2010

Cette édition 2010 n’est sans doutes pas la plus relevée de l’histoire. En effet, on repasse à trois équipe françaises pour trois étrangères. Aux traditionnels Montpellier (Champion) et Chambéry (Vice-Champion) on invite l’US Dunkerque, seulement sixième de la LNH mais qui monte bien en puissance. Côté étrangers, c’est à nouveau Moscou-Chekhov qui est convié suite à sa participation au tout nouveau Final 4 de la Ligue des Champions à Cologne en Mai dernier (4ème place) après avoir sorti Montpellier en 1/4 de finales aux tirs aux buts. Les slovène de Celje font également leur retour après 1999 (2ème) et 1996 (victoire). Enfin les petits nouveaux sont les espagnols de Logrono récents 1/2 finalistes de la coupe d’Europe de l’EHF et que l’on présente à l’époque comme un futur “Grand d’Espagne”.

  • Le joueur sur l’affiche est Nikola Karabatic de Montpellier
  • Retrouvez tous les détails de cette édition sur le site de l’époque en cliquant ici

Pas de grosses surprises dans cette 17ème édition puisqu’on retrouve une finale franco française entre Montpellier et Chambéry, inédit depuis 1995 et celle entre Créteil et déjà Montpellier. C’est le champion Montpellier qui l’emporte par 35 à 30 dans une finale sans aucun suspens, remportant ainsi son deuxième titre seize ans après le premier (1994) en 12 participations.
Moscou domine Celje et emporte la 3ème place (38-36) alors que Dunkerque laisse à Logrono, finalement assez décevant, la cuillère de bois (27-22).

Classement
1) Montpellier – 2) Chambéry – 3) Moscou – 4) Celje – 5) Dunkerque – 6) Logrono

Meilleur joueur : Vid Kavticnik (Montpellier)
Meilleur Gardien : Richard Stochl (Montpellier)
Meilleur Buteur : Dragan Gajic (Celje) 26 buts

 


Les matchs en détail

Jeudi 19 Aout 2010

CELJE  41   –  DUNKERQUE  33

3000 spectateurs environ. Mi-temps: 18-16. Arbitres: MM. Bounouara et Sami. CELJE: Alilovic (15 arrêts dont 2 pen.) et Lesjak (4 arrets) au buts; Prieto 3, Vugrinec 2, Pajovic 2, Razgor 1, Toskic 7, Poklar 2, Rnic 4, Kokcharov 1, Zorman 4, Gajic 9 dont 1 pen, Zvizej 6. DUNKERQUE: Siffert (2 arrêts) et Gérard (7 arrêts) au but; Lamon 4, Touati 8, Bosquet 5 dont 3 pen., Darsoulant 2, Oskarsson 2, Grocaut 1, Nilsson 4 , Drange 2Butto 5.
Celje est un grand d’Europe, vainqueur de la Ligue des Champions en 2004, le club slovène est ambitieux et son recrutement le prouve. Même sans sa dernière recrue, le Croate Petar Metlicic n’arrivant qu’aujourd’hui, les joueurs de Noka Serdasuric, l’ancien mentor de Nikola Karabatic à Kiel, ont battu somme toute facilement les Français de Dunkerque. Il est vrai que les deux équipes n’en sont pas au même stade dans leur préparation. Cela s’est plus particulièrement vu dans le travail défensif où les attaquants de Celje, les pivots notamment, ont profité de véritables boulevards. Celje prend d’entrée les devants (2-0 puis 3-1), mais Lamon, un des meilleurs Dunkerquois puis Nilsson remettent les choses à plat. Les deux équipes seront une dernière fois à égalité à la 27e’ (16-16) avant que Celje ne prenne deux buts d’avance à la mi-temps par Toskic et Zorman. Dans les buts, Alilovic en était quant à lui à 11 arrêts dont 2 penalties. Le break est définitif. Dès la reprise, les Slovènes enchaînent. Ils profitent des largesses de la défense dunkerquoise avec Zorman comme maître à jouer. Touati et le “régional de l’étape” Baptiste Butto permettent aux Français de ne pas sombrer et marquent même quelques jolis buts à l’image de Touati sur une passe acrobatique de Lamon ou de ce kung-fu du même Touati. Le Tunisien finira meilleur buteur de son équipe avec 8 buts. L’effectif dunkerquois tourne, on fait entrer les jeunes pour tenter de renverser la tendance, rien n’y fait. L’écart monte à 9 buts (31-22, 46e’). Celje se contente alors de gérer, Toskic ou Rnic répondant à Bosquet et Butto. Malgré l’ampleur du score final Yérime Sylla, le coachde l’USDK n’est pas trop inquiet. “Le gros chantier c’est la défense. On n’arrive pas à trouver les bons réglages. Mais le groupe devrait surmonter tout cela.” Les coéquipiers de Sébastien Bosquet vont avoir l’occasion de se reprendre ce soir face à un autre très, très gros morceau: Montpellier.
Eric SEYLLER

