2002

Ce neuvième opus voit la venue de la mythique équipe du THW Kiel et ses stars Olsson, Pettersson et Lövgren, tous frais quadruples champions d’Europe avec la Suède, dans une formule à 8 clubs qui vivra là sa dernière édition. Les allemands sont accompagné de trois nouveaux, les ukrainiens de Zaporozhye, les hongrois de Veszprem, tous récent finalistes de la Ligue des champions perdue contre Magdebourg et enfin la note exotique avec les italiens de Conversano et leur coach croate Lino “Woody Allen” Cervar qui mènera son pays d’origine aux titres mondiaux et olympiques en 2003 et 2004. Côté français on reconduit le champion de France Montpellier et son dauphin Chambéry tout comme les locaux de Sélestat. Petite nouveauté avec la venue d’une équipe de France A’ pour tester des “petits jeunes” dans laquelle on trouve deux nom pas encore très connus, Nikola Karabatic et Michael Guigou qui éclateront aux yeux du monde entier quelques mois plus tard en remportant quasiment à eux deux la Ligue des Champions contre le Pampelune de Jackson Richardson.
Ce sera également la dernière fois qu’une poule sera décentralisée à Reichstett le mercredi. Dernière également pour le Centre Sportif de La Robertsau et des Malteries puisqu’on annonce d’ores et déjà une salle de 5000 places au Rhénus pour l’an prochain.

  • Le joueur sur l’affiche est Stefan Lövgren de Kiel
  • Retrouvez tous les détails de cette édition sur le site de l’époque en cliquant ici
  • Retrouvez plus de détails dans les archives de l’EuroMag

Kiel fait honneur à sa réputation en l’emportant 31 à 29 face à Montpellier il est vrai privé de Karabatic et Guigou qui jouent avec France A’. Cette même France A’ prend la 3ème place en surclassant Zaporozhye 28 à 20. Chambéry s’octroie la 5ème place en battant Veszprem sur le fil dans le match des équipes qui auront déçues cette année. Enfin Sélestat “explose” Conversano qui n’avait définitivement rien à faire dans cette galère…

Classement
1) Kiel – 2) Montpellier – 3) France A’ – 4) Zaporozhye – 5) Chambéry – 6) Veszprem – 7) Sélestat – 8) Conversano

Meilleur joueur : Grégory Anquetil (Montpellier)
Meilleur gardien : Vlado Sola (Chambéry)
Meilleur buteur : Eric Gull (Sélestat) 39 buts

 


Les matchs en détail

Mercredi 28 Aout 2002

SELESTAT  27  –   KIEL 32

” KIEL ” SONT FORTS, CES ALLEMANDS !

Centre Sportif de Reichstett – Mi-temps 12-14. Arbitrage de MM. Creteau et Campener. 700 spectateurs environ. Sortis pour deux minutes : Freppel (22e), Omeyer (29e) et Engel (55e) pour Sélestat ; Lovgren (35e), Dominikovic (39e) et Przybzcki (54e). KIEL : Andersson (1ere-12e et 55e-60e, 4 arrêts dont 1 pen), Ege (13e-30e et 44e-55e, 7 arrêts dont 1 pen) et Fritz 31e- 43e, 6 arrêts).Petersson 7 (1 pen), Przybzcki 1, Bjerre 4, Wisotzki 9, Dominikovic 3, Petersen, Olsson 1, Lovgren 7 (2 pen). SELESTAT : Tchoumak (1ere-50e, 13 arrêts dont 1 pen) et Jovicic (51e-60e, 3 arrêts dont 1 pen) aux buts. Karcher 2, Engel 3, Gull 11 (2 pen), Omeyer 1 pen, Feliho 7, M’Gannem 2, Willmann 1, Winterberg, Boultif, Freppel, Schaerlinger, Denain.
Les trois premières minutes de la rencontre laissent craindre le pire : Kiel se détache 3-0 avec deux réalisations de Lövgren. Heureusement, Gull et Tchoumak sont dans un grand jour et remettent les Alsaciens à flot 4-4 (7e). Les deux formations sont alors au coude à coude jusqu’à la mi-temps, mais jamais l’insouciant Boultif (pas impressionné pour un sous par Olsson) et ses coéquipiers ne parviennent à prendre l’avantage sur les expérimentés Allemands… ou plus exactement ” Européens ” de Kiel (6 nations représentées : Suède, Norvège, Danemark, Pologne, Croatie, et Allemagne, seuls 3 Allemands sur les 11 joueurs alignés). Au retour des vestiaires, les vainqueurs de la coupe EHF se détachent grâce à un excellent Wisotzki (9 buts au total) et prennent 4 buts d’avance 16-20 (38e’). Pas suffisant pour décourager les Sélestadiens qui sous l’impulsion de Feliho et Gull, 18 buts à eux deux !!! égalisent à 21 partout à un quart d’heure de la fin. Le moment choisi par nos voisins d’Outre-Rhin pour mettre un coup d’accélérateur et infliger un sévère et somme toute logique 11-6 aux joueurs de Maya Berthier qui n’ont absolument pas à rougir de cette défaite.
Aurélien GASSER

