2007

En cet été 2007, Ciudad Réal a perdu son titre de Champion d’Europe au profit du Kiel de Nikola Karabatic. Mais les espagnols viennent tout de même défendre leur titre à l’ET. Il sont accompagnés de Valladolid (déjà présent en 2005) et qui est allé jusqu’en demi-finale de la Ligue des Champions en avril dernier. Les danois de Copenhague entrainés par la légende suédoise Magnus Andersson, sont de la partie pour la première fois tout comme les croates de Zagreb avec une ossature de l’équipe nationale (Horvat, Dzomba, Sola, Bicanic, Vori, Kopljar épaulés par le macédonien Lazarov). Côté français on ne change pas une équipe qui gagne, Montpellier (qui vient de perdre son titre de champion de France face à Ivry) et Chambéry (avec le retour de Daniel Narcisse) sont à nouveau parmi nous.

 

  • Le joueur sur l’affiche est Didier Dinart de Ciudad Réal
  • Retrouvez tous les détails de cette édition sur le site de l’époque en cliquant ici
  • Retrouvez plus de détails dans les archives de l’EuroMag

Ciudad Réal domine facilement sa poule mais Montpellier doit uniquement à la différence de buts à 3 de se classer premier de sa poule pour rencontrer les espagnols dans une revanche de la finale mythique de 2006. Moins de suspens cette année puisque les ibères l’emportent 30 à 26.
Pour la 3ème place Chambéry devance Copenhague d’une courte tête (34 à 32) alors que les deux déceptions de l’édition, Valladolid et Zagreb se classent respectivement cinquièmes et sixièmes dans un match “portes ouvertes” (38 à 31).

Classement
1) Ciudad Réal – 2) Montpellier – 3) Chambéry – 4) Copenhague – 5) Valladolid – 6) Zagreb

Meilleur joueur : Daniel Narcisse (CHA)
Meilleur Gardien : Arpad Sterbik (CIU)
Meilleur buteur : Heyckel Mgannem (MON) 22 buts

 


Les matchs en détail

Jeudi 23 Aout 2007

ZAGREB 24  –  CIUDAD REAL 34

Hall Rhenus. Mi-temp: 11-18. 2000 spectateurs environ. Arbitres: MM. Dentz et Reibel (Ligue d’Alsace). Exclusions pour 2’: Rutenka (X2), Morros, Stefansson, Dinart et Davis à Ciudad Real, Vori, Horvat, Spoljaric, Kopljar, Valcic, Bedekovic à Zagreb. Expulsion: Vori (58e’) CIUDAD REAL: Hombrados (7 arrêts dont 1 pen.) et Sterbic (10 arrêts) au but — Laen, Kallman 1 pen., Stefansson 2, Davis 2, Parrondo 4 (dont 1 pen.), Urios 3, Metlicic 3, Rodriguez 3, Hjermind 4 (dont 1 pen.), Zorman 1, Rutenka 6, Morros 5, Dinart. Entraîneur”: Talant Dujshebaev. ZAGREB: Jerkovic (10 dont 1 pen.) au but — Bedekovic, Bicanic 1, Duvnjak 2, Dzomba 7 (dont 3 pen.), Horvat 5, Kaleb 1, Koloper 6, Kopljar 1, Spoljaric, Valcic 1, Vori. Entraîneur”: Nenad Kljaic.
Point de suspens pour ce premier match de l’EuroTournoi 2007. La faute a une equipe de Ciudad Real implacable. Une armada impressionnante ou tous les postes sont doubles voire triples par des internationaux. La faute aussi a une equipe croate dont la defense a parfois laisse plus que des boulevards aux attaquants espagnols. A la 7e minute, le score est de 6-0 pour Dinart et cie. Rutenka et Parrondo sont passes par la. Le match est d’ores et deja plie. Des lors, les vainqueurs de l’ET 2006 se contentent de gerer leur avantage. Les Croates repondent bien par Dzomba ou Koloper, leur jeu est bien trop brouillon et imprecis pour inquieter la defense iberique. Comme Sterbik fait bonne garde (10 arrets en premiere periode), Ciudad Real rejoint les vestiaires avec 7 buts d’avance, 18-11. Mirza Dzomba qui evoluait encore a Ciudad Real la saison passee essaye bien de relancer la machine croate a la reprise (13-18) mais Urios, Rutenka et Metlicic ont vite faitede remettre les choses en place. Horvat est le seul a surnager cote croate, Viran, 4 des 6 derniers buts de son equipe, et Davis sur montees de balle donnent au score son ampleur finale. Les Espagnols ont fait un premier pas pour acceder a la finale, a Chambery de venir les chatouiller samedi soir pour les en empecher…
Eric SEYLLER