 

CHAMBERY 31   –  LOGRONO 25

3000 spectateurs environ. Mi-temps: 15-12. Arbitrage de MM. Dentz et Reibel. CHAMBERY: Dumoulin (3 arrêts) et Grahovac (10 arrêts dont 2 pen.) au but; Busselier 1, Barachet 1, Nocar 4, Roiné 5, Gille 1, Saurina 8 dont 1 pen., Basic 1, Paty 2, Massot-Pellet 4, Detrez 4. LOGRONO: Aguinagalde (3 arrêts) et Lorge (9 arrêts dont 1 pen.) au but; Parra 2, Juarez 1, Arrieta 4 dont 1 pen., Velasco 1, Tioumentsev 5, Sorrentino 1, Praznik 3, Kojic 3 pen., Silva5.
Après Dunkerque c’est à Chambéry de faire son entrée dans l’ET 2010. Adversaire du jour, Logrono, l’attraction du tournoi. Le club espagnol n’a pas la renommée de Barcelone ou de Ciudad Real, mais demi-finaliste de la coupe EHF cette année, il était attendu au tournant. L’entame est crispée et peu de but sont marqués. 3-3 à la 14e’ (lors du match précédent on en était à 9-7 au même moment de la partie). Roiné fait admirer sa puissance, mais Tioumentsev et Praznik répliquent. Logrono prend les devants (5-7 puis 7-9, 20e’). La défense de Chambéry se met alors définitivement en place, Logrono se retrouve très souvent à la limite du refus de jeu et les Savoyards grappillent. Les Benjamin de l’équipe Massot-Pellet sur montées de balle et Gille sur interception placent leur équipe en tête au tableau d’affichage. Ils infligent un 6-0 aux Espagnols (13-9, 25e’). Comme les petits nouveaux comme Grahovac dans les buts ou Saurina (8 buts en tout) se mettent au diapason, Chambéry prend le dessus. De trois buts à la pause (15-12), l’écart monte à 5 buts à la 34e’ grâce à Basic. Logrono ne lâche pourtant pas le morceau. Tioumentsev puis Arrieta rapprochent Logrono (19-17, 40e’). Mais Chambé gère. Nocar et Detrez profitent des caviars de Basic ou Roiné et Grahovac sort deux penalties. L’écart aurait encore pu s’alourdir si Lorge n’avait pas sorti quelques belles parades face à Paty ou Busselier. 31-25 au final. Un bon résultat pour les joueurs de Philippe Gardent. Un pas vers la finale. Mais demain face à Moscou, il faudra être plus performant pour confirmer et l’atteindre cette finale. Chambéry qui détient le record de victoires à l’EuroTournoi (1999, 2001 et 2003) aimerait bien remettre le couvert 7 ans après la dernière d’entre elles.
Eric SEYLLER

 


Vendredi 20 Aout 2010

LOGRONO  28   –  MOSCOU  34

Rhenus Sport. 3000 spectateurs. Mi-temps: 13-13. Arbitres: MM. Bounouara et Sami. LOGRONO: Aguinagalde (1 arrêt) et Lorger (4 arrêts) au but. Parra 4, Juarez 3 pen., Arrieta 2, Velasco 6, Tioumentsev 7, Sorrentino 3, Praznik, Garabaya, Martinez, Kojic 1, Silva 2. Entraîneur: Jesus Javier Gonzalez. MOSCOU: Grams (10 arrêts dont 1 pen.) et Budko (9 arrêts dont 1 pen.) au but. Filippov 3, Aslanyan 4 dont 1 pen., Kovalev, Zhitnikov, Skopintsev 1, Chernoivanov 2, Shel’menko 5, Harbok 4, Rastvortsev, Zotov, Kamanin 1, Shishkarev 1, Chipurin 4, Dibirov 6 dont 2 pen., Starykh, Ivanov 3. Entraîneur: Vladimir Maksimov.
Moscou a fait hier soir son entrée dans ce 17e EuroTournoi. Pour son adversaire, Logroño, battu la veille par Chambéry, pas d’autre choix que de gagner et conserver une infime chance de disputer la finale. Une défaite des Espagnols les condamnait à la finale 5e-6e places demain à 13h. Les Ibériques entament la rencontre pied au plancher. Malgré Grams dans les buts russes, Tioumentsev et Sorrentino donnaient 4 buts d’avance à Logroño (7-3, 14e’). Mais les joueurs de l’Est ne se laissent pas abattre. Dibirov après avoir échoué par deux fois face à Lorger trouve enfin la mire et les Moscovites grappillent. Tioumentsev (7 buts, tous en première période) garde Logroño en tête au tableau d’affichage. La troupe de Maksimov opère néanmoins la jonction par Aslanyan (12-12, 29e’) sur une interception. Le jeu est plus haché et les approximations nombreuses de part et d’autre. La pause survient sur un score de parité, 13- 13. Les Espagnols ont semble-t-il laissé pas mal de forces dans cette première mi-temps. la puissance physique des Russes prend très vite le dessus. Et comme Budko imite Grams dans les buts l’écart atteint très vite les 6 buts (14-20, 39e’) grâce à Harbok ou Ivanov. A la décharge des joueurs de Gonzalez, la sortie de leur meilleur buteur Tioumentsev n’arrange pas du tout leurs affaires. A partir de là, les Ours de Chekhov se contenteront de gérer. Les Ibériques reviennent bien à -2 (23-25, 51e’) par Velasco notamment, Moscou tient sa victoire. Le match de ce soir (18h) face à Chambéry sera donc une demi-finale. Un match très ouvert en tous cas.
Eric SEYLLER

