2018

Cette édition 2018, première sans son emblématique président Christian Carl, décédé quelques mois plus tôt à 61 ans, nous offre le plus beau plateau de l’histoire de l’EuroTournoi. En effet, ce n’est rien de moins que le “Final 4 de Cologne 2018, mais en mieux…” qui est proposé au public alsacien. Les trois équipes françaises présentes à Cologne, Paris SG (3ème), Nantes (2ème) et surtout LE champion d’Europe en titre, Montpellier. Côté étrangers on retrouve les macédoniens du Vardar Skopje (4ème à Cologne), les hongrois de Veszprem (finalistes à Cologne en 2015 et 2016 et vainqueurs de l’ET 2015) et les biélorusses de Brest, éliminés en 1/8 de finales de la Ligue des Champions 2018 par Nantes.

La finale oppose le Paris SG à Montpellier dans ce qui ressemble à une “fausse revanche de Cologne” puisque les deux équipes ne s’y sont pas rencontrées. Paris montre qu’ils avaient les moyens de devenir champions en mai dernier en l’emportant 33 à 30 et glanant ainsi leur troisième trophée à l’ET.

Brest s’impose de justesse face à Veszprem pour prendre la 3ème place et Nantes s’impose 29 à 27 face au Vardar dans une autre “fausse revanche de Cologne” puisqu’ils ne s’ataient pas croisés non plus.

Classement
1) Paris SG – 2) Montpellier – 3) Brest – 4) Veszprem – 5) Nantes – 6) Vardar Skopje

 


Les matchs en détail

Jeudi 23 Aout 2018

PARIS 35  –  BREST 29

Hall Rhénus.3500 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Murch et Carmaux. Mitemps : 1714. Paris SG : Exclusions temporaires : Keitaet L. Karabatic. Corrales (1ere’30e’, 10 arrêts dont 3 pen) et Omeyer (31e’60e’, 7 arrêts) au but. Gensheimer 5 dt 2 p., Keita 1, Sagosen 10, Kounkoud 2, Remili 6 dt 2 p., Abalo 3, L. Karabatic 3, Morros 2, N. Karabatic 3. Meshkov Brest : Pesic (1ere’44e’, 12 arrêts dt 1 p.) et Matskevich (45e’60e’, 4 arrêts) au but. Rutenka 5 dt 2 pen., Shkurinsky 1, Jurynok 2, Poteko 3, Ivic 2, Razgor 4, Obranovic 1, Selviasiuk 1, Djukic 1, Djordjic 5, Shylovich 4.
Le Paris SaintGermain n’a pas raté son entrée dans cet EuroTournoi. Les coéquipiers de Thierry Omeyer, favoris face à Meshkov Brest, ont mis un petit quart d’heure avant de lâcher les chevaux à l’instar de Sander Sagosen (auteur de 10 buts). Les Biélorusses qui avaient battu le PSG en poule de Ligue des champions la saison passée jouent crânement leur chance. Les arrêts de Pesic permettent des montées de balle dont profite Rutenka. 13 (4e’). Petar, le bien nommé, Djordjic redonne une dernière fois deux buts d’avance à Meshkov (24, 4e’). Rodrigo Corrales décide que la plaisanterie a assez durée et ferme la porte, il arrête deux penalties, et profitant d’une défense plus énergique aligne les arrêts. 99 est la dernière égalité (15e’). Sagosen et Nikola Karabatic mènent le bal parisien. (149, 19e’). Djordjic, Rutenka et Shylovich répondent à Sagosen et Remili et permettent à leur équipe de limiter le retard à la mitemps (1714). Paris a toutefois pris un ascendant définitif sur son adversaire. Sagosen, encore et toujours, Gensheimer et Abalo sont les principales armes offensives du champion de France. Luka Karabatic doit enfiler un kimono de judoka pour se défaire des défenseurs centraux adverses qui ne lui laissent pas le moindre centimètre. L’écart maximal est atteint à la 33e’ sur une montée de balle conclue par Luc Abalo (2014). Djordjic, Shylovich et Razgor redonnent de l’espoir aux Biélorusses (2119, 38e’) , mais Paris a trop d’expérience pour se laisser rejoindre. Titi Omeyer fait les arrêts qu’il faut. L’écart oscille entre 3et 7 buts (3528, 60e’). Poteko marque le dernier but à l’entame de la dernière minute (3529). Paris prend date et jouera ce soir contre Skopje sa place en finale de cet EuroTournoi 2018.
Eric SEYLLER

