1995

Pour cette deuxième édition, le nombre d’équipes françaises passe de 5 à 4 pour équilibrer avec les étrangères. Montpellier et Sélestat reviennent et sont rejointes par Istres et Créteil. Côté étrangers on retrouve les suisses de Winterthur avec ses coréens volants Kang et Cho, les roumains de Bucarest, les hongrois de Budapest et les allemands de Magdebourg.
La formule évolue un peu puisque le tournoi se déroule maintenant sur 3 jours pour éviter de jouer 2 matchs dans la même journée (en 2 x 20 mn en 1994). Quarts de finale le vendredi au Centre Sportif de la Robertsau et au Tivoli en 2 x 30 mn cette fois, puis 1/2 finales le samedi dans ces mêmes salles et enfin les finales le dimanche au Centre Sportif de la Robertsau.

  • Le joueur sur l’affiche est Gregory Anquetil de Montpellier
  • Retrouvez plus de détails dans les archives de l’EuroMag

Finale française, victoire de l’US Créteil 24 à 19 sur le Champion de France, Montpellier.
La 3ème place est, comme en 94, prise par Sélestat qui se défait d’Istres sur le score de 20 à 17.
Budapest emporte le duel d’Europe centrale en battant Budapest 26 à 22, se classant 5ème.
Winterthur, enfin, bat 26 à 23 une pâle équipe B de Magdebourg qui s’excusera de ne pas être venue avec ses “stars” de l’époque, ne pensant pas que le niveau du tournoi était aussi élevé.

Palmarès : 1) Créteil – 2) Montpellier – 3) Sélestat – 4) Istres – 5) Budapest – 6) Bucarest – 7) Winterthur – 8) Magdebourg

Meilleur joueur : Joël Abati (Créteil)
Meilleur gardien : Schimrock (Magdebourg)
Meilleur buteur : Joël Abati (Créteil) 22 buts

 


Les matchs en détail

Vendredi 25 Aout 1995

1/4 de finales

CRETEIL 24  –  BUDAPEST 21

Centre Sportif de La Robertsau – Mi-temps : 12-12 400 spectateurs Arbitrage Deneken-Vogel CRÉTEIL ‘Lassaut(7 arrêts), Pellier(6 arrêts) aux but. Mancel, Lepetit, Kervadec (4), Mantes (2), Abati (9), Louis, Spinasse (1), Remili, Duchemann (2), Cochard (5), Pons, Boulant, Zlendak. Entraîneur: Thierry Anti. BUDAPEST ‘Cziraky(3 arrêts), Nagy(6arrêts) aux but. Grundmann, Forgacs, Popovic, Becskereki, Mohacsi (4), Lendvai, Adorjan, Nemeth (2), Kotorman (4), Gyorffy (2), Kertesz (5), Kuzma, Kovacs (4), Rosta (1), Gavai. Entraîneur: Janos Csik.
LA PATTE D’ABATI
Ayant perdu durant l’intersaison Christian Gaudin, champion du monde en Islande, et Zlatko Saracevic, finaliste malheureux à ces mêmes championnats avec la Croatie, on pensait l’US Créteil exsangue. Les hommes de Thierry Anti se sont chargés de démontrer le contraire, hier, à l’occasion de leur rencontre face à Budapest. ‘Sous l’impulsion d’un Joël Abati super star (9 buts pour 10 tirs), les Parisiens de… la présidente Marie-Jeanne Houlet, la maman de qui vous savez, ne souffrirent en fait que le temps d’une mi-temps. Le temps pour les Hongrois, bien emmenés par l’ancien de Saint-Brice Gyorffy et Kotormann de profiter des exclusions quasi simultanées, en fin de première mi-temps, de Kervadec et Duchemann pour prendre les devants à 9-10. Mais le temps, aussi, pour les Cristolliens de définitivement prendre la mesure de leurs adversaires. ‘A 20-16, et même si Budapest recolla à 22-20, il n’y eut plus de match. Et c’est le plus logiquement du monde que l’US Créteil, grâce à deux derniers buts d’Abati et de Cochard, signa le premier succès français de la soirée au centre sportif de la Robertsau.

