2005

Retour à la version club en cette année 2005. Les amitiés qu’entretien Christian CARL avec les joueurs de l’équipe de France depuis plus de 10 ans permettent chaque année ou presque de faire venir une équipe qui, sans cela, ne serait peut être jamais venue. Cette année c’est François-Xavier “Zouzou” Houlet qui revient (il était déjà là avec Montpellier) avec son équipe légendaire de Gummersbach (12 fois championne d’Allemagne, 5 fois championne d’Europe) dans laquelle jouent deux autres français, les internationaux Cédric Burdet et Daniel “Air France” Narcisse en train de devenir une immense star.

Cédric Burdet, Daniel Narcisse et Zouzou Houlet

Une autre équipe allemande, Norhorn, débarque avec deux gloires suédoises, Peter Gentzel le gardien et Ljubo Vranjes le génial demi centre. Les ukrainiens de Zaporozhye sont également de retour avec une équipe qui constitue l’ossature de l’équipe nationale.
Petits nouveaux également, les espagnols de Valladolid avec quelques pointures de l’équipe d’Espagne (Sierra, “Chema” Rodriguez, Garabaya) et son coach Juan Carlos Pastor qui vient de remporter en début d’année le titre de champion du monde en Tunisie à la tête de la sélection nationale espagnole.
Côté français on retrouve les deux abonnées que sont Montpellier le champion de France et Chambéry, le tenant du titre de l’ET, où Jackson Richardson est venu terminer sa carrière en club après avoir pris sa retraite internationale au mondial tunisien quelques mois plus tôt. Pour la première fois on compte plus d’équipes  étrangères que françaises ce qui prouve la montée du niveau et de la renommée du tournoi.

 

  • Le joueur sur l’affiche est Daniel Narcisse de Gummersbach
  • Retrouvez tous les détails de cette édition sur le site de l’époque en cliquant ici
  • Retrouvez plus de détails dans les archives de l’EuroMag

Les deux poules sont très disputées mais Valladolid se hisse en finale face à Gummersbach qui l’emporte haut la main par 34 à 29 avec 7 buts de Zouzou Houlet et 4 de Cédric Burdet.
Nordhorn se défait facilement de Chambéry pour s’assurer la 3ème place (31 à 25) tandis que Montpellier termine 5ème face à Zaporozhye (35 à 28).

Classement
1. Gummersbach, 2. Valladolid, 3. Nordhorn, 4. Chambéry, 5. Montpellier, 6. Zaporozhye

Meilleur joueur : François-Xavier Houlet (GUM)
Meilleur Gardien : Steinar Ege (GUM)
Meilleur buteur : Alen Muratovic (VAL) 26 buts

 