 

VALLADOLID 36  –  COPENHAGUE 34

Hall Rhenus. Mi-temps: 16-20. 2500 spectateurs environ. Arbitres: MM. Bader et Imloul (Ligue d’Alsace). Exclusions pour 2’: Hugo-Lopez (X2) à Valladolid, Gustaffson (X3), Koch-Hansen, Svensson et Linders à Copenhague. Exclusion définitive”: Gustaffson (43e’) VALLADOLID: Lorger (7 arrêts) et Sierra (8 arrêts) au but — Prieto 5, Fernandez-Roura 7 (dont 1 pen.), Antonio, Velasco, Rentero, Hugo-Lopez 2, Martinez 4, Milosavzevic 6 (dont 5 pen.), Delgado-Avila 1, Puig, Perales 3, Muratovic 5, Entrerrios 3, Bicbija. Entraîneur”: Juan-Carlos Pastor COPENHAGUE: Norklit (9 arrêts) et Ege (10 arrêts) au but — Jorgensen 3, Atlason 6 (dont 2 pen.), Hammer 1, Ekelund, Hansen, Christensen 1, Gustaffson 2, Lindhal 3, Koch- Hansen 2, Svensson 4, Boquist 5, Linders 7. Entraîneur”: Magnus Andersson.
Certains voyaient en Copenhague l’equipe surprise de cet EuroTournoi, il s’en est fallu de peu pour que leur pronostic ne se realise hier soir. Les joueurs de Magnus Andersson ont en effet mene la vie tres dure a Valladolid, tout recent demi-finaliste de la Ligue des Champions. Le jeu danois rapide et bien construit donne le tournis a la defense espagnole. Linders et Gustaffson se regalent des caviars que leur servent Boquist et Jorgensen (5-12, 17e’). La rentree de l’ancien Chamberien Eduardo Fernandez Roura redonne de l’air a Valladolid. Ses 4 buts, dont un “roller”, et le penalty qu’il provoque permettent aux Espagnols de grappiller et d’atteindre la mi-temps avec un debours de 4 buts seulement (16-20). Valladolid reste sur sa lancee et face a Linders et Boquist replique par Prieto et les penalties de Milosavjevic. Ca grignote, ca grignote et ce qui devait arriver arriva. Fernandez Roura egalise sur penalty (26-26, 44e’), Muratovic donnant l’avantage aux Espagnols dans la foulee. On assiste alors a un chasse- croise de toute beaute rythme par des buts parfois splendides. Copenhague croit avoir fait le plus dur lorsqu’une roucoulette de Hammer signe le +2 (32-34, 56e’). Helas pour eux, l’exclusion temporaire de Linders (58e’) va leur faire tres mal. Martinez inscrit deux buts consecutifs avant que Sierra n’effectue l’arret decisif a 40 secondes du terme. Fernandez Roura clot le ban a la sirene, son espoir de voir une finale espagnole etant toujours d’actualite. Lui et son equipe ont eu chaud cependant. A Montpellier de jouer maintenant.
Eric SEYLLER

 