 

CHAMBERY 22   –   ZAPOROZHEY 26

VICTOIRE LOGIQUE

Centre Sportif de Reichstett – Mi-temps 13-11. Arbitrage de MM. Lazaar et Reveret. 700 spectateurs environ. Sortis pour deux minutes : Gurkovski (13e et 35e) et Andrischenko (52e) et Brovko (57e) à Zaporodje ; Wiltberger (28e) à Chambéry. ZAPORODJE : Budko (1ere-30e, 4 arrêts) et Koshovy (31e-60e, 6 arrêts) aux buts. Gurkovski 2, Khaukha 6 (3 pen), Nat 2, Natalyuk, Petrenko 4, Koshovy, Shelmenko 4, Brovko 6, Anissimov, Andrishenko 2. CHAMBERY : Sola (1ere-30e, 3 arrêts) et Arriuberge (31e-60e, 5 arrêts) aux buts. Moualek 4 (2 pen), Roura 2, Delric, Michel 1, Narcisse 6, Moskalenko 3, Moretti, Wiltberger, Rouvier 1, Sayad 5 (2 pen), B. Gille.
L’équipe Savoyarde affrontait pour son premier match de l’ET des ukrainiens que personne ne connaissait, ou presque. Sans que le match soit transcendant techniquement, sur le plan physique, les deux adversaires ne se faisaient pas de cadeaux. Si les recrues chambériennes avaient du mal à s’exprimer sur le terrain, les joueurs de Zaporodje grâce à un jeu rapide et plus lucide viraient en tête à la mi – temps 13-11. A la reprise sous l’impulsion de Narcisse les jaunes et noirs réussissaient à reprendre l’avantage pour mener 19 – 16 à la 41ème. On aurait pu penser que Gardent avait recadré ses hommes, mais quand un terrain est en chantier, on alterne toujours le bon et le moins bon. Et c’est ce qui arriva dans les vingt dernières minutes où les pertes de balles, les incompréhensions entre les uns et les autres étaient tout bénéfice pour Brovko qui aligna, notamment, quatre buts à la suite en contre – attaque tandis que Chambéry aura peiné pour passer le compteur à la dizaine supérieure. Bref une victoire ukrainienne méritée et une équipe savoyarde qui doit se servir de cette défaite pour la suite de sa préparation et retrouver des automatismes qui auront manqué hier soir.
GR

 

FRANCE A’ 26  –  VESZPREM 26

Salle de la Robertsau. Mi-temps: 11-13. 600 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Bader et Imloul. Exclusions: Richard (24′), Zuzo (39′) pour France A’; Jovic (23′, 42′,60′), Gal (27′), Toth (28′), Csoknyai (30′) pour Veszprem. Carton rouge pour 3 exclusions: Jovic (60′) à Veszprem. FRANCE A’: Lemonne (1′-30′, 7 arrêts) et Katschnig (31′-60′, 5 arrêts) aux buts; Karabatic 3, Paillasson, Lamon 1, Scaccianoce 1, Zuzo 3, Busselier 4 dt 3 pén., Guigou 5 dt 3 pén., Di Salvo 1, Rognon, Guilbert 3, Chevalier 3, Richard 2. VESZPREM: Fazekas (1′-43′, 14 arrêts) et Sterbik (44′-60′, 7 arrêts)aux buts; Ivancsik 4, Mohacsi, Eles 1, Gal, Dzomba, Perez 4, Csoknyai, Kekesi, Zsigmond 4, Pasztor 1, Lazarov 10 dt 3 pén., Toth 1, Jovic 1.
Le début de rencontre entre les finalistes de la Ligue des champions et les Bleuets était serrée. Busselier sur penalty, Chevalier et Scaccianocce sur montée de balle permettaient à la France de mener 3-2. Mais commettant l’une ou l’autre maladresse, en confondant parfois vitesse et précipitation, ils donnèrent des ballons de contreattaques aux Magyars. Comme Fazekas faisait bonne garde dans sa cage, les Hongrois prirent un premier ascendant (4-8, 15′). Une défense plus entreprenante remettait les Bleuets dans la course mais malgré une supériorité numérique à 6 contre 4, ces derniers accusaient deux buts de retard à la pause (11-13). C’est cette défense qui provoquait la montée de balle conclue par Lamon qui égalisait à 14-14 (34′). Le match allait désormais se résumer à une course-poursuite, Veszprem tentant de conserver face à Guilbert et Karabatic notamment leur but d’avance. En effet, jamais les Français ne purent prendre l’avantage et malgré un impressionnant Lazarov côté adverse, obtinrent le match nul sur un penalty de Guigou, auteur des trois derniers buts français à 15 secondes de la fin.
Eric SEYLLER

 