 

MONTPELLIER  29   –  DUNKERQUE  25

Mi-temps: 14-12. Arbitres: MM. Dentz et Reibel. MONTPELLIER: Stochl (8 arrêts dont 1 pen.), Robin (8 arrêts dont 1 pen.) et Andry au but. Arvin-Bérod, Tej 2, Accambray 4, Honrubia 3, Juricek 2, Di Panda, N. Karabatic 4, Kavticnik 5 dont 1 pen., Obradovic 2, L. Karabatic 2, Zens, Bojinovic 5 dont 3 pen. Entraîneur: Patrice Canayer. DUNKERQUE: Gérard (13 arrêts dont 2 pen.) et Siffert au but. Afgour, Lamon 2, Touati 1, Darsoulant 3, Oskarsson 2 dont 1 pen., Darras 1, Grocaut 1, Nilsson 3, Mathijs 2, Drange 4, Mokrani 3, Butto 3. Entraîneur: Yérime Sylla. Pour Dunkerque, battu la veille de 8 buts par Celje, l’objectif de ce deuxième match était surtout de se rassurer et de montrer que les failles défensives de jeudi soir étaient plus accidentelles qu’autre chose. Et quel meilleur adversaire que Montpellier pour s’étalonner? Les hommes de Patrice Canayer étaient attendus avec impatience puisqu’ils effectuaient leurs débuts dans le tournoi et surtout parce que, quand on s’appelle Montpellier et qu’on compte dans ses rangs des Bojinovic, Juricek, Kavticnik et bien sûr Nikola Karabatic, ben, on est attendu. Les nouveaux coéquipiers de Mickaël Robin n’ont pas failli mais ils ont dû s’employer face à des Dunkerquois privés de Sébastien Bosquet, mais bien plus en jambes que la veille, notamment en défense. Si Accambray et Kavticnik donnent deux unités d’avance (6-4, 8e’) au MAHB, Drange leur répond (6-6, 13e’). Nilsson place même Dunkerque en tête et la deuxième exclusion de Nikola Karabatic oblige Patrice Canayer à se passer de lui en défense. Bojinovic, fidèle à lui même, ne lâche rien. Deux buts, une passe décisive pour Karabatic, Luka cette fois-ci, et les Héraultais regagnent les vestiaires avec deux unités de plus au compteur. (14-12). A la reprise, l’effectif montpelliérain fait la différence. En l’absence de Guigou, Honrubia et Juricek se partagent l’aile gauche. L’écart monte à 5 buts (25-20, 50e’) puis 7 (27-20, 55e’) Bojinovic et Robin, le Strasbourgeois de Montpellier, sont passés par là. Ce dernier, entré à la place de Stochl dans les buts, réalise un grand 5 arrêts sur 5 tirs (dont un penalty) dès son entrée en jeu. Oskarsson et Butto réduisent quand même l’écart en fin de match, mais le sort du match était scellé depuis longtemps. Montpellier-Celje ce soir (20h) constituera une sacrée demi-finale. Le champion d’Europe 2003 contre celui de 2004. On en salive déjà…
Eric SEYLLER

 