 

SELESTAT 20   –  MAGDEBOURG 19

Centre Sportif de La Robertsau -Mi-temps : 11-9 400 spectateurs Arbitrage Bourgeois – Millot MAGDEBOURG Schimrock (10 arrêts) aux buts, Fiedler (1), Fink (1), Benecke (4), Liesegang (5), Rastner, Beyreis, Stiebler, Triepel, Sedel, Hildebrandt, Lebiedzinski, Goethel (1), Jahns (7). Entraîneur: Lothar Doering. SELESTAT ‘Hoffer (5 arrêts) , Schmutz(1 arrêt) aux buts, Schmidt, Barassi, Berthier (2), Engel (5), Lhou Moha (3), Gateau (2), Camara (1), Durban(2), Barreira (4), M. Golling, Van Ee, Sieber, C. Omeyer. Entraîneur: Konrad Affolter.
SÉLESTAT DANS LA DOULEUR
Face à une équipe de Magdebourg pourtant privée de Licu, l’international roumain, Petkevicius et Winselmann, deux sociétaires de l’équipe nationale allemande, le SC Sélestat a éprouvé toutes les difficultés du monde pour s’imposer. Sans Stachnick et Barassi (on ne parle pas des blessés de longue durée que sont Kuhn et Voné), laissés au repos par Konrad Affolter, la formation alsacienne avait pourtant relativement bien engagé son affaire, menant de deux buts à la pause (11-9). ‘Les errements sélestadiens autant que l’exclusion définitive d’Eddy Gateau à la 45° minute faillirent cependant coûter très cher à Bertrand Hoffer et aux siens. C’est ainsi que les Allemands repassèrent en tête à 13-14, Jahns et Liesegang ayant alors marqué… 11 fois à eux deux. ‘C’est à l’arraché que le SCS fini par l’emporter. Engel et Durban d’abord, Barreira pour finir (un dernier but synonyme de victoire et une bonne défense sur Liesegang) offrirent au SC Sélestat un succès pas forcement satisfaisant mais permettant à la formation alsacienne de s’assurer une place dans le dernier carré de ce tournoi.

 

ISTRES 23  –  BUCAREST 21

Hall Tivoli – Mi-temps: 9-11. Arbitrage de MM. C. Bader et P. Imloul. 80 spectateurs environ. ISTRES Gaudin ( 1_30, 4 arrêts) et Matrat ( 30_60, 5 arrêts dont 2 pén.) aux buts. Begouach , Duffet , Kious, Boudaouch 2, Kruplewich , Saracecevic 10 dont 3 pén. , Brisson , Laurain 6, Derot 2, Delon, Gensoulen 2, N’Doumbe 1. BUCAREST Ianos (12 arrêts) tout le match aux buts. Muraru, Purcarea, Stinga 4, Cojocar 4, Dedu 1, Gabrean, Bota 6 dont 2 pén., Nastase 1, Gigovanu 5 dont 2 pén., Stare, Ene, Luca.
ISTRES SANS COMPLEXE
Istres a fini par l’ emporter dans ce match très serré où aucune des deux équipes n’a exercé une réelle domination. D’entrée de jeu les roumains se montraient pourtant beaucoup plus sereins devant les buts où chaque attaque était récompensée alors que Istres, plus fébrile, manquait de belles occasions de creuser l’écart. Il faut dire que Ianos, le gardien roumain, réalisait de véritables prouesses dans les buts. Après une longue série d’égalité, Cojocar venait inscrire deux buts d’affilée pour en terminer à 11-9 à la mi-temps. A la reprise, Istres allait peu à peu trouver des solutions pour percer la défense roumaine et revenir à 14-14 profitant d’une équipe de Bucarest condamnée à jouer avec 4 joueurs sur le champ. Les Istriens faisaient alors la différence, notamment par Saracevic meilleur buteur de ce match, ne permettant jamais à Bucarest de revenir au score. Cependant les Roumains offraient une belle résistance mais la hargne de Bota ou de Gigovanu ne fut pas suffisante face à une équipe de Istres qui croyait fermement à cette victoire (23-21).
L.LAMARD