MONTPELLIER 26  –  CONVERSANO 25

Salle de la Robertsau. Mi-temps: 17-12. 800 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Bourgeois et Denis. Exclusions: Sioud (11e’), Junillon (29e’),Dinart (41e’) à Montpellier; Opalic (28e’), Vori (33e’),Lisicic (60e’) à Conversano. MONTPELLIER: Omeyer (1e…e-30e’ et 56e’-, 12 arrêts dont 1 pen.), Martini (31e’-55e’, 5 arrêts) et Imhoff aux buts; Krantz, Dinart, D. Kabengele 2, Junillon 2, G. Anquetil, Puigségur 2, Stefanovic 7 dt 1/2 pen., Golic 5, Burdet 3, Sioud 2, Facila, Bojinovic 3. CONVERSANO: Hrafnkelsson (1e…e’-30e’,6 arrêts dont 1 pén.) , Fovio (31e’-60e’, 5 arrêts dont 1 pen.) et Lopasso aux buts; Di leo 5, Salatino 1, Nims, Flego 2, Bilic 3, Thorsson, D’Alessandro, Lisicic 9 dt 4/5 pen, Vori 2, Opalic 2, Onelli 1.
‘Après une douzaine de minutes d’observation où les deux équipes firent jeu égal (12-12), le collectif héraultais répondant au bras gauche de Lisicic, auteur de 7 des 12 buts de son équipe en première période. Mais l’expérience est côté montpellier. Et petit à petit l’écart se creusa pour atteindre 4 buts grâce à Burdet (26′) puis 5 buts lorsque sur le fil Puigségur transformait un caviar de Stefanovic (17-12 à la mi-temps). ‘La seconde mi-temps restait intense. Puigségur, au pivot, avait affaire à forte partie face aux trois déménageurs de la défense italienne. Lisicic, Opali et Vori lui rendant tous trois pas mal de centimètres et de kilos… Patrice Canayer faisait tourner son effectif et à l’approche des dix derniers minutes, quelques approximations dans le jeu français permirent à des Transalpins ne s’avouant jamais vaincus de revenir à 3 buts (23-20 ,50′) puis même à 1 grâce à deux buts de Di Leo (24-23, 55′)… La tension montait mais Omeyer arrêtait un penalty de Lisicic, Golic et Puigségur conservaient la victoire pour Montpellier.
Eric SEYLLER

 


Jeudi 29 Aout 2002

Montpellier 22  –  France A’ 21

Salle des Malteries – Mi-temps 12-10. Arbitrage de MM. Lazaar et Reveret. 600 spectateurs environ. Sortis pour deux minutes : Kabengele (2e), Golic (24e) à Montpellier ; Chevalier (22e et 58e) à France A’ . MONTPELLIER : Martini (1ere-60e, 12 arrêts), Omeyer et Imhoff aux buts. Dinart 1, Kabengele, Junillon, Anquetil 3, Puigsegur 3 (2 pen), Stefanovic 3, Golic 7 (3 pen), Burdet, Sioud 2, Facila, Bojinovic 3. FRANCE A’ : Katschnig (1ere-30e, 6 arrêts) et Lemonne (31e-60e, 8 arrêts dont 2 pen) aux buts. Karabatic 6, Paillasson 2, Lamon, Scaccianoce 2, Zuzo 2, Busselier 2, Guigou 3 (2 pen), Di Salvo 1, Rognon, Guilbert 2, Chevalier 1, Richard.PETITS MEURTRES ENTRE AMIS L’équipe de France A’ a beau aligner 5 Montpelliérains, les 2 formations ne se font d’entrée pas de cadeaux, en témoignent les 2 minutes infligées à D. Kabengélé dès la 2e minute de jeu.
Si les jeunes tricolores prennent l’avantage 3-1 (9e), s’ensuit pour eux une longue traversée du désert. Les A’… D’ et encaissent en 9 minutes un sévère 7-0. Dans un match toujours aussi engagé, Montpellier lève un peu le pied et permet à Zuzo et ses coéquipiers de revenir à 2 longueurs à la pause. Au retour des vestiaires, Karabatic (meilleur marqueur des bleus avec 6 réalisations) marque le match de son empreinte en donnant une nouvelle fois l’avantage à sa formation 12-13 (35e). Le chassé-croisé ne prend fin qu’au coup de sifflet final et ce penalty décisif transformé avec beaucoup de sang-froid par l’expérimenté Dédé Golic. Forts de cette victoire, les Montpelliérains peuvent désormais lorgner vers la finale. Pour y accéder, un match nul face à Veszprem leur suffit. Face à des Magyars surmotivés, c’est pas (encore) gagné.
AURÉLIEN GASSER

 