 

MONTPELLIER 31  –  NANTES 27

Hall Rhénus. Mitemps : 1515. 3500 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Iltis et Chrismann. Nantes : Exclusions temporaires : Delecroix, Claire, Auffret. Dumoulin (tout le match, 9 arrêts dt 1 pen.) au but. Lagarde 5, Delecroix 3, Nyokas 2, Claire 3, Lie Hansen 1, Tournat 1, Rivera 8 dt 4 pen., Lazarov 1, Balaguer 3. Montpellier : Exclusions temporaires : Pettersson, Bonnefond, Bingo, Afgour (2x). Portner (1ere’ – 55e’, 8 arrêts), Gérard (1 pen/2), Pierre (55e60e’, 1 arrêt) au but. Simonet 2, Truchanovicius 2, Grébille 3, Portner 1, Pettersson 4, Richardson 4, Kavticnik 4, Bonnefond 6, Faustin 1, Porte 1, Bingo 2, Afgour 1. Deuxième match au programme de la première journée de cet EuroTournoi 2018, Nantes – Montpellier. Pour ceux qui ne le sauraient pas, ce match est simplement la revanche de la dernière finale de Ligue des champions, finale que les Héraultais avaient remportée en mai à Cologne. Excusez du peu ! Ca vous situe un peu le niveau de ce tournoi. Et force est de constater que les équipes sont entrées de suite dans le vif du sujet. Privés de Michaël Guigou, resté dans l’Hérault suite à une opération au genou cet été, les Montpelliérains ouvrent le score par Kavticnik sur jet de 7 mètres. Les Nantais répliquent de suite et les deux équipes font jeu égal jusqu’à la 11e minute où le « H » crée un premier écart. Rivera profite des arrêts de Cyril Dumoulin pour conclure deux contreattaques (46). Si Mathieu Grébille rappelle à ceux qui l’ignoraient qu’il dispose d’une sacrée détente (67, 15e’), Balaguer de son côté donne le +3 aux joueurs de Thierry Anti. Mais s’appuyant sur les arrêts de Nikola Portner, les champions d’Europe égalisent à 1111 (24e’). Melvyn Richardson et Benjamin Afgour sont passés par là. Nantes, privé d’Arnaud Tournat ko après avoir pris un missile de Kiril Lazarov en pleine poire, reprend un but d’avance, mais sans jamais confirmer et c’est sur un autre 7 mètres de Kavticnik que les deux équipes retournent au vestiaire dos à dos, 1515. La deuxième mitemps est du même tonneau jusqu’à la 36e’ où le MHB prend l’avantage pour la première fois depuis la 3e minute (1817), les Héraultais enfoncent le clou par Pettersson (2017, 38e’). Les Nantais touchent poteaux et barre transversale et connaissent deux périodes stériles de cinq minutes (33e’ à 38e’ et 42e’ à 47e’) dont Patrice Canayer et ses joueurs pour créer un écart rédhibitoire. Baptiste Bonnefond enfonce le clou (2127 à la 47e’ puis 2329 à la 54e’). Rivera et Lagarde réduisent l’écart, mais sans réellement inquiéter le tenant du titre de l’EuroTournoi. Nantes jouera ce soir contre Veszprem et devra l’emporter le plus largement possible pour conserver une toute petite chance d’accéder à la finale.
Eric SEYLLER

 