Vendredi 24 Aout 2007

ZAGREB 29  –  CHAMBERY 31

Hall Rhenus. Mi-temps: 13-13. 2500 spectateurs environ. Arbitres: MM.. bader et Imloul. Exclusions pour 2’: Narcisse (3e’, 39e’) Nocar (42e’), Gille (46e’) à Chambéry; Duvnjak (21e’), Vukic (22e’), Bicanic (44e’) à Zagreb. CHAMBERY: Stojinovic (8 arrêts) et Dumoulin (2 arrêts dt 1 pen.) au but – Busselier 1, Nocar 5 , Roiné 2, Clémençon, Gille 3, Paty, Passe Coutrin, Cherblanc 1, Narcisse 9, Vuckovic 3, Joli 7 dt 1pen. Entraîneur: Philippe Gardent. ZAGREB: Somic (16 arrêts) au but — Bedekovic, Bicanic 9, Duvnjak 4, Dzomba 4 dt 1 pen., Horvat 2, Kaleb 4, Koloper 1, Kopljar , Spoljaric 1, Valcic , Vori, Djono 2, Vukic 2. Entraîneur: Nenad Kljaic.
Chambéry a eu très chaud pour son entrée dans l’EuroTournoi.Le match débutait bien puisque Narcisse et Nocar donnaient le 2-0 et d’aucuns annonçaient déjà un 6-0 comme celui encaissé la veille par les Croates face à Ciudad Real. Après le 3-2 (6e’) les Savoyards vont connaître un sérieux passage à vide. Balles perdues, arrêts de Somic, et voilà un 0-8 dont Bicanic (5 buts consécutifs) est le principal artisan. 10 minutes, c’est le temps nécéssaire aux hommes de Philippe gardent pour retrouver le chemin des filets (4-8, 16e’). La rentrée de Joli et un emeilleure défense permettent aux Chambériens de revenir petit à petit. Cherblanc égalise dans la dernière minute avant que Joli ne donne même l’avantage à ses couleurs. Spoljaric clot toutefois la marque à 13-13 d’un tir du milieu de terrain… On pensait la leçon apprise mais Chambé retombe dans ses travers à la reprise. Somic fait son quota d’arrêts et Kaleb ou Bicanic en profitent (15-18, 34e’). Heureusement, Narcisse montre la marche à suivre. Nocar, Roiné et Joli suivent et malgré trop d’échecs au tir, Busselier et co refont leur retard (19-19, 32e’). Après plusieurs égalités dont la dernière à 28-28 (57e’), les Français réussissent le break décisif (31-28, 59e’). Il faudra montrer un tout autre visage ce soir face à Ciudad Real pour espérer atteindre la finale.
Eric SEYLLER

 