Les matchs en détail

jeudi 25 Aout 2005

CHAMBERY 27  –  ZAPOROZHYE 29

Mi-temps: 9-14. Arbitres: MM. Bader et Imloul. CHAMBERY: Exclusions: Zuniga (23e’, 46e’), Delric (26e’, 55′) Richardson (29e’), Roura (33e’). Stojinovic1e-30e et 42e-60e, 14 arrêts dont 1 pen) et Dumoulin (31e-41e, 2 arrêts) aux buts; Busselier 5 dont 1/1 pen, Roura 11 dont 6/6 pen, Delric 2, Richardson 3, Clemençon 2, Ben. Gille, Fritsch, Moskalenko, Moretti 1, Zuniga 1, Cherblanc, Joli 2 dont 1/2 pen. ZAPOROZHYE: Exclusions: Natalyuk (5e’, 49e’), Stetsyura (16e’), Kisil (35e’), Onufryienko (36e’), Y. Gurkovcky (58e’), Shelmenko (60e’) Budko (tout le match, 8 arrêts) et Koshovy dans les buts; Pedan 1, Onufryienko 6 dont 5/6 pen, Lyubchenko 1, Krivchikov, Nat 4, Zvyezdov, Shelmenko 11, Natalyuk, P. Gurkocky, Y. Gurkovcky 1, Kisil, Stetsyura 5.
Première surprise de cet EuroTournoi cuvée 2005, la défaite de Chambéry face aux Ukrainiens de Zaporozhye. Après un début de match équilibré (6-6, 18e’), Zaporozhye prend les devants. La défense ukrainienne ne laisse que peu d’espace aux attaquants chambériens. A la décharge des hommes de Philippe Gardent, il convient de rappeler les absences de la quasi intégralité de leurs lignes arrières à cause de blessures. Pour remédier à cela, on voit Laurent Busselier ou Fernando Roura s’essayer à l’arrière. Mais sans trop de résultats immédiats. De leur côté, les Ukrainiens font le spectacle à l’image de ce kung-fu impressionnant de Stetsyura (7-11, 25e’). Shelmenko portera même l’écart à 5 buts (9-14 à la pause). Le meilleur buteur de Zaporozhye remet cela dès la reprise puisque il inscrit le 9-15 (31e’). Mais Chambéry, diminué ou pas, ne veut pas s’avouer vaincu. Les coéquipiers de Jackson Richardson grignotent peu à peu emmenés par un Fernandez Roura de gala. D’aucuns le surnommèrent “Hip, Hip, Hip” pour donner du relief à sa prestation, 11 buts dont un 6/6 à 7 mètres non négligeable. Les savoyards reviennent à 1 longueur de leurs adversaires sur un des pénalties de Roura (21-22, 49e’), Richardson par deux fois puis Roura encore gardent Chambé à portée de Zaporozhye mais Nat et l’incontournable Shelmenko tiennent la baraque ukrainienne. Ce dernier, d’un tir à la hanche sonne le glas des derniers espoirs chambériens (25-28, 59e’). Battus finalement 27-29, les savoyards devront réaliser un très gros match samedi pour battre Gummersbach samedi et espérer pouvoir toujours accéder à la finale, si Zaporozhye ne s’impose pas ce soir face à Gummersbach. Les coéquipiers de Daniel Narcisse qui ont assisté à la rencontre savent à quoi s’attendre. Vivement ce soir…
Eric SEYLLER

 

NORDHORN 31  –  VALLADOLID 31

Mi-temps: 14-18. Arbitrage de MM. Mons et Weber. NORDHORN: Exclusions: Arrhemius (6e), Verjans (23e), Ursic (43e). Gentzel (1e-30e, 5 arrêts) et Larsson (31e-60e, 5 arrêts) dans les buts; Machulla, Verjans, Ursic 2, Arrhemuis 4, Luning, Filip 7 dont 1/2 pen, Mickal, Przybecki 7, Vranjes 3, Schuman, Franzen 3, Bult 5. VALLADOLID: Exclusions: Muratovic (36e et 49e) Zubiria (1e-30e, 5 arrêts) et Sierra (31e-60e, 5 arrêts dont 1 pen) dans les buts; Lopez, Muratovic 13 dont 1/1 pen, Gull 6 dont 1/1 pen, Antonio 2, Velasco, Bosco 2, Silva, Garrabaya 2, Rodriguez 3, Avila, Ugalde 1, Garcia 2 En guise d’apéritif pour commencer cet EuroTournoi, déjà du lourd, du très lourd. Le 5e de Liga Asobal, Valladolid contre le 6e de la Bundesliga Nordhorn. Un match plus qu’indécis. Même si les Espagnols menaient de quatre buts à la pause, on savait que rien n’était joué. Nordhorn rentre pourtant mieux dans le match. Przybecki met les deux premiers buts (2-0, 3e’). Trois minutes, c’est le temps qu’il faut à Alen Muratovic pour s’échauffer et commencer son festival. Avec 8 buts en première période et 13 en tout, l’arrière gauche de l’équipe espagnole a frappé un grand coup et se place d’ores et déjà dans la course au titre du meilleur buteur. Profitant des loupés allemands en attaque, Arrhemius hérite ainsi de plusieurs ballons au pivot mais empiète ou bute sur Zubiria, Valladolid creuse peu à peu l’écart. Un but sur montée de balle d’Antonio donne pour la première fois 4 buts d’avance aux coéquipiers d’Eric Gull. Vranjes, très joueur, distribue les caviars mais ses coéquipiers ne parviennent pas à revenir au score. Muratovic continue sur sa lancée, et seuls Bult et Arrhemius qui a enfin trouvé le cadre marquent les buts empêchant l’écart de dépasser 4 unités. Vexés, les Allemands entament la seconde période sur un autre rythme. Leur défense est plus soudée et Garrabaya est muselé au pivot par Ursic et Arrhemius. Vranjes enchaîne les passes laser qui sont cette fois exploitées avec succès par les tireurs allemands. Filip avec deux buts consécutifs place son équipe à une unité des Ibériques (20-21, 38e’). Muratovic, toujours lui a beau en remettre une couche (21-25, 41e’) Filip et Przybecki ne lâchent rien. Avec une défense de plus en plus agressive, les Allemands contiennent les joueurs de l’entraîneur des Champions du Monde 2005 Juan Carlos Pastor. Bult égalise (29-29) à la 55e’ et une minute plus tard Filip donne même l’avantage à Nordhorn qui s’offre même un +2 par Przybecki alors qu’il ne reste que 2 minutes. Gull puis Muratovic, évidemment, rétablissent un score de parité. Dans les 30 dernières secondes, Bult pour Nordhorn et Gull pour Valladolid disposeront de la balle de match. En vain..
Eric SEYLLER

