’ 23  –  Egypte 23 (3 Tab à 4)

(Mi-temps : 9-16) Bonne pioche pour cette équipe de France A’ expérimentale, ceux que tout le monde vouait à la finale pour la 5° place ont finalement à la faveur d’une bonne victoire contre Moscou gagné le droit de briguer une place sur le podium, ce qui somme toute n’est pas si mal que cela, presque aussi bien que l’année dernière et dans le même tempo en cas de victoire sur ce match. Annotel contre Hegazy et Zaki Seulement pour que la fête soit bien achevée il ne fallait pas refaire le non match de la veille contre Chambéry, et devant l’Egypte au grand complet cela avait quelque chances de se reproduire. Le début pourtant sera de bonne facture, avec un William Annotel très présent dans ses buts Bastien Lamon très présent à la gratte et une attaque qui arrivait à trouver des solutions, cela contre balançait les quelques pertes de balles permettant aux Egyptiens de rester à égalité. Seulement le show Annotel ne durera qu’un temps et les erreurs offensives vont-elles se multiplier permettant à Shérif Hegazy de montrer un peu sa point de vitesse et son opportunisme sur montée de balle et a Hussein Zaki de prendre le relais en cas d’attaque placée.
L’attaque Bleue à la dérive … A ce jeu là, l’écart enfle vite, trois balles perdues : -3, trois tirs loupés -2, plus deux trois coup de patte de ce diable de Zaki et au final encore une première mitemps limite catastrophique pour les Bleus de Claude Onesta, pas vraiment sur l’aspect défensif, mais sur l’aspect offensif ou le pas trop mauvais succède beaucoup trop souvent au carrément pas bon du tout voire le médiocre, perte de balle, mauvais blocs, choix de tirs pas terrible et engagement restreint auront fait la majeure partie de l’attaque française sur ce premier acte. A espérer que la deuxième mi-temps réconcilie un peu cette équipe avec son jeu, c’était la seule chose à vouloir obtenir, pour la victoire avec un score de 9 – 16 il était à craindre que pour la gagne il n’y avait plus rien à faire.
Et pourtant, et pourtant … La pause avait du être agitée dans les vestiaires bleus, car la mouche allait changer d’âne dès la reprise du jeu, une défense remodelée avec une 4-2 bloquant bien Hussein Zaki, une attaque enfin dynamique avec des arrières qui se lancent et qui libère dans le bon temps pour des ailiers efficaces à l’image de Frédéric Dole auteur de deux beaux buts sur son aile droite. Mais en plus de tout cela, la rentrée de Patrice Annonay allait changer énormément de choses.
Un Ange vînt… A Angers tout le monde connaît Annonay, capable par instants de se mettre en chaleur et de bloquer tout ce qui passe a portée des cages, mais entre le voir le faire à Angers ou il a ses marques et en équipe de France contre l’Egypte, une des 8 meilleures nations du Monde, il y a un sacré pas. Ce pas Patrice va le franchir sans aucun complexe, auteur de 13 arrêts sur 18 tirs ! 2 penaltys, et nombre de d’arrêts non comptabilisable car succédant à une faute préalable, comme pendant ce temps l’attaque ne faiblissait pas trop et continuer à trouver des espaces dans la défense Egyptienne on assistait alors à l’incroyable 20 -20 à la 20° minute, 11 à 4 infligé à l’Egypte de Zaki et la possibilité de gagner le match. En être la après une telle catastrophe en première mi-temps relevait du miracle pur et dur, mais c’est aussi le rôle d’un gardien de faire des miracles, de la a en faire toutes les 2minutes quand même, l’Egypte sonnée mais as K.O. allait se ressaisir enfin, avec toujours Zaki et Hegazy, et repasser en tête , pas de beaucoup, un petit but voire deux au grand maximum car la France ne voulait plus lâcher la partie, la première mitemps leur ayant fait trop de mal pour une fois en être arrivé la de nouveau laisser l’Egypte se balader. Le presque miracle bleu Marc Auboiron avait eu l’égalisation avec son bras sur penalty mais El Nakib s’inspirait d’Annonay et détournait son tir, il fallait que Frédéric Dole joue le coup de la roucoulette premier poteau pour qu’a 30 secondes de la fin du match Patrice Annonay fasse sont dernier miracle et donne une balle de match à Benjamin Gille, arrêtée par El Nakib malheureusement. Voir les Bleus disputer les tirs au buts après avoir compté 9 buts de retard était déjà purement étonnant mais ce qu’Angevin voulait sur cette mi-temps il semble que le Dieu Hand le voulait aussi. Pas de prolongations dans l’Eurotournoi, des tirs au buts directement et c’était finalement après encore un penalty arrêté par Annonay, l’Egypte qui va s’imposer par 4 tirs au buts à 3, Frédéric Dole et Michel Lorgeré ayant échoué dans cet exercice si difficile.
Patrice Annonay, gardien de l’équipe de France A’: “On est déçu par le résultat final évidemment, mais on est heureux car on revient de très loin. Chacun a su se transcender après la défaite d’hier face à Chambéry. Sur ce match, on mérite peut-être même la victoire. (…) La défense a été très bonne et cela m’a bien aidé. (…) On peut faire un bilan positif aujourd’hui. C’est une très bonne expérience pour moi, j’epère qu’il y aura une suite… si suite il y a.”
François Dasriaux

