2011

Cette édition 2011 est marqué du sceau de la tristesse puisque Branko Karabatic, l’ami de tous nous a quitté quelques mois plus tôt. Mais “Show must go on” comme disait Freddy Mercury et le plateau proposé cette année a de l’allure puisqu’on note un retour à deux équipe françaises avec les inusables Montpellier (le Champion) et Chambéry (le Vice-Champion). Ils sont opposés cette année à une forte coalition étrangère avec le retour des allemands des Rhein Neckar Löwen, des russes de St Petersbourg (pour montrer qu’il n’y a pas que Moscou au pays des Tsars…), les epagnols de Granollers et les hongrois de Veszprem de retour après leur passage en 2002 (6ème) et qui est la grosse écurie européenne en devenir avec l’ossature de l’équipe nationale.

  • Le joueur sur l’affiche est Xavier Barachet de Chambéry
  • Retrouvez tous les détails de cette édition sur le site de l’époque en cliquant ici

 

 

Bis répétita avec l’an passé pour la finale puisqu’à nouveau le champion de France Montpellier bat son dauphin Chambéry sur le même écart de cinq buts qu’en 2010 (30 à 25). Le match pour la 3ème place, entre les deux déceptions de l’édition, Veszprem et RN Löwen voit les allemands mettre une vraie “raclée” aux hongrois (39-24) et le match pour la cinquième place permet aux russes de St Pétersbourg de sauver l’honneur face à Logrono (27-22).
Encore une édition qui ne restera pas dans les mémoires…

Classement
1) Montpellier – 2) Chambéry – 3) RN Löwen – 4) Veszprem – 5) St Pétersbourg – 6) Logrono

Meilleur joueur : Uwe Gensheimer (RNL)
Meilleur gardien (Challenge Branko Karabatic) : Nandor Fasekas (Veszprem)
Meilleur buteur : Vid Kavticnik (Montpellier) : 24 buts
Meilleur jeune (Challenge René Simon) : Patrick Groetzki (RNL)


Les matchs en détail

Jeudi 25 Aout 2011

Montpellier 46   –  Saint-Petersbourg 25

Mi-temps: 22-17. 3000 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Moreno et Serrano. Exclusions temporaires: Salou, L. Karabatic et Zens à Montpellier; Nasyrov, Lyashenko, Sanashkin,Vyshnevski (2x), Polyakov et Pronin à Saint-Petersbourg. MONTPELLIER: Prost (4 arrêts) et Stochl (12 arrêts) au but; Hmam 1, Bojinovic 6 (dt 1 pen), Tej 4, Accambray 8, Arvin Berod 3, Salou 2, N. Karabatic 4, Kavticnik 11 (dt 7pen.), Gajic 5, Zens 1, Joli 1. SAINT-PETERSBOURG: Komok (6 arrêts), Bogdanov (4 arrêts) et Kostygov au but; Nasyrov 3, Gaboev 3, Sanashkin 4 (dt 1pen.), Pyshkin 1, Vyshnevski 2, Orlov 1, Polyakov 5, Pronin 1, Shindin 5.
Le match entre Montpellier et Saint-Petersbourg n’aura duré en tout et pour tout que 11 minutes. Les 11 minutes qu’il aura fallu aux joueurs de Patrice Canayer pour faire la différence avec leurs adversaires. Polyakov vient de signer le 8-8, et dès lors c’en est fini des chances russes. A la décharge de ces derniers, précisons qu’ils ne sont arrivés à Strasbourg qu’à… 16 heures pour un match débutant à 18 heures! Pas la meilleure des manières pour se mettre en jambes. La faute à de gigantesques embouteillages sur l’autoroute allemande et plusieurs heures de bus pour effectuer la distance entre l’aéroport de Stuttgart et la capitale alsacienne. Patrice Canayer après le match a tenu compte de ces éléments pour commenter la prestation de son équipe: “Il faut relativiser. L’écart est dû à ces conditions particulières pour les Russes. Nous avons connu ça nous aussi récemment contre Copenhague. Il n’y a pas 21 buts entre les deux équipes.” Jugeant la performance de son équipe, le coach héraultais est mitigé: “La deuxième moitié de la première période m’a franchement énervé.” En effet, il y a +5 à la mi-temps (22-17) alors qu’à la 23e’, le MAHB menait 19-11. Patrice Canayer n’a de toute évidence pas apprécié le relâchement de son équipe. Il avoue cependant être bien plus satisfait de ses joueurs au retour des vestiaires. Visiblement son on discours à la pause a porté ses fruits puisque Montpellier inflige un 9-1 en 8 minutes aux Russes (31-18, 38e’). Kavticnik (11 buts en tout dont 7/7 aux penalties), Gajic et Accambray, quelle puissance!, sont passés par là. L’écart au tableau d’affichage va crescendo, Montpellier fait tourner son effectif et Stochl avec 12 arrêts ferme l’accès à ses filets. Sanashkin a beau marquer 4 buts, les jambes russes minées par les heures de car de l’après-midi n’y sont pas. 46-25 au final.
Eric SEYLLER