 


Vendredi 26 Aout 2005

GUMMERSBACH 37  –  ZAPOROZHYE 26

Mi-temps: 14-19. Arbitrage de MM. Bord et Buy Zaporozhye: Exclusions: Onufrienko (21e’), P. Gurkovski (39e’), Zvezdov (59e’). Budko (1e’-30e’, 6 arrêts) et Koshovy (31e’-60e’, 6 arrêts) dans les buts; Pedan 7 dont 3/3 pen, Onufrienko 9 dont 1/1 pen, Lubchenko, Krivchikov, Nat 1, Zvezdov 1, Shelmenko 2, Natalyuk, P. Gurkovski 2, E. Gurkovski 2, Kisil, Stetyura 2. Gummersbach: Exclusions: Gunnarson (8e’), Van Behren (22e’), Fog (44e’), Hegemann (48e’), Burdet (56e’); Ege (1e’-30e’, 7 arrêts) et Ramota (31e’-60e’, 9 arrêts) dans les buts; Yoon 4, Van Behren 5, Houlet 1, Bahtijarevic 1/1 pen, Narcisse 1, Mierzwa, Fog 3, Burdet 5, Gunnarsonn 2, Spatz 4, Hegemann 1, Sigurdsson 10 dont 2/2 pen.
Après leur victoire de jeudi soir face à un Chambéry diminué, les Ukrainiens de Zaporozhye pouvaient se qualifier pour la finale de cet EuroTournoi s’ils l’emportaient hier. Mais, car il y a un gros mais, Gummersbach c’est du gros calibre. Si Zaporozhye fait illusion, c’est pendant 3 minutes seulement (3-3). Le temps nécessaire à la défense allemande de se mettre en place. Shelmenko, meilleur buteur ukrainien avec 11 buts est muselé par le trio Burdet-Van Behren- Hegemann. Les montées de balle se succèdent et à ce jeu, l’écart au score monte à 6 buts (10-16, 25e’). Burdet, impeccable en défense, on l’a vu, met aussi son grain de sel à l’attaque avec 5 buts, il est lemeilleur buteur de son équipe en première période. Zaporozhye réplique par Onufrienko mais la différence est trop flagrante entre les deux équipes et Gummersbach mène 14-19 à la pause. Les dix minutes de repos ne calment pas les ardeurs de Gummersbach. Yoon et Van Behren mettent très vite les choses au clair: on ne se relâche pas. Une contreattaque conclue par Sigurdsson suite à un des neuf arrêts de Ramota fait monter l’écart à 10 buts (17-27, 42e’). Zaporozhye ne trouve plus la solution à l’attaque. Stetyura est souvent seul sur son aile droite mais ce n’est que sur un kung-fu que ses coéquipiers parviendront à le mettre en situation de marquer. Sigurdsson aligne contre-attaque sur contre-attaque pour marquer 7 de ses 10 buts en seconde période. En l’emportant de 11 buts, Gummersbach se place avec neuf orteils et demi en finale. Il faudrait que Chambéry de 12 buts pour que Houlet et ses coéquipiers n’y soient pas….
Eric SEYLLER

 