VESZPREM 27  –  CONVERSANO 19

Salle des Malteries – Mi-temps 14-8. Arbitrage de MM. Thoiry et Vlaminck. 600 spectateurs environ. Sortis pour deux minutes : Toth à Veszprem. VESZPREM : Sterbik (1ere-38e, 6 arrêts) et Fazekas (39e-60e, 5 arrêts) aux buts. Ivancsik 4, Mohacsi 1, Eles 1, Gal, Dzomba 6, Perez 3, Csoknyai, Kekesi, Zsigmond 2, Pasztor, Lazarov 4 (2 pen), Toth 4, Jovic 2. CONVERSANO : Fuvio (1ere-30e, 4 arrêts) et Lopasso (31e-60e, 4 arrêts), aux buts. Thorsson 2, Opalic, Bilic 9, Lisicic 4, Di Leo 2, Nims, Flego, Salatino, D’Alessandro 1, Vori, Onelli 1
VESZPREM, LABEL EQUIPE
Entre le collectif bien rodé de Veszprem et les seuls exploits individuels de Billic (7 buts), le score prend rapidement une tournure favorable aux Hongrois 6-2 (10e’). Les Magyars défendent à merveille et gardent leurs cages inviolées 7 minutes durant. En attaque, c’est ” show-time ” avec les contres assassins du virevoltant ailier Georgo Ivancsik, ou les passes millimétrées de Lazarov pour ses pivots, impressionnants d’efficacité. La plus belle illustration de cette domination est donnée sur le dernier but de la mitemps (14-8), but marqué par Dzomba, à la réception de 2 passes lasers consécutives signées Perez et l’incontournable Lazarov. Au retour des vestiaires, l’écart grimpe encore 20-12 (39e’) et la démonstration de Veszprem se poursuit avec un kung-fu en haute altitude de Dzomba, chaleureusement applaudi par le (à ce moment là) maigre public des Malteries. Assurément, les Italiens de Conversano ne boxent pas dans la même catégorie que leurs adversaires, et on se demande encore comment avant-hier soir, ils n’ont échoué que d’1 but face à Montpellier…
Aurélien GASSER

 

Kiel 30 – Zaporodje 24

Centre Sportif de la Robertsau – ‘Mi-temps: 14-10. 800 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Bader et Imloul. Exclusions: Petersen (16′) à Kiel; Petrenko (21′) à Zaporodje. ‘KIEL: Fritz (tout le match; 20 arrêts), Andersson et Ege dans les buts; Pettersson 7 dt 0/1 pen., Przybecki 4, Bjerre 3, Petersen 3, Lövgren 8 dt 5/6 pen., Wisotzki 3, Dominikovic 1, Olsson 1. ‘ZAPORODJE: Budko (1′-30′, 8 arrêts dt 1 pen.) et Koshovy (31′-60′, 6 arrêts) dans les buts; Anisimov 2, Petrenko 4, Nat 2, Brovko 1, Andrijeschenko 6 dt 1/1 pen., Shelmenko 4, Natalyuk, Burkovski 3, Khaukha 2 dt 0/1 pen.
KIEL TROP FORT
‘Le nombreux public présent à la Robertsau hier soir a vu du handball de très haut niveau. Kiel malgré un effectif réduit, malgré la fatigue, plusieurs joueurs ayant joué les soixante minutes a sorti le grand jeu face à des Ukrainiens qui ont le mérite de jouer leur chance à fond. Khaukha et Shelmenko notamment tinrent leur équipe au niveau des Allemands. Le temps que Henning Fritz se mettent en route et aligne les arrêts. Lövgren enchaînant les caviars et le score de monter en faveur de Kiel (13-8, 26′ et 14-10 à la pause). ‘La défense centrale des Allemands avec Olsson, Petersen et Dominikovic serre les rangs et Fritz continue de sauter sur tout ce qui s’approche de son but. Les penalties de Lövgren, les buts en puissance de Bjerre portent l’écart à 7 buts (23-16, 47′). Petrenko et les siens résistèrent bien (25-21, 54′) profitant d’une petite baisse de régime de Kiel mais Pettersson en contre-attaque inscrivait trois buts dans les 4 dernières minutes pour garder un écart plus conséquent.
Eric SEYLLER

 

Sélestat 22  –  Chambéry 32

Centre Sportif de la Robertsau – ‘Mi-temps: 8-18. 600 spectateurs environ. Arbitrage de MM. D. Carmaux et T. Carmaux. Exclusions: Gull (22′) à Sélestat; Moretti (39′, 44′), Moskalenko (42′) à Chambéry. ‘SELESTAT: Tchoumak (1′-15′ et 39′-60′, 5 arrêts) et Jovicic (16′-38′, 7 arrêts) dans les buts; Karcher, Engel 4, M’Gannem 1, Omeyer, Feliho 5, Denain, Winterberg, Heller, Willmann 2, Freppel 1, Schaerlinger 1, Gull 8 dt 5 pen. ‘CHAMBERY: Sola (1′-30′, 6 arrêts dt 1 pen) et Arriubergé (31′-60′, 5 arrêts) dans les buts; Moualek, Roura 2, Delric 3, Michel 2, Ben. Gille 5, Narcisse 2, Moskalenko 3, Moretti 3, Wiltberger, Malbroukou 1, Sayad 5, Rouvier 6.
CHAMBÉRY TROP FACILEMENT
‘Chambéry après sa défaite face à Zaporodje avait à coeur de se reprendre face à l’autre français de la poule, Sélestat. En ouvrant le score par Moskalenko, les Savoyards imposèrent tout de suite leur jeu. Sélestat résista bien jusqu’au 2-2 (6′) sur un but acrobatique de Willmann puis baissa pied rapidement. Moskalenko et Sayad mirent très vite leur équipe à l’abri. Les Violets ne surent répliquer que par le seul Gull (5 des 8 buts sélestadiens en première période). De 5-10 (18′), l’avance chambérienne fut de dix buts à la pause (8-18). Les problèmes offensifs conjugués à un repli défensif inexistant du SCS donnaient des buts faciles aux hommes de Philippe Gardent. Rouvier s’en donnait à coeur joie et son sixième but portait l’écart à 13 unités. (16- 29, 50′). Un écart qui devait finalement se stabiliser à 10, les Sélestadiens se reprenant dans les dix dernières minutes à l’image de Rock Feliho.
Eric SEYLLER