 

FINALE 5-6

Montpellier 25  –  Moscou 26

(Mi-temps : 9-11) Bizarre comme match pour la dernière place du tournoi et surtout le sceptre de vilain petit canard de cette dixième édition de l’Eurotournoi. Ce match qui pourrait être un quart de finale de la Champion’s League et surtout qui sera le match d’ouverture à Bougnol de la Champion’s League le week-end du 10 octobre. Montpellier court derrière Le jeu proposé par Montpellier arrivait à contrecarrer les plans de Vladimir Maximov, seuls les échecs aux tirs et au penalty avec un show Canzoniero dans les buts moscovites avec 3 arrêts dans les 15 première minutes de jeu empêchaient le MHB de profiter de ses bonnes dispositions dans le jeu et quand un mode de jeu de donne pas les résultats qu’il devrait donner, les joueurs ont tendance à s’énerver un peu, résultat au lieu de faire la course en tête c’était Moscou qui lui ne ratait pas grandchose. Doucement pourtant, en réglant son problème d’efficacité les Héraultais vont arriver à recoller au score (6-6 à la 20° minutes). Seulement pour continuer sur cette lancée il aurait fallu que les joueurs restent bien concentré sur leurs attaques et ne pas rendre quelques balles assez bêtement aux Russes qui n’en demandaient pas tant pour enchaîner montée de balles et jeu rapide pour aussitôt recreuser un petit écart de 3 buts.
Le temps mort de Patrice Canayer va régler un pue la mire et sur l’attaque qui s’en suivait le Sincère ramenait l’écart à 2 buts avant qu’un but pivot de Laurent Puigségur ne le remette à sa plus simple expression : 1 but Le penalty transformé par Alexeï Kamanine donnant quand même un peu d’air à son équipe sur la fin de la première mi-temps.
La révolte de Mladen
Montpellier qui depuis le début de match s’appuyait surtout sur Rasko Stefanovic et un Thierry Omeyer toujours au top va trouver en la personne de Mladen Bojinovic son détonateur en début de mi-temps et pourtant les choses n’étaient pas simple, souvent sanctionnés en défense d’exclusions, le MHB peinait parfois à trouver de « bonnes » solutions, alors dans ces cas là, la mine de « Boji » reste une arme de tout premier choix, en décochant son bras surpuissant par 3 fois il remettait son équipe devant dès les débuts du deuxième acte. En mal de confiance ces derniers temps le MHB ne pouvait tenir ce rythme et surtout Vladimir Maximov refaisait rentrer Christian Canzoniero ce qui avait pour effet de permettre un rapproché immédiat au score de la part de ses troupes. Entre exclusions de part et d’autre et prise d’avantage d’un rien de chaque côte, aucune équipe ne voulait lâcher le moindre pouce de terrain. C’est ce diable de Kamanine qui va faire pencher la balance du match du côté russe, en convertissant un penalty et concluant une montée de balle en suivant il va donner deux buts d’avances à ses couleurs à 3 minutes de la fin du match. C’est Mladen Bojinovic qui va permettre une lueur d’espoir au MHB, mais après une attaque avortée des Russes, la dernière possession pour l’égalisation se soldait par une perte de balle assez dans le ton du match livré par le MHB, du solide parfois, du brillant individuel de temps en temps mais des errements qui au final coûtent cher. 5 défaites en 6 matchs, la maison à quelques ratés à l’allumage en ce début de saison, avec toutefois la satisfaction d’avoir battu Göteborg qui pourrait remporter le tournoi.
François Dasriaux

DIX ANS DE BONHEUR
Les grands évènements sportifs foisonnent en cette rentrée. C’est tout naturellement que l’EuroTournoi y trouve sa place. Pour souffler ses dix bougies, un saut de puce, 500 mètres séparent la salle Jeanne d’Arc, l’une des salles qui accueilli la première édition de l’EuroTournoi, du Rhenus Sport où nous nous retrouvons désormais. Il faut bien l’avouer, cette salle est le plus beau cadeau d’anniversaire qui nous ait été offert. Esthétique, aux dimensions humaines, le public s’appropriera et adoptera ce Rhenus Sport avec un plaisir non dissimulé. C’est donc très naturellement que nos remerciements vont vers les collectivités locales qui ont participé à cette édification et bien plus particulièrement à la ville de Strasbourg et à sa communauté urbaine. Les dés sont jetés, le départ d’une nouvelle décennie de succès est donné ce soir avec le coup de sifflet qui libérera les six prestigieuses équipes qui composent notre plateau 2003.
Christian CARL

(Edito de l’EuroMag N° 32 du mercredi 27 Aout 2003)