 

Chambéry 27   –  Granollers 26

Mi-temps: 12-15. 3500 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Dentz et Reibel. Exclusions temporaires: Barachet (2x), Paturel et Gille à Chambéry; Vazquez (2x) et Resnicek à Granollers. CHAMBERY: Dumoulin (5 arrêts) et Grahovac (5 arrêts) au but; Barachet 7, Nocar 2, Basic 7 (dt 3 pen.), Paty 1, Detrez 2, Bicanic 8. GRANOLLERS: De Vargas (1 arrêt) et Cantalosella (9 arrêts) au but; Blanxart 5 (dt 3pen.), Malasinskas 1 pen., Vazquez 2, Resnicek 3, Campos 1, Resina 3, Felez 4 (dt 2 pen.), Reixach 1, Grundsten 2, Del Arco 4. Le chrono indique qu’il ne reste que quelques secondes à jouer. Resina vient d’égaliser à 26-26 pour Granollers.
Le gardien est sur le banc, Vazquez porte la chasuble, histoire d’avoir un joueur de champ supplémentaire. 26-26 donc, les Espagnols pensent avoir obtenu un précieux match nul face au vice-champion de France. Grahovac ne l’entend pas de cette oreille. Les Catalans ne faisant pas le changement chasuble/ gardien assez rapidement, il passe très vite la balle à Benjamin Gille pour l’engagement, celui ci la transmet à Edin Basic qui, du milieu du terrain tire dans le but vide: le but est marqué juste avant que ne retentisse la sirène! Victoire de Chambéry! Un but qui n’est pas sans rappeler celui d’Andrej Golic au Mondial 99 face à la Hongrie avec l’équipe de France. Les circonstances étaient quasiment les mêmes si ce n’est que Golic avait tiré directement sur l’engagement. Pourtant avec un score de 12-15 à la pause, les affaires n’étaient pas aussi reluisantes pour les Savoyards. Ces derniers qui menaient pour la première fois du match grâce à Detrez (12-11, 27e’) encaissent un 0-4 pour arriver à la pause. Heureusement, les joueurs de Philippe Gardent effectuent une bonne entame de deuxième mi-temps. Les “3B”, à savoir la base arrière, Barachet, Basic et Bicanic (14 des 15 buts de leur équipe en 2e mi-temps à eux trois), donnent jusqu’à trois buts d’avance à Chambéry (21-18, 45e’ puis 26-23, 57e’). Non sans difficulté puisque les Chambériens se retrouvent souvent à la limite du refus de jeu, Bicanic prenant alors ses responsabilités. On pense alors que les Français ont fait le plus dur, les Espagnols perdant des balles par maladresse ou sur des fautes d’attaquants. Un arrêt de Grahovac à un peu moins de 3 minutes du terme semble décisif. Mais les Catalans reviennent pourtant à 26-25. A 40 secondes de la fin, Nocar dispose de la balle de +2, de la balle de match… Cantalosella arrête le tir du Tchèque. La suite, on la connaît…
Eric SEYLLER

 