Vendredi 24 Aout 2018

PARIS 33  –  SKOPJE 33

A Strasbourg, Hall Rhenus Vendredi 24 aout 2018 à 20h30 Paris SG- Vardar Skopje: 33- 33 (Mi-temps: 14-20) 3 500 Spectateurs Arbitres : MM Dentz et Reibel Evolution du score: 1-3 5°,4-810°,7-1315°, 11-16 20°,13-18 25°, 14-20 MT- 17-24 35°, 19-25 40°, 24-28 45°, 26-29 50°, 31-31 55°, 33-33 FT. Paris :Gardiens : Gorrales 8/21 dont 0/2 pen., Omeyer 8/28 dont 1/2 pen. Joueurs : Gensheimer 9/9 dont 4/4 pen., stepansic 1/2, Keita 0/1, Sagosen 5/13, Kounkoud 2/3, Remili 6/9, Abalo 2/4, Karabatic L. 1/1, Morros de Argila, Hansen, Chaudanson, Karabatic N. 7/10. Vardar: Gardiens: Milosavljevic 11/44 dont 0/5 pen., Mishevski Joueurs : Stoilov 1/2, Nedanovski, Popovski 1/1, Kristopans 3/8, Moraes 4/6, Skube S. 3/3, Karalash, Gupie 3/4 pen., Dibirov 7/10 dont 1/2 pen., Gorbok 7/12, Shishkarev 3/5, Vojvodic, Kiselev 1/2, Petkovski.
PARIS DOIT MAINTENANT ATTENDRE
Mal dans son jeu offensif, subissant la loi des talents offensifs du Vardar Skopje, le club de la capitale doit attendre maintenant le match entre le Vardar Skopje et Meshkov Brest pour savoir s’il atteindra la grande fina­ le de dimanche. Les choses sont claires ! Soit le Vardar l’emporte de plus de 6 buts ou marque plus de 32 buts avec un écart de 6 buts dans son match face au Meshkov Brest, et alors il atteindra la finale de dimanche face à Veszprém ou Montpellier. Soit Paris, sP.ectateur de cette 3o journée, sera en finale du 25° 1 EuroTournoi. Mais cela aurait pu être à la fois bien pire mais aussi beaucouP. mieux. Pire, car pendant 50 minutes, le PSG s’est fatt balloter dans tous les coins du terrain. Etant même mené de 7 buts par moment dans un Rhénus qui se désespérait de voir un des ses favoris dominé de la sorte. Mais en face, au Vardar, si un paquet de stars sont parties sous d’autres cieux, suite aux restrictions budgétaires, il reste encore de sacrés clients, même en nombre moins important. En tout cas, suffisamment pour que dès la première minute de jeu, le Paris SG ne comprenne pas trop ce qui va lui arriver. Au bout d’à peine un quart d’heure, ces fameux 7 buts de retard, il les avait sur le dos et il a fallu sacrément ramer, se battre et s’arracher pour arriver à les combler. Mieux car à force de lutter, même parfois dans un désordre offensif qui en était presque affligeant, Paris a réussi à asser devant au score à la 58° minute. Ee hold-up parfait pensait-on à cet instant du match! Le temps de voir le pivot cubain du Vardar, Rogiero Fer­ reira Moraes, s’arracher et décrocher ce match nul 33 partout qui offre tant de sel à la dernière journée de poule dans cet EuroTournoi. Mais outre l’aspect pure­ ment comptable de la chose, ce qui interpelle bigre­ ment, c’est la qualité assez pauvre du jeu offensif pari­ sien. Clairement, sur ce match, on n’a pas vu grand­ chose et il a fallu quelques prestations individuelles de grande classe pour sauver ce qui pouvait l’être. Collec­ tivement, cet acharnement à attaquer le centre de la défense macédonienne où se trouvait le trio Moares – Kristopans, Karalash, respectivement 2.04m, 2.15m et 2.00m, il y avait mieux comme idée de base… A force de s’entêter dans ce secteur, Paris a fini par y perdre tout liant dans le jeu et ainsi donner au Vardar une occasion de montrer que, malgré ses déboires finan­ ciers, il reste un très grand d’Europe.
François DASRIAUX

 