 


Vendredi 30 Aout 2002

Sélestat 21 –  Zaporodje 28

Salle des Malteries – ‘Mi-temps: 11-12. 500 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Thoiry et Vlaminck. Exclusions: Feliho (25′, 30′), Engel (40′), Willmann (44′) à Sélestat; Petrenko (12′, 20′),Natalyuk (29′, 50′), Nat (46′), Andrijeschenko (55′) à Zaporodje. ‘SELESTAT: Tchoumak (1′-54′, 8 arrêts dt 1 pen.) et Jovicic (55′-60′, 2 arrêts) dans les buts; Pabst, Boultif, Karcher 4, Engel 1, M’Gannem 1, Omeyer 2, Feliho 1, Winterberg, Willmann 1, Freppel 3, Schaerlinger 1, Gull 7 dt 3/4 pen. ‘ZAPORODJE: Budko (1′- 30′, 8 arrêts dt 1 pen.) et Koshovy (31′-60′, 8 arrêts) dans les buts; Anisimov, Petrenko 1, Nat 9 dt 2/2 pen, Brovko 4, Andrijeschenko 6, Shelmenko 5, Natalyuk, Burkovski 2, Khaukha 1/2 pen.
‘Sélestat avait à coeur de s’imposer face aux Ukrainiens de Zaporodje. Le but: terminer 3e et éviter le finale 7e-8e places. Le hic: Zaporodje pouvait en cas de victoire terminer 2e… Partant avec ces bonnes intentions, les coéquipiers de Christian Omeyer firent jeu égal avec leurs adversaires. Après un 1-3, Karcher Gull et Freppel tinrent leur équipe au niveau de Zaporodje, on notait ainsi 10 égalités dans cette première période. Les deux équipes prirent tour à tour l’avantage mais la sonnerie intervint à 11-12. ‘Tout restait possible pour le SCS. Mais retombant dans les mêmes travers que face à Chambéry la veille (22-32), pertes de balles, jeu trop compliqué, repli défensif plus que défaillant, les Sélestadiens offirent des ballons de contre aux Ukrainiens. Nat et Brovko en furent les principaux bénéficiaires. Mission ce midi pour les joueurs de François Berthier: Battre Papillon Conversano pour éviter la dernière place de ce tournoi.
Eric SEYLLER

 

Kiel 23 – Chambéry 21

Salle des Malteries – ‘Mi-temps: 10-10. 900 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Garcia et Moreno. Exclusions: Pettersson (14′), Olsson (48′) à Kiel; Sayad (13′), Wiltberger (43′) à Chambéry. ‘KIEL: Ege (1′- 60′, 23 arrêts dt 2 pen), Fritz et Andersson dans les buts; Pettersson 4, Przybecki 3, Bjerre, Petersen 2, Lövgren 7 dt 4/4 pen, Wisotzki 3, Dominikovic 3, Olsson 1. ‘CHAMBERY: Sola (1′-60′, 11 arrêts) et Arriubergé dans les buts; Moualek, Roura, Delric 1, Michel 3, Ben. Gille, Narcisse 10 dt 1/2 pen., Moskalenko 3, Moretti, Wiltberger, Malbroukou, Sayad 4 dt 0/1 pen, Rouvier.
‘Chambéry, qui avait une chance de finir premier de la poule et donc disputer la finale de l’ET dont il est le double tenant, a attaqué cette rencontre face à l’ogre allemand pied au plancher. Un Narcisse atomique, une défense solide autour de Benjamin Gille, Sayad et Wiltberger empêcherent Lövgren et consorts de développer leur jeu. Malheureusement pour les Chambériens, Ege était dans les buts de Kiel. Après Fritz et ses 20 arrêts jeudi soir, voilà que Ege en réalise 23 face aux Savoyards! 23 arrêts, dont 12 en 1ere période, pour 21 buts encaissés, les statistiques parlent d’elle- mêmes… ‘10-10 à la mi-temps puis 12-15 à la 39′, le public favorable à Chambéry commençait à y croire. Narcisse continuait à marquer, Sayad lui emboîtait le pas. Mais Kiel ne s’énervait pas. Forts de leur expérience internationale, les Allemands égalisèrent par Przybecki (44′), ce même Przybecki leur donnant l’avantage 3 minutes plus tard. Kiel allait désormais faire la course en tête, Chambéry ne pouvant que faire le maximum pour ne pas perdre pied et recoller au score à chaque fois. Lövgren, Pettersson et Dominikovic sonnaient toutefois le glas des derniers espoirs savoyards (23-20), le 10e but de Narcisse n’y changea rien… Chambéry se contentera de la finale pour la 5e place alors que l’affrontement Kiel – Montpellier pour le titre de ce 9e EuroTournoi s’annonce explosif!
Eric SEYLLER