 

MONTPELLIER 26  –  WINTERTHUR 24

Hall Tivoli – Après prolongations  – Mi-temps: 13-10. Arbitrage de MM. Bravi et Padavoni. 150 spectateurs environ. MONTPELLIER Tchoumak(1ère-53e et 57e-70e, 11 arrêts dont 1 pén.) et Karaboue (53e-57e) aux buts. Mahe, Svensson1, G. Anquetil 10 dont 1 pén., F. Anquetil, Houlet 2, Puigsegur 1, Teyssier, Golic 2, Wilberger 5, Cazal 7. WINTERTHUR Meisterhaus (1ère-30e et 60e-70e, 10 arrêts dont 1 pén.) et Schnepf (30e-60e, 5 arrêts) aux buts. Ammann, Sutter, Brunner 3, Sprengler 4 dont 3 pén., Kellenberger, Dejung 3, Kang 8 dont 2 pén., Schaerer 2, Bollinger 1, Cho 5.
A UNE POIGNÉE DE SECONDES
Montpellier a remporté son match à l’arraché face à une brillante équipe Suisse qui méritait certainement mieux. En première période, on assista à un match assez équilibré où les Suisses semblaient pourtant être capables de faire la différence. Mais à la 22e, Wilberger ramenait son équipe à égalité et G. Anquetil relayé par Golic allaient peu à peu creuser l’écart pour mener 13-10 à la pause. En seconde période les joueurs de Montpellier manquaient un peu de réussite à l’image de Cazal qui à plusieurs reprises joua avec les poteaux. Winterthur en profita pour revenir à la marque (17-17, 43e) notamment par l’impressionant duo Coréen (Kang et Cho). Suivi alors un long suspense où les Suisses semblaient devoir l’emporter mais Wilberger égalisa à 4 s. de la fin. Lors des prolongations, la tension était très forte sur le terrain et ce sont les Français qui surent dominer la situation en accélérant le jeu pour terminer victorieusement après un doublé de G. Anquetil (28-26).

 


Samedi 26 Aout 1995

1/2 finales

MONTPELLIER 30  –  ISTRES 22

Mi-temps : 17 – 11 Arbitrage de MM. Vogel et Deneken (Ligue d’Alsace) Spectateurs: environ 500 MONTPELLIER Belkhir (1re-4e, 7e-60e, 11 arrêts), Tchonmak (4e-7e, 1 arrêt), Mahe, Sweinsson 2, Anquetil 4, Bisgambiglia, Houlet 1 (pénalty), Puiqsegur 2, Teyssier 1, Golic 6, Maurelli 4, Wiltberger 10. ISTRES Matrat (1re-18e, 1 arrêt), Gaudin (18e-60e, 8 arrêts), Begouach 3, Buffet 1, Kious 3, Boudaouch 1, Kruplewicz, Saracevic 5 (dont 1 pénalty), Brisson 5, Laurain 4, Delon, N’Doumbe.
MONTPELLIER SANS PROBLÈME
Cette demi-finale fut un peu fade, comparée au match des perdants qui la précédait, opposant Bucarest à Winterthur. Il n’y a pas eu en effet de suspense, Montpellier prenant le large dès les premières minutes, sur plusieurs contre-attaques (5-1). Istres multipliait imprécisions et maladresses tandis que la mécanique bien huilée des joueurs de Canayer assurait son avance. «Pas de cadeau» lançait tout de même l’entraîneur sudiste à son capitaine Mahé. Anquetil suivit ses consignes à la lettre et porta la marque à 11-5. Wiltberger et Saracevic se livraient un duel à distance quant au nombre de buts marqués. Sous l’impulsion de l’Alsacien, Montpellier atteint la pause avec 6 buts d’avance (17-11). Au retour des vestiaires, Wiltberger fit passer l’écart à +7, écart à peu près maintenu durant toute cette deuxième période. Il n’y avait plus d’enjeu… Belkhir se montrait en plus intraitable (11 arrêts) ; seuls Laurain et Saracevic arrivaient à l’inquiéter réellement. 22 – 15 (39e) puis 25 – 18 (45e) : Istres n’y croyait plus. Saracevic portait son total de buts à 5 et Wiltberger à 10. Montpellier terminait en roue libre (30 – 22), accèdant ainsi en finale, prêt à défendre son titre acquis l’an passé.
V.BODIN