Vendredi 26 Aout 2011

Rhein Neckar 31   –  Saint Petersbourg 29

Mi-temps: 13-16. 2500 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Lazaar et Reveret. Exclusions temporaires: Fritz, Gensheimer, Roggisch et Muller à Rhein-Neckar; Nasyrov, Pyshkin, Cheslov et Vyshnevsky (3x, carton rouge 45e’) à Saint-petersbourg. RHEIN-NECKAR: Stojanovic (4 arrêts), Svensson et Fritz (5 arrêts dt 1 pen.) au but; Gensheimer 8 (dt 2 pen.), Sesum 8 (dt 4 pen.), Bielecki 3, Gunnarsson 2, Muller 2, Lijewski 3, Groetski 5. SAINT-PETERSBOURG: Komok (10 arrêts dt 1 pen.), Bogdanv et Kostygov au but; Nasyrov 6, Lyashenko 1, Sanashkin 3 (dont 1 pen.), Pyshkin 2, Mushkin 4, Chezlov 1, Orlov 2, Shindin 5 (dont 1 pen.), Samarskiy 1, Pronin 4.
La nette contre-performance des Russes jeudi soir face à Montpellier était bien dûe, en partie, à leur long, très long, voyage en car entre Stuttgart et Strasbourg. Hier en effet, les joueurs de Dmitri Torgovanov ont très longtemps mené la vie dure aux Rhein-Neckar Löwen. Gensheimer a beau marquer 7 buts en première période, certains très spectaculaires, ce sont bien les Russes qui atteignent la pause avec un pécule de 3 buts d’avance. Le jeu de passes de Saint-Petersbourg permet à Shindin et Nasyrov de s’illustrer, notamment après le premier quart d’heure et le festival Gensheimer (7 des 11 premiers buts allemands, 11-7, 15e’). Tendance inverse donc ensuite puisque les Löwen encaissent 2-9 entre la 15e’ et la mi-temps. Les coéquipiers de Henning Fritz reviennent sur le terrain dans de meilleures dispositions et refont de suite leur retard. 16-16, 34e’ grâce à Groetski. Pyshkin inscrit le 24-24 (48e’) qui sera la dernière égalité du match. Bielecki fait parler la poudre et Rhein-Neckar l’emporte au final de deux buts. (31- 29). Le Montpellier – Rhein-Neckar de 20h ce soir fera donc office de demi-finale pour cet EuroTournoi. Un remake du quart de finale de la dernière Ligue des Champions. Vivement ce soir!
Eric SEYLLER

 

Veszprem 36   –  Granollers 24

Mi-temps: 15-13. 3000 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Moreno et Serrano. Exclusions temporaires: Vilovski, Gulyas et Terzic (2x) à Veszprem; Resina à Granollers. VESZPREM: Fazekas (14 arrêts dt 1 pen.) et Alilovic (10 arrêts) au but; Vilovski 6, Gulyas 1, G. Ivancsik 3, Schuch 1, Csazar 5, T. Ivanczik 3, Perez 3, Vujin 4 dont 1 pen., Korazija 1, Hud 1, Terzic 1, Sulic 7. GRANOLLERS: Gonzalo (8 arrêts) et Manel (3 arrêts) au but; Del Arco 5 (dont 2 pen.), Blanxard 2, Capdevilla 1, Raigal 1, Resnicek 2, Campos 2, Resina 5, Felez 3 (dont 2 pen.), Reixach 3.
Les Hongrois de Veszprem ont marqué les esprits hier soir face à Granollers. Avec quasiment un sept de base différent pour chaque mi-temps, les Magyars ont laissé leurs adversaires à 12 longueurs, associant la manière au résultat. Les Catalans font illusion jusqu’à la 13e minute (4- 4). Fazekas décide alors de fermer l’accès à son but et aligne les arrêts, permettant à ses coéquipiers de marquer sur de nombreuses montées de balle. Sulic notamment s’en donne à coeur joie, 11-5 (20e’). Granollers améliore sa défense et revient à un but (14-13, 30e’) pour arriver à la pause avec un avantage de 2 buts pour les Hongrois. Après Fazekas en première période, Alilovic fait pareil au retour des vestiaires. Mais cette fois ci Granollers ne revient pas. Le jeu collectif de Veszprem fait des merveilles avec l’ex Chambérien Gabor Csazar à la baguette. Montées de balles à coups de passes spectaculaires, double kung-fu, le spectacle est assuré. Les frères Ivancsik, Csazar et Vilovski donnent le tournis à la défense espagnole. Le match de ce samedi contre Chambéry à 18h fait figure de demi-finale. Et au vu de la prestation de Perez et ses coéquipiers hier soir, ça promet un grand match!
Eric SEYLLER

 


Samedi 27 Aout 2011

Chambéry 24   –  Veszprem 23

Mi-temps: 13-11. 5000 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Lazaar et Reveret. Exclusions temporaires: Paturel, Gille, Mayayo à Chambéry ; Terzic, Sulic et Ilyès (2) à Veszprem. CHAMBERY: Grahovac (14 arrêts) au but; Barachet 2, Nocar 5, Basic 4, Paty 5, Detrez 4, Bicanic 2, Busselier 2. VESZPREM: Fazekas (9 arrêts) et Alilovic (4 arrêts) au but; Vilovski 6, Gulyas 2, G. Ivancsik 2, Schuch 1, Csazar 2, T. Ivanczik 1, Perez 3, Vujin 5, Ilyès 1.
A Malin, malin et demi Chambéry a fait une prestation de haut standing et a fini par faire plier une équipe de Veszprém pourtant supérieurement armée au talent, au courage mais aussi à la malice ! Car avec ses 3 seules arrières valides, le CSH pouvait craindre une usure prématurée de ses cadres, mais en imposant un rythme tranquille, en sachant parfaitement réciter un handball aux mouvements collectifs impressionnants et surtout en défendant le en bloc et là aussi avec intelligence et malignité, Chambéry s’est donné le droit de disputer une nouvelle finale à l’EuroTournoi. Comme face à Granollers, le CSH a attendu la dernière seconde pour planter sa dernière banderille, Gergo Ivancsick ayant le grand tord de prendre trop tôt le dernier tir pour ses couleurs, la suite allait sonner comme le dernier coup de Jarnac de la bande de Philippe Gardent. 14° arrêt d’un Nebojsa Grahovac prépondérant dans ce match et inspiration géniale de Laurent Busselier lançant Karel Nocar en Kung-fu sur le gong pour crucifier Le MKB Veszprém. Encore une fois, Chambéry a montré que l’intelligence et la patience pouvait largement rivaliser avec la puissance, les centimètres et les kilos. Il faudra remettre le couvert demain face à Montpellier, ce qui ne sera pas forcément plus simple.
François Dasriaux