 

FRANCE A’ 30  –  CONVERSANO 22

Salle de la Robertsau. Mi-temps : 10-16 . Arbitrage de : MM. Alezard et Creteau. Environ 650 spectateurs. Sortis pour deux minutes : Karabatic (22e), Paillasson (28e), Zuzo (33e), Guigou (35e), Di Salvo (36e) en Equipe de France A’ ; Di Leo (23e), Nims (24e), Lisicic (33e, 37e et 39e), Vori (42e) à Conversano. FRANCE A’ : Lemonne (1ère – 50e, 10 arrêts, dont 1 penalty) et Katschning (51e à 60e, 2 arrêts) aux buts. Karabatic 3 (2 penalties), Paillasson 3 (2 penalties), Lamon 3, Scaccianoce, Zuzo 1, Busselier 5 (3 penalties), Guigou 1, Di Salvo 7, Rognon 2, Chevalier 2, Richard 3. CONVERSANO: Hrafnkelsson (1ère à 30e, 10 arrêts dont 1 penalty) et Fuvio (30e à 60e, 5 arrêts) aux buts. Di Leo 7, Salatino, Nims 2, Flego, Bilic 5 (1 penalty), Thorsson 1 , D’Alessandro 2, Lisicic 2, Vori 1, Opalic 2, Onelli.
PAS TRES JOJO TOUT CA
C’est bien simple : la première mi-temps fut entièrement dominée par l’équipe de France A’. Magistralement dirigés par le petit meneur de jeu Bastien Lamon (Dunkerque), les petits frenchies ont réalisé 30 excellentes minutes. Laurent Busselier, dans un style très dynamique, a marqué 5 fois dont un superbe chabala sur penaltie. Au fait, en face, il y avait les Italiens de Conversano. Enfin surtout leur gardien, Hrafnkelsson qui réalisa 10 arrêts. Pas mal. En seconde mi-temps, l’ambiance sur le terrain était plus à la bagarre qu’au beau jeu. Les Italiens, mais ce serait injuste de tous les mettre dans le même panier puisque c’est surtout Lisicic qui s’illustra, ont pourri le jeu. Lisicic fut logiquement expulsé à la 45e et c’était un moindre mal. Les petits français, malgré quelques gestes d’humeur, gardaient leur calme et confirmaient leur supériorité. Au final, ils l’emportent par 8 buts d’avance et c’est mérité.
Romain SUBLON

 

Montpellier 24  – Veszprem 21

Salle de la Robertsau. Mi-temps : 15-7. 900 spectateurs. Arbitres : MM. Bader et Imloul. Montpellier : 24 buts pour 49 tirs. Omeyer (1re à 60e, 21 arrêts dont 2 pén.) au but; Bojinovic 7/9 (dont 3/3 pén.), Stefanovic 5/9 (dont 1/2 pén.), Dinard 3/3, Sioud 3/9, Golic 2/7 (dont 2/3 pén.), Kabengele 1/1, Anquetil 1/5, Puigsegur 1/1, Burdet 1/2, Junillon 0/3. Exclusions : 6 x 2′; un joueur éliminé, Bojinovic (60e, 3 x 2′). Veszprem : 21 buts pour 48 tirs. Sterbik (1re à 30e, 5 arrêts) et Fazekas (31e à 60e, 10 arrêts) au but; Ivancsik 5/9, Lazarov 5/13 (dont 1/3 pén.), Reinaldo Perez 4/7, Dzomba 2/4 (dont 1/1 pén.), Zsigmond 2/2, Monacsi 1/1, Paszlor 1/1, Jovic 1/6, Eles 0/3 (dont 0/1 pén.). Exclusions : 4 x 2′.
Omeyer, ” Hérault ” de Montpellier
Après avoir laissé Ivancsic marquer sur trois contre-attaques consécutives 1-3 (4e) , Montpellier resserre les rangs en défense. Un Thierry Omeyer en état de grâce dégoûte ses adversaires en réalisant 15 arrêts (rien que ça !) en première période et du coup les Héraultais se détachent, qu’écris-je, s’envolent vers un succès a priori facile en infligeant un cinglant 10-0 aux Hongrois en 19 minutes 13-5 (24e’). Mais il ne faut pas sous-estimer la valeur d’un finaliste de ligue des champions, les joueurs de Patrice Canayer on bien failli l’apprendre à leurs dépens. Au retour des vestiaires, c’est en effet au tour des Magyars de briller. A la faveur d’un 9-2, ils reviennent à 1 petite longueur des Français devenus soudainement bien maladroits (20-19). Mais heureusement, à 5 minutes de la fin Sioud et Bojinovic se déchaînent, bien aidés en cela par deux arrêts décisifs de notre Alsacien de Ti,i et creusent l’écart final de 3 buts. Après ce déjà copieux hors-d’oeuvre, place ce soir à 18h à un sacré plat de résistance avec les Allemands de Kiel. Gare à l’indigestion !
Aurélien GASSER