NORDHORN 26  –  MONTPELLIER 26

Mi-temps: 13-11. Arbitrage de MM. Bader et Imloul. Montpellier: Exclusions: Juricek (28e’ et 43e’). Omeyer (1ere’-57e’, 16 arrêts) et Calic (58e’-60e’) dans les buts; Krantz 1, Kabengele 1, Junillon, Anquetil 1, Dole, Golic, Guigou 1, Juricek 3, Sioud 7, Bojinovic 6 dont 0/3 pen, Hmam 6 dont 1/2 pen. Nordhorn: Exclusions: Arrhemius (15e’), Machulla (17e’), Schulmann (25e’, 48e’, 58e’), Przybecki (27e’, 38e’), Ursic (30e’). Cartons rouges: Schulmann (2×3′, 58e’), Ursic (direct, 60e’) Larsson (1ere’-43e’, 17 arrêts dont 4 pen) et gentzel (44e’-60e’, 6 arrêts) dans les buts; Verjans, Machulla 3, Franzen 1, Ursic 2, Arrhemius 2, Mickal 1, Filip 4, Lüning, Przybecki 8, Vranjes 2, Schulmann, Bult 3.
Décidement la poule 1 est la poule des matches nuls pas nuls. Vous nous suivez? Non? On vous explique: Jeudi soir: Valladolid-Nordhorn 31-31. Hier soir: Montpellier – Nordhorn 26-26. Ce soir: Montpellier-Valladolid: ?-?. C’est simple, si,si: Un vainqueur quel qu’il soit et il est en finale, le perdant est 3e. Mais en cas de match nul? Toujours simple: Un nul inférieur à 26-26 qualifie Nordhorn au nombre de buts marqués; un nul supérieur à 26-26 et c’est Valladolid qui est en finale toujours aux buts marqués. Un nul 26-26 risque d’empêcher pas mal de monde de dormir entre vendredi et samedi pusque dans cette hypothèse, Valladolid et Nordhorn sont à égalité PARFAITE… Comment les départager? Pile ou face, aux dés, au tarot, aux dominos, au bras de fer? Tout ce que l’on sait, c’est que Héraultais et Espagnols joueront la gagne et pas le nul. Montpellier aura à coeur de se reprendre après le résultat mitigé face à Nordhorn puisque les joueurs de Patrice Canayer menaient encore 24-19 à la 49e’. Le bras gauche de Sioud était passé par là. Nordhorn, emmené par un Vranjes diabolique à la mène, sauvé par une paire de gardiens impériale (Larsson, 17 arrêts dont 4 pénalties et Gentzel 6 arrêts dans le dernier quart d’heure) et porté par le bras d’un Przybecki décisif puisque auteur des 4 derniers buts allemands, revient à hauteur des Français (24-24, 56e’). Anquetil d’un but qui devrait rappeler à Peter gentzel des souvenirs de février 2001 à Bercy redonne l’avantage aux Languedociens mais cela ne suffit toujours pas. Puisque Larsson sort un penalty de Bojinovic dans la dernière minute avant que Przybecki n’inscrive le 26-26 à une poignée de secondes du terme de la rencontre… Vivement ce soir…
Eric SEYLLER

 


Samedi 27 Aout 2005

GUMMERSBACH 29  –  CHAMBERY 32

Mi-temps: 20-13. Arbitrage de MM. Mons et Weber. Chambéry: Exclusions: Roura (9e’), Moretti (15e’), Delric (45e’) Dumoulin (1ere’-30e’, 4 arrêts dont 1 pen) et Stojinovic (31e’-60e’, 7 arrêts) dans les buts; Busselier 3, Roura 6 dont 4/5 pen, Delric 4, Lambert, Clemençon 3, Gille 3, Fritsch 1, Moskalenko 1, Moretti 2, Zuniga 4, Joli 3 dont 2/3 pen, Richardson 1 Gummersbach: Exclusions: Gunnarsson (18e’), Von Behren (21e’), Hegemann (29, 36,58). Carton rouge pour 3×2’: Hegemann (58e’) Ramota (1ere’-12e’, 26e’-30e’, 1 arrêt) et Ege (13e’-25e’, 31e’-60e’, 7 arrêts dont 2 pen) dans les buts; Yoon 7 dont 6/6 pen, Von Behren, Houlet 3, Bahtijarevic, Narcisse 7, Mierzwa, Fog, Burdet 3, Gunnarsson 1, Spatz 3, Hegemann, Sigurdsson 5 dont 0/2 pen
Peu de monde voyait un Chambéry privé de sa ligne d’arrières l’emporter sur l’ogre Gummersbach. Encore moins de monde voyait Chambéry l’emporter d’au moins sept buts pour se qualifier pour la finale. Ce qui fait que beaucoup de monde n’en croyait pas ses yeux lorsque les Savoyards menaient 20-13 à la mi-temps. Delric, les penalties de Roura, les passes laser de Richardson la volonté et l’abnégation de tout le collectif ont permis aux joueurs de Philippe Gardent d’entretenir l’espoir. Malheureusement, déjà affectés par les blessures, ils eurent encore la malchance de perdre Richardson, celui-ci se blessant juste avant la pause à la cheville gauche et Busselier touché au dos. De difficile, la mission devenait impossible. Philippe Gardent envoyait alors ses Marie-Louise, Joli, Fritsch et Clemençon affronter Yoon et compagnie. Après un dernier +7 (22-15, 33e’), les Chambériens, emmenés par les grognards Roura et Moskalenko, voient Gummersbach et ses trois Français revenir. Jamais l’écart ne sera inférieur à 3 unités mais il ne sera malheureusement plus supérieur à 5 (30-25, 54e’). Les penalties de Yoon, certainement ménagé en vue de la finale de ce soir, tiennent les Allemands en position de finaliste, Chambéry tient sa victoire, insuffisante certes pour atteindre la finale, mais sacrément belle au vu des circonstances et de la malchance qui accablent Gardent et sa bande.
Eric SEYLLER