NANTES 24  –  VESZPREM 28

A strasbourg, Hall Rhenus Vendredi 24 aout 2018 à 18h15 HBC Nantes- Telekom Veszprém : 24- 28 (Mi-temps: 13-14) 3 500 Spectateurs Arbitres : MM Carmaux et Mursch Evolution du score: 4-3 5°, 5-7 10°, 7-9 15°, 8-12 20°, 11-14 25°, 13- 14 MT -15-18 35°, 18-20 40°, 21-23 45°, 22-25 50°, 23-25 55°, 24- 28 FT. Nantes : Gardien : Dumoulin 10/29 dont 0/3 pen., Siffert 0/9 Joueurs : Lagarde 0/3, Delacroix 1/1, Faluvegi 1/1, Guillo 1/2, Nyo­ kas, Claire 3/6, Auffret 1/2, Lie Hansen 3/7, Toumat 3/4, Emonet 3/3, Rivera 2/2 dont 2/4 pen., Lazarov 4/9 dont 1/3 pen., Gurbindo 2/2, Balaguer 0/2. Veszprém: Gardien: Sterbik 18/42 dont 4/7 pen., Mikler Joueurs : Manaskov, Toft Hansen 2/2, Tonnesen 1/2, Gajic 7/7 dont 3/ pen., Nilsson 1/2, Nagy 1/3, Strlek 5/7, Terzic, Blagotinsek 1/2, Nenadic 1/3, Mahé, Jamali 3/5, Mackovsek 5/6, Lekai 1/3
NANTES A VU L’OURS !
Bien disposé dans le jeu, vaillants dans le combat face à Veszprém, les Nantais n’ont pourtant pas réussi à décrocher leur première victoire dans I’Eu­ roTournoi. La cause, un géant de 2 mètres nommé Arpad Sterbik a dégouté le HBC Nantes entier au shoot. Question gardiens de légende, le public du Rhénus en cannait un rayon, à commencer par un Thierry Omeyer toujours aussi adoré dans les travées de l’enceinte strasbourgeoise. Mais le dénommé Arpad Sterbik, il cannait aussi. Le mythe hispano-serbe a déjà œuvré un paquet de fois ici et le plus souvent avec des prestations assez magistrales. Il pourra en accrocher une de plus à son tableau de chasse, le « H », dernier finaliste de la Ligue des Champions. 60 minutes durant, il a dégouté les meilleures gâchettes nantaises, mis les arrières dans la nasse et presque gagné le match à lui tout seul. 18 arrêts dont 3 penal­ ties, à l’aile, de loin, sur les pivots, la panoplie totale du gardien qui vous mange tout cru le cerveau dès que vous approchez de la zone de tir. Et pourtant, Nantes a fait ce qu’il fallait sur le reste terrain. Défen­ sivement, malgré les absences, le bloc a bien tenu l’armada hongroise en respect. La cohorte d’arrières du MKB n’a pas su forcément trouver les bonnes solutions et surtout les hommes de Thierry Anti ont rapidement su trouver les solutions pour les contrer. Restait les ailiers, et là pendant 20 minutes, on a vu le duo Strlek – Gajic à l’œuvre, et là aussi on est proche du sublime. Résultat, hormis le début de match qui a été légère­ ment dominé par Nantes, tout le reste des 60 minutes de jeu, Nantes a couru derrière au score et à chaque fois qu’il avait l’occasion de sortir la tête de l’eau, il y avait les grosses pattes d’Arpad Sterbik pour lui réenfoncer bien profond et le faire encore plus douter. Certains vont faire des randonnées dans les Pyrénées et aperçoivent un ours. Nantes en a croisé un en Alsace et ne s’en est jamais remis. Résultat, le club ligérien jouera la finale pour la so place dimanche, Veszprém lui défiera Montpellier pour un place pour la grande finale.
François DASRIAUX

 