MONTPELLIER 23  –  COPENHAGUE 25

Hall Rhenus. Mi-temps: 7-14. 3000 spectateurs environ. Arbitres: MM. Dentz et Reibel. Exclusions pour 2’: Sobol (11e’), Tej (28e’), Bojinovic (30e’, 54e’, rouge 58e’) à Montpellier; Gustaffson (35e’, 42e’), Lindahl (42e’) à Copenhague. MONTPELLIER: Karaboué (17 arrêts dt 1 pen.)au but – Burdet 1, Junillon, Tej 7, Juricek 2, Sobol 2, Bojinovic 3, Hmam 2, Di Panda, François-Marie, Megganem 6 dt 1 pen., Pongérard, Salou, Guigou, Abati. Entraîneur: Patrice Canayer. COPENHAGUE: Ege (21 arrêts dt 1 pen.) au but Jorgensen 2 dt 1 pen., Atlason , Hammer 3, Ekelund, Hansen, Christensen 4 dt 2 pen., Gustaffson 2 , Lindhal 6, Koch-Hansen 5, Svensson , Boquist 1, Linders 2. Entraîneur: Magnus Andersson.
Ils avaient mené la vie dure à Valladolid jeudi, ils ont remis ça hier soir face à Montpellier. En s’imposant 25-23 les danois de Copenhague ont transformé la poule 2 du tournoi en panier de crabes. Rien d’immérité pourtant dans cette victoire surtout au vu de la pemière période durant laquelle les absences de Guigou et Abati se firent cruellement sentir côté Héraultais. Après un 5-5 (17e’), le MHB encaisse un 0-7 en 11 minutes, la mi-temps intervient à 7-14. Une indigence offensive peu habituelle pour Montpellier. Ege (12 arrêts en 1ere période) et la maladresse des coéquipiers de Megannem et Tej y sont pour quelque chose. Les anciens Sélestadiens seront les maîtres d’oeuvre du réveil montpeliérain. Comme Karaboué effectue des prouesses dans ses buts, on grappille, on grappille. Les arrières ne marquent plus, on cherche le pivot et Tej transforme en or les passes du meneur de jeu tunisien. Megannem justement, ramène Montpellier à moins 1 (19-20, 51e’). Gustaffson et Christensen laissent les Danois respirer pour s’imposer de deux buts 23-25. Pas besoin de calculatrice pour les joueurs de Patrice Canayer ce soir face à Valladolid: une victoire par 3 buts d’écart ou plus et il sont en finale, une victoire de Montpellier d’un but, un nul ou une victoire de Valladolid et les Espagnols sont en finale. Une victoire française par 2 buts d’écart mettrait tout le monde à égalité. L’équipe avec la meilleure attaque sur l’ensemble des 3 matches serait alors qualifiée pour la finale.
Eric SEYLLER

 


Samedi 25 Aout 2007

MONTPELLIER 35  –  VALLADOLID 29

Mi-temps 13-13. Arbitres : MM. Dentz et Reibel. 3 500 spectateurs environ. Sortis pour deux minutes : Hmam (17e, 29e), Tej (41e), Juricek (42e, 47e), Junillon (53e) à Montpellier ; Rentero (13e), Puig (16e), Lopez (17e, 28e), Avila (38e) à Valladolid . MONTPELLIER : Maggaiez (1ere-35e, 11 arrêts) et Karaboué (36e- 60e, 10 arrêts dont 2 pen) au but. Salou, Burdet 4, Junillon, Tej 6, François-Marie, Juricek 4, Sobol 3, M’Gannem 9 (2 pen), Di Panda, Pongerard, Bojinovic 1, Hmam 8, Guigou, Abati. VALLADOLID : Sierra (1ere-30e et 53e-60e, 7 arrêts dont 2 pen) et Lorger (31e-52e, 5 arrêts) au but. Prieto 3, Fernandez-Roura 4, Antonio, Velasco, Rentero 1, Lopez 3, Martinez 3 (1 pen), Milosalvjevic 2 pen, Avila 1, Puig 1, Perales 6, Muratovic 3, Entrerrios 2, Bilbija .
Montpellier avait à se faire pardonner de sa défaite contre Copenhague dans la première journée du tournoi et c’est chose faite avec une victoire rassurante contre Valladolid. Les multi champions de France ont montré un autre visage aujourd’hui avec de la volonté, de l’agressivité et un engagement de tous les joueurs présents sur le terrain. Contrairement à son premier match, Montpelier ne se laissait pas distancer en début de partie. Cédric BURDET retrouvait une certaine efficacité en attaque et Marouene MAGGAIEZ sortait quelques bons ballons sur les tireurs espagnols. Tout semblait désormais possible pour Montpellier mais c’était sans compter sur Valladolid qui, malgré un nombre inhabituel de balles perdues, savait aussi accélérer le jeu avec notamment Raul ENTRERRIOS à la manoeuvre qui transperçait la défense sur des engagements rapides. On pouvait craindre le pire car Montpellier confondait vitesse et précipitation et les buts défilaient rapidement. C’est en défense que les français allaient réussir à contrer leurs adversaires qui ne réussissaient pas à tenir ce rythme pendant toute la première période. Montpellier reprenait fière allure en début de seconde période avec l’entrée de Daouda Karaboué signait d’un arrêt sur penalty et en profitait pour rester sur le terrain et montrait la marche à suivre à ses coéquipiers. La défense héraultaise se durcissait autour d’Isssam Tej toujours à la limite et qui ne comptait pas sa dépense en dépense. Oui il s’agissait d’un tournoi amical de préparation mais le coté amical était resté au vestiaire. Et au jeu de qui baffe qui, c’est Montpellier qui sortait son épingle du jeu en menant 27-24 après 19 minutes en seconde période. Patrice Canayer laissait la triplette infernale aux postes arrières avec BURDET et HMAM. Les trois mousquetaires ont encore besoin de rodage mais il y a du métier dans les moments chauds et souvent le petit coup de patte pour faire la décision dans un trou de souris. Wissem HMAM pouvait même prétendre à reprendre son titre de Grand Wissem puisqu’il retrouvait les lucarnes des cages espagnoles après avoir copieusement allumé les tribunes du Rhénus depuis le début du tournoi. Malgré les efforts importants des joueurs de Juan Carlos PASTOR, Valladolid laissait l’écart se creuser petit à petit jusqu’au score final de 35-29 pour Montpellier. Cette victoire va rassurer ceux qui attendent leur équipe favorite pour reprendre le titre de champion de France et espérer un parcours européen honorable. Il y a encore beaucoup de travail mais Patrice Canayer n’est pas avare d’énergie pour redonner à son équipe la brillance d’antan. Il faudra faire attention aux nombreuses erreurs tant défensives qu’offensives qui les ont obligé à courir après le score une bonne partie du match. Avec un jeu offensif dynamique et performant comme en fin de partie, nous avons tous hâte de voir Michaël GUIGOU et Joel ABATI rejoindre leurs partenaires dans la bataille.
FD