 


Samedi 31 Aout 2002

Finale

KIEL 31  –  MONTPELLIER 29

Mi-temps 15-15. Arbitrage de MM. Bader et Imloul. 1200 spectateurs environ. Sortis pour deux minutes: Dinart (41e), Sioud (46e, disqualification à la 59e) à Montpellier; Serdarusic (entraîneur, 23e), Petersen (31e), Wisotzki (41e), Lovgren (52e), Dominikovic (52e) à Kiel.KIEL: Ege, Fritz et Andersson (tout le match, 10 arrêts) aux buts. Petersson , Przybecki , Bjerre , Petersen , Lovgren , Wisotzki , Dominikovic , Olsson .MONTPELLIER: Martini (1ere-30e et 39e-60e, 16 arrêts), Omeyer (31e-38e) et Imhoff aux buts. Krantz 2, Dinart 1, Kabengele 1, Junillon 3, Puigsegur, Stefanovic 3 (2 pen), Golic 3 (2 pen), Burdet 2, Sioud 6, Anquetil 7, Facila, Bojinovic 1. Kiel en champion Les Allemands du THW Kiel ont remporté, hier soir aux Malteries, Le 9e EuroTournoi de Strasbourg. Au terme d’une finale de haute volée que Montpellier fut longtemps en mesure de remporter. Avant de s’incliner face à plus fort… Ça c’est du handball ! Du beau, du bon, du vrai handball. Ce qu’ont proposé, hier soir aux Malteries à Schiltigheim, Kiel et Montpellier en finale d’un 9e EuroTournoi qui tint toutes ses promesses, est à classer dans le tout bon. A garder et à revoir. C’est vrai qu’il pouvait difficilement en être autrement lorsque l’on connaît les qualités de ces deux équipes, lorsque l’on sait, aussi, les ambitions qu’elles nourrissent, l’une et l’autre, cette saison, en Ligue des champions. Il pouvait difficilement en être autrement, mais encore fallait-il que les joueurs se hissent au niveau de l’événement. Ce qu’ils firent…
Anquetil, l’artiste
Ils le firent à l’image de Greg Anquetil, cet ailier funambule capable de tout, du meilleur surtout. A l’image, également mais en face, de ce Staffan Lovgren tutoyant la perfection dans chacun de ses gestes. A l’image de ces monstres du hand mondial qui, c’est certain, ne seraient pas ce qu’ils sont sans à leurs côtés des Stefanovic, Junillon, Sioud d’un côté, des Olsson, Wisotzki, Bjerre ou Przybzcki de l’autre. Bref, c’est à une finale d’une rare qualité à laquelle les 1 200 privilégiés ayant investi le gymnase des Malteries ont assisté. Un match au sommet indécis qui tourna dans un premier lieu à l’avantage des Montpelliérains (5-2) à la 7e avant que Kiel et Petersen ne remette les choses au point (7-7)
Le métier de Kiel
15-15 à la pause : les uns et les autres avaient eu le bon goût de laisser planer le suspense. Mais si les Français avaient menés les débats en première période, ce sont les Allemands – enfin les Suédois, les Danois, les Norvégiens ou les Polonais composant l’équipe championne d’Allemagne – qui dictèrent leur loi après. Prenant pour la première fois de la rencontre l’avantage à 16-17 (33e) pour ne plus jamais laisser Montpellier passer devant. Les Héraultais firent de la résistance jusqu’à la 40e (21-22). Moment où Przybecki et Lovgren se décidèrent à vraiment prendre les choses en main. Subitement moins performants devant, les Montpelliérains subirent alors, Kiel creusant petit à petit l’écart (22-25 et 24-28 à la 51e). Montpellier recolla bien à deux buts, mais le mal était fait. C’est vrai qu’on n’apprend plus à Lovgren, Olsson ou Petersson comment gérer une fin de match…

 

Finale 3-4

FRANCE A’ 28  –  ZAPOROZHEY 20

Mi-temps 13-9. Arbitrage de MM. Garcia et Moreno. Un millier de spectateurs. Sortis pour deux minutes: Karabatic (22e), Zuzo (23e), Lamon (26e) à France A’; Gurkovski (8e), Petrenko (17e) à Zaporodje.FRANCE A’: Katschnig (1ere-51e, 9 arrêts) et Lemonne (52e-60e, 3 arrêts) aux buts. Karabatic 3, Paillasson 1, Lamon, Zuzo 3, Busselier 5 (1 pen), Guigou 3 (2 pen), Di Salvo 3, Rognon 1, Guilbert 5, Chevalier 4.ZAPORODJE: Budko (1ere-30e, 5 arrêts) et Koshovy (31e-60e, 4 arrêts) aux buts. Anisimov, Petrenko 1, Nat 3, Brovko 6 (2 pen), Andreshenko 5, Shelmenko 3, Natalyuk, Gurkovski 2, Khaukha.
Un peu plus tôt dans l’après-midi, la jeune équipe de France A’, épatante à tous points de vue, avait chauffé la salle en se défaisant des Ukrainiens de Zaporodje, 3e place en jeu. Un podium amplement mérité pour la formation de Claude Onesta au sein de laquelle Nikola Karabatic, le fils du père, a montré durant ces quatre jours de compétition, qu’il avait l’étoffe d’un futur très grand.