Samedi 25 Aout 2018

SKOPJE 22  –  BREST 32

Hall Rhénus. Mi-temps : 8-13. 3000 spectateurs envi­ ron. Arbitrage de MM: ltlis et Chrismann. VARDAR SKOPJE: Exclusions temporaires: Vojvodic, Kristopans (3x). Carton rouge : Kristopans (54e’, 3 exclusions temporaires). Milosavljev (1ere’-55e’, 8 arrêts) et Petkovski (56e’- 60e’, 1 arrêt)au but. Nedanovsk1 1, Popovski, Kristo­ pans 2, Moraes Ferreira 2, Skube 1, Karalash 1, Gupie 3 pen., Dibirov 6 dt 3pen, Gorbok 3, Shishkarev 1, Voj­ vodic 2, Kiselev. MESHKOV BREST : Exclusions temporaires : Horak (2x), lvic, Obranovic. Pesic (41e’-60e’, 2 arrêts dt 1 p.) et Matskevich (1ere’- 40e’, 11 arrêts dt 1 pen) au but. Rutenka 2 dt 1 pen., Kulak1 , Shkurinsky 3, Bachko, Jurynok 2, Poteko 2, lvic 2, Baranau 1, Horak 4, Razgor 2, Obranovic 3, Sel­ viasiuk 2, Djukic 2, Djordjic 3, Shylovich 3.
Le Vardar Skopje, vainqueur de la Ligues des cham­pions 2017, pouvait encore après son match nul contre le PSG (33-33), se qualifier pour la finale de cet Euro­ Tournoi. Force est de constater que les coéquipiers de Timur Dibirov sont passés complètement à côté de leur sujet. S’ils tiennent aux Biélorusses au tableau d’affichage ils ne le doivent qu’aux penalties de Gupie qui marque ainsi les trois premiers buts de son équipe. Le premier but dans le jeu est l’œuvre de Vojvodic (4-4, 11e’). La défense de Brest tient le coup et Matskevich fait bonne garde dans son but. Le break se fait au quart de jeu. lvic donne le +2 au Meshkov (4-6). Les Macédoniens ne reviendront plus. Aux abonnés absents, à l’image de Dibirov, ils accu­mulent maladresses et mauvais choix. 6-9 par Razgor (23e’), la mi-temps est atteinte sur deux buts consécu­tifs d’Obranovic (8-13). Pas de révolte à la reprise, Skopje s’enlise, Brest accroit son avance en inscrivant un 0-3. Seuls les penalties de Cupic et Dibirov maintiennent Skopje dans le match. Kristopans, du haut de ses 2,15m, se retrou­ve plusieurs fois en position de tir, au dessus de la défense, mais n’ose pas tirer. Il sort définitivement à la 54e’ pour sa troisième exclusion. Le match est plié depuis longtemps et Brest n’a qu’à gérer. 10-18 (37e’) puis 14-21 (44e’). Quand Dibirov remet Skopje à 6 longueurs (17-23, 48e’) on en vient à se demander si Skopje peut revenir comme le PSG l’avait fait la veille. Las, Djukic, Shylovich remettent vite les pendules à l’heure. Brest s’impose 22-32. Le Vardar Skopje qui était dans la course à la finale avant le match se retrouvera aujourd’hui à jouer le match pour la 5e place contre Nantes.
Eric SEYLLER

 