 

CHAMBERY 27  –  CIUDAD REAL 31

Mi-temps 17-14. Arbitres : MM. Bader et Imloul. 4 000 spectateurs environ. Sortis pour deux minutes : Busselier (20e), Gille (30e), Paty (46e) à Chambéry ; Metlicic (30e, 60e), Pajovic (43e) à Ciudad Real. CHAMBERY : Stojinovic (tout le match, 18 arrêts dont 2 pen) et Dumoulin au but. Busselier 2, Botti 2, Nocar, Roiné 6, Clémençon, B. Gille, Narcisse 6 (1 pen), Paty 4, Passe Coutrain, Cherblanc 3, Vuckovic 1, Joli 3. CIUDAD REAL : Hombrados (1ere-30e, 6 arrêts) et Sterbik (31e-60e, 8 arrêts dont 1 pen) au but. Laen 2, Kallmann 3, Pajovic 1, Stefansson 5 (3 pen), Davis 1, Parrondo 3 (1 pen), Urios 5, Metlicic 2, Chema 2, Hjermin 3 (1 pen), Zorman 2, Entrerrios 1, Morros 1. Chambéry a fait bien plus que résister, posant de réels problèmes à l’ogre Ciudad Real. Mais les hommes de Philippe Gardent ont été étouffés en fin de partie par la vista et le réalisme des Espagnols. Dommage… Affiche a priori déséquilibrée ce samedi entre l’armada de Ciudad Real et le Chambéry Savoie Handball, qui avait souffert pour dominer Zagreb lors de son premier match. Et l’entame de la rencontre semblait valider cet écart, les Espagnols se détachant rapidement (4-7, 12e). Mais le bras de Bertrand Roiné lançait les Savoyards sur la rampe d’un superbe 5-0, joliment parachevé par Daniel Narcisse (9-7, 16e). C’était l’étincelle qui enflamme le baril de poudre, la piqûre de taon qui énerve le boeuf, la feuille de menthe qui réveille le mojito. Le match, parti sur un tempo plutôt tranquille, s’enflammait alors et les deux formations faisaient le show pour faire vibrer le Rhénus de Strasbourg. Contre-attaques de feu, acrobaties d’ailiers et parades à bout portant, le parquet alsacien sentait bon la Champions’ League… Revenus des vestiaires avec trois unités de débours (14-17), les Espagnols se devaient de faire le jeu, de créer. Et d’engager le défi physique : dernier buteur avant la pause, Rolando Urios faisait parler sa puissance dès la reprise et déménageait du jaune et noir dans les 9 mètres savoyards, marquant par deux fois et laissant à Chema le soin d’égaliser à 20-20 (39e). Dès lors, les deux équipes n’allaient plus se lâcher pendant un quart d’heure, se rendant but pour but, dans un climat qui montait en tension. Jusqu’à ce que la dream team de Dujshebaev ne passe la surmultipliée : un 6-1 assassin et tout en vitesse d’exécution donnait une marge de quatre buts aux Espagnols (28-24, 55e). Assommés, désorientés, les Chambériens commettaient alors quelques approximations et autres erreurs défensives, faille fatale dans laquelle s’engouffraient -et dans la joie !- les tenants du titre. 31-27 au final, une addition qui est loin d’être honteuse pour des Chambériens batailleurs et créatifs. Mais l’expérience des grands matchs européens a parlé en faveur de Ciudad Real, et ce sont bien les Espagnols qui défieront Montpellier dimanche en finale (17 heures).
FD