 

Finale 5-6

CHAMBERY 24   –   VESZPREM 23

Mi-temps 12-12. Arbitrage de MM. D. et T. Carmaux. 700 spectateurs environ. Sortis pour deux minutes: Sayad (57e) à Chambéry; Csoknyai (3e et 33e), Toth (13e) et Gal (38e) à Veszprem. CHAMBERY: Sola (tout le match, 14 arrêts dont 2 pen) et Arriuberge aux buts. Moualek, Roura 3, Delric 1, Michel 2, Narcisse 8, Moskalenko 1, Moretti, Ben. Gille, Wiltberger, Malbroukou, Sayad 4, Rouvier 5.VESZPREM: Sterbik (1ere-30e, 7 arrêts dont 1 pen) et Fazekas (31e-60e, 4 arrêts) aux buts. Ivancsik 2, Eles, Gal 1, Dzomba 6 (1 pen), Perez 4, Csoknyai, Kekesi, Zsigmond 1, Pasztor 2, Lazarof 2 (1 pen), Mohacsi 1, Toth 2, Jovic 2.
Preuve, s’il en fallait vraiment une, du niveau extrêmement relevé de cet ET édition 2002, la finale pour les 5e et 6e places opposaient Veszprem, finaliste de la Ligue des Champions, à Chambéry, champion de France 2001. Une affiche aux allures de finale qui permit à Chambéry de prendre date. Si les Savoyards ne sont sans doute pas encore au niveau de Montpellier, il faudra, c’est évident, compter à nouveau avec eux cette saison. Le temps d’intégrer les six nouveaux venus, Philippe Gardent disposera d’un groupe intéressant.

 

Finale 7-8

SELESTAT 35 – CONVERSANO 25

Mi-temps 19-12. Arbitrage de MM. Dentz et Reibel. 300 spectateurs environ. Sortis pour deux minutes: Winterberg (44e) à Sélestat; Opalic (17e), Onelli (39e et 48e), Nims (47e) à Conversano. SÉLESTAT: Tchoumak (1ere-46e, 17 arrêts dont 1 pen) et Jovicic (47e-60e, 4 arrêts dont 1 pen) aux buts. Boultif, Karcher 1, Engel 2, Pabst, Omeyer 2 pen, Feliho 3, M’Gannem 11, Winterberg 2, Willmann, Freppel 5, Gull 9. CONVERSANO: Lopasso (1ere-12e et 50e-60e, 3 arrêts dont 1 pen), Fovio (13e-49e, 3 arrêts) et Hrafnkelsson aux buts. Di Leo 3 (1 pen), Salatino 1, Nims 2, Flego, Bilic 6, Thorsson 5 (3 pen), D’Alessandro, Lisicic, Vori 5, Opalic 1, Onelli 2 (1 pen).
Magistralement emmené par M’Gannem – bonne pioche ! – et Gull (20 buts à eux deux) Sélestat, enfin, a signé son premier succès aux dépens de Conversano. Victoire nette et sans bavure (35-25) laissant augurer d’une saison 2002/2003 nettement moins stressante pour les Alsaciens que ne le fut la dernière…

A TABLE ! ! !
Pour la neuvième fois, nous nous apprêtons à vivre une ouverture d’EuroTournoi. Si pour le spectateur cela s’assimile à une première journée, pour les organisateurs, notamment ceux qui sont sur le pont depuis des mois, il s’agit plutôt d’une dernière ligne droite…quelque chose qui en pyrotechnie s’appellerait le bouquet final. C’est bien sûr l’image qui marque tous les spectateurs et qu’ils gardent en mémoire. Depuis plus de 10 mois, nous nous sommes attachés à vous mitonner un spectacle qui soit au moins à l’égal de celui de l’année précédente. Goûtez et profitez des petits plats handballistiques qui devraient agrémenter vos soirées à venir. La qualité et la quantité sont assurées. Conscient de la valeur des ingrédients et des grands chefs qui les accommodent, nos remerciements sincères vont aux joueurs et aux entraîneurs qui nous honorent de leur confiance et choisissent l’EuroTournoi pour préparer leur saison sportive à venir. Le bon fumet qui s’élève devrait émoustiller vos papilles de fins connaisseurs. Mordez à pleines dents et sans retenue dans cette nouvelle édition…bon appétit à toutes et à tous.
C.C.

(Edito de l’EuroMag N°28 du mercredi 28 Aout 2002 par Christian Carl)