MONTPELLIER 30  –  VESZPREM 26

Hall Rhénus. Mi-temps : 15-9. 3500 spectateurs envi­ ron. Arbitrage de MM. Sami et Bounouara. MONTPELLIER : Exclusions temporaires : Villeminot, Pettersson (2x), Bonnefond.. Portner (44e’ -60e’, 3 arrêts) et Gérard (1ere’- 43e’, 12 arrêts dont 2 pen.) au but. Simonet 2, Villeminot, Caus­ se, Truchanovicius 5, Grébille 2, Pettersson 3, Richard­ son 8 dt 3 pen., Kavticnik 3, Bonnefond, Porte 4, Bingo, Afgour2, Soussi, Mamdouh 1. VESZPREM : Exclusions temporaires : loft Hansen, Gajic, Nilsson, Blagotinsek (2x).. Sterbik (44e’-60e’, 1 arrêt) et Mikier (1ere’-43e’, 4 arrêts dont 1 pen.) au but. Manaskov 3, loft Hansen 2, Ton­ nesen 1, Gajic 7 dt 1 pen., Nilsson, Nagy 4, Strelk, Ter­ zic, Blagotinsek 2, Nenadic, Mahé 1, Jamali Moorche­ gani, Mackovsek 4, Lekai 2.
Veszprem devait l’emporter face à Montpellier pour affronter ce soir en finale le Paris SG, un nul suffisant aux joueurs de Patrice Canayer. Force est de dire que le MHB n’a laissé aucune chance aux Hongrois, pour­ tant pas les premiers venus. Le début de match des Héraultais est tout simplement incroyable. Les Magyars sont pris à la gorge et voient leurs adversaires marquer 9 buts en… 8 minutes! Avec respectivement 4 et 3 buts, Truchanovicius et Petters­ son (quelle bonne pioche, celui-là) sont les grands arti­ sans de ce départ en boulet de canon (9-2, 8e’). La défense étant au diapason, Veszprem avec Kentin Mahé comme demi-centre se casse les dents sur les Montpelliérains. Et quand ça passe, Vincent Gérard est en feu dans son but. Valentin Porte distribue les caviars dont profitent Truchanovicius, Kavticnik ou Simonet. Richardson a plus de mal à la finition, il se rattrapera en deuxième mi-temps. Gajic, l’ancien du MHB, est le principal artisan du, léger, retour hongrois. (11-7, 22e’). Diego Simonet le feu follet argentin termine la première période avec une passe décisive pour Porte (14-9), une interception et le but du 15-9 final. Veszprem ne reviendra jamais à moins de trois lon­ gueurs du MHB. Melvyn Richardson, après un 1/4 ini­ tial écœure ses adversaires avec un 7/8 en deuxième mi-temps. Grébille sur l’aile gauche, Afgour au pivot apportent leur écot et malgré Nagy et Gajic Montpellier reste sur un très haut niveau de jeu. (21-14, 40e’ puis 26-18, 51e’). Quelques pertes de balles qui mettent Vincent Gérard en colère sur le banc, permettent aux joueurs de Ljubomir Vranjes de revenir à -3 (28-25, 56e’), mais Richardson avec deux buts consécutifs met fin au suspense, si tant est qu’il y en eut, et scelle le sort de la rencontre. Veszprem affrontera Brest pour la 3e place, alors que le MHB, champion d’Europe défiera le Paris SG, cham­ pion de France. Au vu de leurs premières prestations dans cet EuroTournoi, les Montpelliérains partiront favoris. Mai s les Parisiens ne s’en laisseront pas comp­ ter et auront à cœur de remporter un tournoi qu’ils ont gagné en 2013 et 2014 et dont Montpellier est le tenant. Vivement 17 heures !
Eric SEYLLER

 


Dimanche 26 Aout 2018

Finale

PARIS SG 33  –  MONTPELLIER 30

Rhenus. Mi-temps: 16-17. – 5500 spectateurs. Arbitres: MM. Dentz et Reibel. > MONTPELLIER: Portner (1re-30e, 4 arrêts) et Gérard (31e-60e, 4 arrêts) au but. Villeminot 4, Causse, Truchanovicius 3, Grébille 1, Pettersson 1, Richardson 5, Kavticnik 3 pen., Bonnefond 4, Faustin 1, Porte2 , Bingo 2, Afgour 2, Soussi2 . > PARIS SG: Corrales (1re-11e) et Omeyer (12e-60e, 10 arrêts) au but. Gensheimer 5 dont 1 pen., Stepancic 3, Keita, Sagosen 5, Kounkoud 4, H. Toft Hansen 8, Remili 7 (photo), Abalo 1, L. Karabatic, Morros, Hansen, Chaudanson, N. Karabatic.