 

CRÉTEIL 28  –  SÉLESTAT 16

Mi-temps 15-9. 500 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Bader et Imloul. CRETEIL Pellier (1°…°-30°, 8 arrêts dont 1 pen) et Lassaut (30°-60°, 6 arrêts) aux buts. Spinasse 1, Mantes 4, Pons 1, Lepetit 4, Remili, Kervadec 4, Mancel 3, Abati 2, Louis 1, Cochard 3 (2 pen), Slendak 1, Duchemann 4, Boulant. SELESTAT Hoffer (1°…°-17° et 30°-50°, 6 arrêts dont 2 pen) et Schmutz (17°- 30° et 50°-60°, 4 arrêts) aux buts. Schmidt, Durban 3 (1 pen), Barassi 1, Berthier 4, Engel 1, Sieber 4 (1 pen), Gateau 1, Camara, Barreira, Lhou Moha 2.
CRÉTEIL SANS PROBLÈME
Face à un SC Sélestat complètement à coté de ses baskets, l’US Créteil s’est offert une petite promenade de santé. ‘Inquiétés l’espace d’une dizaine de minutes, le temps pour Pellier de se mettre en évidence en détournant un penalty, celui, aussi, pour les Sélestadiens, de faire montre de leur maladresse en en ratant deux autres, les Parisiens imprimèrent ensuite leur rythme à cette rencontre.Connaissant un pourcentage au tir assez impressionnant, les gardiens sélestadiens n’étant pas étrangers à cette réussite (un petit arrêt en une demi-heure), Créteil ne fut plus jamais inquiété.Menant de six buts à la pause (15-9), Lepetit, auteur d’un sans faute tant en défense qu’en attaque, et ses coéquipiers creusèrent alors régulièrement l’écart. Sélestat se permit le luxe de galvauder des balles importantes et de rater un quatrième penalty, seuls le tout jeune Sieber et le plus ancien Berthier évoluant à leur véritable niveau. Tant et si bien que l’écart atteint vite les dix buts, Créteil se qualifiant sans mal pour la finale de ce deuxième EuroTournoi (28-16).

 

Matchs pour places 5 à 8

WINTERTHUR 23  –  BUCAREST 27

Mi-temps : 14 – 13 Arbitrage de MM. Bourgeois et Millot (Ligue de Franche-Comté) Spectateurs : environ 500 WINTERTHUR Meisterhans (1re-30e, 8 arrêts et 1 but), Schnepf (30e-60e, 5 buts), Amman, Sutter, Sprengler 4 (dont 2 pénalties), Kellenberger 4 , Dejung 2, Kang 5, Cho 3, Schaerer 4, Bollinger. BUCAREST Ianos (1re-10e), Stan (10e-60e, 9 arrêts), Purcarea, Muraru, Stinga 2, Cojocar 2, Dedu 9, Gabrean 1, Bota 7 (dont 2 pénalties), Nastase 1, Gicovanu 5, Stare.
BUCAREST EN FORCE Après un début de match difficile, Bucarest l’emporte facilement face à une équipe Suisse amoindrie par la sortie de Cho, blessé à la main. Cette victoire, c’est essentiellement l’oeuvre du tandem Dedu/Gicovanu (14 buts à eux deux) qui a su trouver les failles de la défense adverse pour venir mitrailler régulièrement Meisterhans et Schnepf. Mais les Roumains avaient surtout bien observé le jeu de Winterthur et, en exerçant un marquage individuel sur Kang (par Gicovanu), c’ est tout le système d’attaque des Suisses qui s’en trouvait affaibli. Prenant l’ avantage d’un petit but à la pause (14-13), Winterthur menait encore 18-16 à la 42e, mais s’écroulait ensuite. Gabrean ramenait son équipe à égalité (18-18) continuant ainsi une belle série roumaine de 7 buts consécutifs que Dejung viendra enfin interrompre. Les Suisses essayèrent alors d’accélérer le jeu pour revenir à la marque mais, trop pressés et désorganisés ils n’avaient aucune chance de déstabiliser des Roumains beaucoup plus forts physiquement.
L.LAMARD