 

Montpellier 34   –  Rhein Neckar 34

Mi-temps: 18-16. 5200 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Dentz et Reibel. Exclusions temporaires: Tej (2), Kavticnik (2), Accambray à Montpellier; Roggish (2), Groetzki (2) à Rhein Neckar. MONTPELLIER: Prost (6 arrêts) et Stochl (9 arrêts) au but; Bojinovic 3, Tej 2, Accambray 8, Arvin Berod 3, N. Karabatic 6, Kavticnik 13, Gajic 5. RHEIN-NECKAR: Stojanovic (4 arrêts), Svensson et Fritz (5 arrêts dt 1 pen.) au but; Gensheimer 8, Schmidt 4, Sesum 1, Bielecki 3, Gunnarsson 4, Muller 4, Lijewski 3, Groetski 6.
Montpellier arrache la décision Après Chambéry, c’est Montpellier qui a pris sa place dans la grande finale, résistant au retour d’un Rhein Neckar Löwen qui aura eu le tord de complètement rater son début de seconde période. Car pour le reste, les deux abonnés à la Champion’s League se sont livré sans compter et surtout auront donné un vrai plaisir aux 5000 spectateurs du Rhenus. Gestes de classe avec un duel à distance Kavticnik – Gensheimer de toute beauté, duel de gardiens entre le mythe Tomas Svensson du haut de ses 43 ans et Richard Stochl qui aura montré que sa blessure au genou n’est plus qu’un mauvais souvenir, mais aussi duels de fort tonnage avec quelques gestes défensifs qui flairaient bon la bataille en haute altitude. Comme à son habitude, c’est Oliver Roggisch qui mettait la barre très haute en découpant proprement William Accambray au bout de 20 secondes de jeu. Le tempo était mis et les Héraultais n’allaient pas se faire prier pour répondre pleinement. Défense de fer, duels à tous les coins du terrain, mais aussi jamais ces deux là ne vont vraiment prendre le match à pleine mains. Même le + 4 de Montpellier obtenu au retour des vestiaires ne tiendra pas longtemps face à la détermination des hommes de Gudmundur Gudmunsson. C’est même Mannheim qui va avoir la balle de match dans les mains. Un arrêt de plus de la légende suédoise dans les buts sur William Accambray et il fallait que Richard Stochl en fasse de même sur Andy Schmid pour préserver le match nul et la place en finale de Montpellier. CE sera donc un remake de la finale de 2010 qui devrait ravir les amoureux de handball, car un Chambéry – Montpellier reste toujours un match à part!
François Dasriaux

 


Dimanche 28 Aout 2011

FInale

Montpellier 30  –  Chambéry 25

 

Finale 3-4

RN Löwen – Veszprem

 

Finale 5-6

St Pétersbourg – Logrono

 

SALUT L’AMI !
Branko KARABATIC nous a quittés le 11 mai dernier mais, en ce qui le concerne, le mot absence n’a pas de sens. On sait tout le travail fourni au service du handball en général et de la Robertsau en particulier. Il a même été l’inspirateur dans les années 80 de l’idée d’un grand tournoi international qui deviendra en 1994, sous la houlette de ses amis de l’ASL Robertsau d’alors, l’EuroTournoi. Une telle personnalité ne disparaît jamais. Pour ceux qui ont été «formés» à son idée du handball, il relève du devoir que de poursuivre l’aventure dans le même esprit. L’édition 2011 de l’EuroTournoi promet des rencontres disputées et matchs de très haut niveau[1]. nous y replongerons tous avec gourmandise 4 jours durant tout en profitant de l’ambiance chaleureuse et amicale des retrouvailles après les vacances. Un vrai goût de « rentrée des classes ».
C.C

(Edito de l’EuroMag N°64 du jeudi 25 Aout 2011 par Christian Carl)