 


Dimanche 26 Aout 2007

Finale

 

“THE PLACE TO BE”
C’est desormais traditionnel, c’est reconnu, c’est  à Strasbourg, fin du mois d’aout, au Rhénus Sport, que les passionnes de handball et six des meilleures équipes Européennes se donnent rendez-vous. Pour toutes et tous, l’EuroTournoi c’est devenu ” The place to be ” ! Un arrière gout de vacances, un avant gout de rentrée scolaire… et sans aucun doute, la saveur épicee de l’évènement sportif du debut de saison. Au rendez-vous du haut niveau international, toutes ces équipes abonnées au plus grandes compétitions européennes affuteront leurs arguments avant d’en découdre dans leurs championnats respectifs. La qualité du plateau, la qualité du handball présente, la présence d’un public fidèle et de plus en plus nombreux, les retrouvailles avec les meilleurs joueurs du monde sont a la fois les motivations et la récompense pour tous les bénevoles qui portent haut et fort cette remarquable manifestation. La vocation de Strasbourg pour le sport de haut niveau s’en trouve renforcee et encouragée. L’effort en synergie des collectivités, des partenaires, des benévoles et des sportifs, acteurs de cette saga, confère a l’EuroTournoi une solide colonne vertébrale. Que toutes et tous en soient chaleureusement remercies car, incontestablement, le Rhénus Sport c’est l’endroit ou il faudra être…..et nous y serons tous !
C.C

(Edito de l’EuroMag N°48 du jeudi 23 Aout 2007 par Christian CARL)

Le niveau monte…

Pour preuve l’écho que publiait l’EuroMag N°49 du vendredi 24 Aout 2007 : “BELLE BROCHETTE: Sur les bancs de touche hier soir, on avait du lourd, du très lourd en matière de palmarès. Jugez-en : sur le banc de Ciudad Real : Talent Dujshebaev, Champion du monde et olympique en tant que joueur avec la Russie (CEI), désigne deux fois meilleur joueur du monde. Sur le banc de Zagreb ; Nenad Kljaic, Champion Olympique en tant que joueur avec la Croatie. Sur le banc de Copenhague : Magnus Andersson, Double champion du monde et quadruple champion d’Europe en tant que joueur avec la Suède et enfin sur le banc de Valladolid : Juan Carlos Pastor, champion du monde en tant qu’entraineur avec l’Espagne… Nos deux entraineurs français qui entrent en lice ce soir ne doivent pas avoir de complexes car Philippe Gardent affiche tout de même un titre de champion du Monde en tant que joueur et patrice Canayer, outre une ligue des champions a établi un record historique en championnat de France avec 9 titres. Bref, on vient d’atteindre un sommet dans la qualité qu’il sera difficile de battre.”