 

BUDAPEST 26  –  MAGDEBOURG 20

Mi-temps 11-15. 500 spectateurs environ. Arbitrage de MM. Bravi et Padovani. BUDAPEST Ivanov (1°…°-60°, 14 arrêts dont 3 pen), Cziraki et Nagy aux buts, Kuzma, Grundmann 4, Mohacsi 5 pen, Adorjan, Nemeth 5, Kovacs 1, Kertesz, Gyorffy 4, Kotormann 4, Becskerky, Rosta 3. MAGDEBOURG Schimrock (1°…°-58°, 16 arrêts) et Ruhle (58°-60°) aux buts. Benecke 4 (1 pen), Fink 3, Schimmelpfennig 3, Gothel, Liesegang 8 (1 pen), Sonntag, Jahns 2, Jacobs.
BUDAPEST TERMINE FORT
Dans un match qui devait décider de qui ne jouerait pas la dernière place, les Hongrois de Budapest ont redressé, face à Magdebourg, une situation plus que compromise.Les Allemands, sous l’impulsion de Liesegang, auteur d’un sans faute avant la pause (ce ne fut plus le cas ensuite, le meilleur buteur de Magdebourg ratant par la suite la bagatelle de trois penalties), s’étaient pourtant offert le meilleur départ. Et, à 11-15 en début de seconde période, ils n’étaient pas nombreux à oser parier sur les chances d’une formation de Budapest assez peu inspirée jusque là.Gyorffy, que les Français connaissent bien, et Ivanov ne l’entendirent cependant pas de cette oreille. Le premier remit de l’ordre dans la maison en même temps que le second se permit un sans faute dans ses buts. Tant et si bien que l’équipe hongroise passa un net et sans bavure 8-1 à une formation allemande visiblement sur les rotules. A 19-16 (11-15 à la 31°), la messe était dite. Jamais plus Magdebourg ne parvint à refaire surface, les Hongrois gagnant haut la main de droit de rencontrer les Roumains de Bucarest, 5° place en jeu.

 


Dimanche 27 Aout 1995

Finales au Centre Sportif de La Robertsau

Finale 1-2

 

Finale 3-4

 

Finale 5-6

 

Finale 7-8

Passé de Gagny au PSG Asnières, Gaël Monthurel, élu meilleur joueur du premier EuroTournoi, n’est pas du rendez- vous cette année. Dommage lorsque l’on sait les qualités de l’international a mettre le feu tant sur le terrain qu’autour. En revanche, le Montpelliérain Igor Tchoumak, élu meilleur gardien il y a un an, sera bien là.

Il n’en est qu’à se deuxième édition et pourtant l’EuroTournoi mis sur pied par la Robertsau et l’ASS a déjà acquis ses lettres de noblesse. Preuve de cette reconnaissance, la présence, en cette fin de semaine à Strasbourg, de Daniel Costantini, entraîneur de l’équipe de France championne du monde. Les liens noués par Christian CARL avec l’équipe de France depuis 1992 n’y sont pas étrangers.

Daniel Costantini ne sera pas le seul Français champion du monde présent à Strasbourg. Les Montpelliérains Mahé, Cazal et Anquetil, le Cristollien Kervadec et l’Istréen Gaudin ont eux aussi brillé de mille feux en Islande. Ajoutez à ceux là les Wiltberger, Houlet, Maurelli, Lepetit, Cochard et Lhou Moha, cela vous fera une équipe tricolore pas piquée des hannetons.

Si vous avez des photos de cet événement, merci de nous contacter à cette adresse : et@car.fr afin de nous aider à compléter ces archives – Merci d’avance