 

Finale 3-4

BREST 27  – VESZPREM 26

Rhenus. Mi-temps : 12-16. 4500 spectateurs. Arbitres: MM: Sami et Bounouara. > VESZPREM: Sterbik (1re-48e, 9 arrêts dont 1 pen.) et Mikler (49e-60e, 5 arrêts) au but. Manaskov, R. Toft Hansen, Tonnesen 1, Gajic, Nilsson 1, Nagy 2, Accambray 2, Strlek 4, Terzic, Blagotinsek 4, Nenadic 5, Mahé 5, Jamali Moorchegani, Mackovsek 2, Lekai. > MESHKOV BREST: Pesic (15 arrêts) au but. Rutenka 3, Kulak, Shkurinsky 6, Bachko, Jurynok, Poteko 1, Ivic 5, Baranau, Horak, Razgor, Obranovic 4, Darafeyev, Selviasiuk, Djukic 4, Djordjic 3, Shylovich 1.
Meshkov Brest ne partira pas bredouille de son premier EuroTournoi. En s’imposant face au Telekom Veszprém (27-26), les Biélorusses terminent troisièmes après avoir fait forte impression en Alsace. On ne l’attendait pas forcément à ce niveau, l’équipe biélorusse. Face au PSG jeudi (35-29 pour les Parisiens), on l’avait trouvée timide, en manque d’assurance. Face au Vardar Skopje samedi (22-32 pour le Meshkov Brest), elle n’a pas tremblé. Hier devant les grands bonhommes de Veszprém, Meshkov Brest s’est assuré la victoire, même si les joueurs ont parfois dû retenir leur souffle. Les deux équipes ont joué au chat et à la souris tout le long de la rencontre. Les Biélorusses prennent parfois l’avantage (8-4, 13e ; 16-12 à la mitemps), aidé par leur portier en pleine forme (15 arrêts). Veszprém trouve les moyens de revenir, notamment grâce à Petar Nenadic et Kentin Mahé (5 buts chacun). Les dernières minutes du match sont intenables. Meshkov tient bon. S’impose. De quoi leur donner envie de revenir ?

 

Finale 5-6

NANTES 29  –  VARDAR SKOPJE 27

Rhenus. Mi-temps: 14-15. 3000 spectateurs. Arbitres: Carmaux et Murch. > NANTES: Siffert (18 arrêts dont 1 pen., 1 but) au but. Lagarde 2, Delecroix 2, Faluvegi, Guillo, Nyokas 4, Claire 2, Auffret 1, Lie Hansen 1, Tournat 5, Emonet, Rivera 8 dont 4 pen., Lazarov, Gurbindo 3, Balaguer. > VARDAR SKOPJE: Milosavljev (18 arrêts) au but. Nedanovski, Popovski 1, Kristopans 6, Moraes Ferreira, Skube, Karalash 2, Cupic 4 dont 3 pen., Dibirov 4, Gorbok 5, Shishkarev 1, Vojvodic 1, Kiselev 3.

ET 2018 : LE PLUS GRAND DE TOUS !

Habitué à nous proposer des plateaux de rêve, l’EuroTournoi a fait encore mieux pour cette 25° édition. Impossible d’imaginer plateau plus prestigieux avec les 4 derniers participants au Final Four de Cologne, le finaliste de l’édition 2016 et un habitué du Top 16 européen. Et ce sera le premier EuroTournoi sans son emblématique président, celui qui a transformé le tournoi des Malteries et de la Robertsau en un rendezvous majeur du handball européen voire LE tournoi où il faut être dans l’écrin du Rhénus de Strasbourg. Clairement s’il va manquer énormément à la famille de l’ET, Christian Carl sera là dans tous les coeurs et les esprits sur ces 4 jours de fête du handball européen.
Et quoi de mieux pour rendre un hommage plus que majestueux à cet homme un peu hors du commun que de voir 6 équipes proposer le meilleur d’eux même dans leurs configurations 20182019 ? A coup sûr, Meshkov Brest, Montpellier, Nantes, Paris et le Vardar vont offrir un spectacle de tout premier plan avec 9 matches qui pourraient tous être une demifinale ou une finale de Ligue des Champions la saison prochaine.

(EuroMag N°88 du Jeudi 23 Aout 2018 par François Dasriaux de Handzone)