 

VALLADOLID 35  –  MONTPELLIER 28

Mi-temps: 13-14. Arbitrage de MM. Bord et Buy. Montpellier: Exclusions: Junillon (21e’), Krantz (31e’), Kabengele (44e’), Bojinovic (59e’) Omeyer (tout le match, 19 arrêts) et Calic aux buts; Krantz, Kabengele, Junillon, Anquetil, Dole 5, Golic 1, Guigou 6 dont 1/1 pen, Juricek 1, Sioud 7, Boijinovic 5 dont 1/2 pen, Hmam 3 dont 0/1 pen Valladolid: Sierra (1e’-30e’, 9 dont 2 pen) et Zubiria (31e’- 60e’, 12 arrêts) dans les buts; Hugo, Antonio, Muratovic 8, Velasco 1, Gull 7 dont 3/3 pen, Rentero 1/1 pen, Silva, Ugalde 1, Garabaya 6, Rodriguez 4, Avila 2, Garcia 5
L’objectif était simple pour Montpellier: battre Valladolid pour accéder à la finale de l’EuroTournoi. Le problème c’est que Valladolid la voulait aussi cette finale… La défense espagnole a causé mille tourments aux attaquants montpelliérains. Hmam n’arrive pas à trouver la faille dans le jeu placé et son fameux appel deux pieds est contré. Comme la veille face à Nordhorn, les échecs aux penalties coûtent cher. Sierra compte déjà 4 arrêts dont un 7 mètres alors que l’on joue seulement depuis 6 minutes. Du 1-1 de la première minute, on attend 7 minutes pour voir les Héraultais inscrire un deuxième but par Golic. Pendant ce temps, Muratovic et Garabaya battaient une défense française bien moins présente qu’à l’accoutumée. La rentrée de Sioud offre cependant des options offensives supplémentaires. Le Tunisien ne se prive pas de placer quelques “sacoches”. Avec 4 buts entre la 16e’ et la pause, il permet à son équipe de rester à portée de fusil des Espagnols à la pause (13-14). On croit même que le plus dur est fait lorsque ce même Sioud égalise d’entrée de seconde période. Hélas, Gull et Rodriguez se jouent de la défense adverse et lorsque Omeyer s’oppose à leurs tirs les Héraultais sont incapables de récupérer la balle… (15-19, 37e’). Dole et Guigou n’abdiquent pas, Montpellier revient plusieurs fois à une longueur. 21-22 à la 43e’ est le dernier “moins un” du match. Les arrêts de Zubiria sonnent le glas des derniers espoirs des champions de France. Gull, Garabaya et Muratovic laissent Montpellier et sa défense à 7 longueurs au coup de sifflet final.
Eric SEYLLER

 


Dimanche 28 Aout 2005

Finale

 

L’Euromag N° 40, du 25 Aout 2005 titrait : “Ce sera, une fois encore une pluie d’internationaux qui foulera le parquet du Rhénus cette année avec entre autres Micha GUIGOU et ses potes de Montpellier. Ces derniers tenteront de renouer avec la victoire finale à l’ET qui les fuit depuis leur premier et unique succès dans l’édition 1994.”

Eric Gull aura connu l’Eurotournoi avec trois équipes différentes : Sélestat en 2002, Moscou en 2003 et Valladolid en 2005. Aujourd’hui bien installé en Espagne, il attend un heureux événement pour le 5 septembre, déjà une belle victoire !