Samedi 21 Aout 2010

CHAMBERY  29   –  MOSCOU  27

Chambéry en finale…
Rhenus Sport. 4000 spectateurs. Mi-temps: 13-11. Arbitres: MM. Buy et Pichon. CHAMBÉRY: Grahovac (12 arrêts dont 1 pen.) et Dumoulin au but. Botti, Barachet 2, Nocar 2 dont 1 pen., Roiné, Paturel, B. Gille 3, Saurina 6, Basic 5, Paty 3, G. Marroux, Massot-Pellet 3, Detrez 3, Bicanic 2. Entraîneur: Philippe Gardent. MOSCOU: Grams (5 arrêts) et Budko (4 arrêts) au but. Filippov, Aslanyan, Kovalev 4, Zhitnikov, Skopintsev 3 pen., Chernoivanov, Shel’menko 7, Harbok 4, Rastvortsev 2, Zotov 1, Shishkarev 2, Chipurin 3, Dibirov, Starykh, Ivanov 1. Entraîneur: Vladimir Maksimov.
Premiers demi-finalistes français à entrer en lice ce samedi soir dans un Rhénus très bien garni, les Chambériens devaient gagner contre Moscou pour disputer leur 4e finale de l’EuroTournoi, un match nul qualifiant les Russes. Barachet et ses coéquipiers entrent vite et bien dans le match. Grahovac fait le boulot dans les buts derrière une défense bien en place, Gille et Basic terminent les montées de balles. 6-2 après 10′, c’est bien engagé. Massot-Pellet et Saurina répondent à Shel’menko et Chipurin. Les Savoyards ne peuvent cependant pas accroitre leur avance au score. Les Moscovites grappillent et reviennent à -1 (10-9, 24e’) pour terminer à deux unités de Chambéry à la pause (13-11). Les hommes de Philippe Gardent restent dans le rythme à la reprise et se montrent séduisants. L’écart remonte à trois unités (16-13, 36e’; 19-16, 43e’). Grahovac est toujours efficace dans son but. L’équipe de Russie, pardon, de Moscou, ne s’avoue toutefois pas vaincue. Kovalev et les penalties de Skopintsev leur permettent de faire la jonction (21-21, 50e’) et même de prendre l’avantage par Shel’menko (22-23, 52e’). La fin du match est palpitante. Habrok donne deux longueurs d’avance à Moscou (23-25, 54e’). Basic, excellent tout le match, égalise à 25-25 avant que Saurina et Paty ne scellent le sort de la rencontre. Les Chambériens tiennent leur 4e finale (ils ont gagné les 3 premières…)
Eric SEYLLER

 

MONTPELLIER  38   –  CELJE  36

… Montpellier aussi
Mi-temps: 21-17. Arbitres: MM. Lazaar et Reveret. MONTPELLIER: Stochl (7 arrêts), Robin (1 arrêt) et Andry au but. Arvin-Bérod, Tej 9, Accambray 6, Honrubia 4 dont 3 pen., Juricek, Di Panda 3, N. Karabatic 4, Kavticnik 7, Obradovic, L. Karabatic 1, Zens, Bojinovic 4. Entraîneur: Patrice Canayer. CELJE: Alilovic (6 arrêts dont 1 pen.) et Lesjak (10 arrêts) au but. Prieto, Mlakar, Marguc 6, Vugrinec, Pajovic 4, Razgor 1, Toskic 5, Poklar 1, Kozlina 1, Rnic 1, Koksarov 6 dont 4 pen., Zorman 2, Gajic 5, Zvizej 4. Entraîneur: Noka Serdarusic.
Montpellier était hier soir dans la même position que Chambéry: victoire impérative, le match nul qualifiant Celje. Les hommes de Patrice Canayer savaient donc ce qu’il leur restait à faire pour pouvoir la première finale franco-française depuis le Créteil – Montpellier de… 1995! Ca ne nous rajeunit pas! L’entame des Montpelliérains est plus délicate que celle des Chambériens un match plus tôt. La faute à Kokcharov, au gardien croate de Celje, Alilovic, la faute aussi à deux penalties ratés dans les 4 premières minutes. Les Slovènes prennent 3 longueurs d’avance (2-5, 7e’; 4-7, 10e’ et 8-11, 16e’). La tactique utilisée parfois par Montpellier de sortir parfois le gardien pour avoir un joueur de champ supplémentaire portait aussi ses fruits… en faveur de Celje puisque par deux fois les Slovènes marquaient dans le but vide! Heureusement la défense était bien place et après trois contreattaques consécutives, le MAHB égalisait par Accambray (11-11, 18e’). Tej et Kavticnic (10 buts à eux deux en première période) profitaient des caviars de Bojinovic: 21-17 à la mi-temps. Montpellier avait fait le plus dur. Oui, le plus dur était fait. Celje ne parviendra plus à refaire son retard malgré quelques beaux arrêtes de Lesjak. Les Héraultais gardaient leurs distances et maintenaient leurs adversaires à deux buts au minimum. L’EuroTournoi 2010 tient sa finale 100% française, le champion de France 2010 Montpellier (1 victoire à l’ET en… 1994) et Chambéry le vice-champion (3 victoires : 1999, 2001, 2003). Vivement 17 heures!
Eric SEYLLER

 


Dimanche 22 Aout 2010

Finale

MONTPELLIER 35   –  CHAMBÉRY 30

Rhenus Sport. 5 000 spectateurs. Mitemps : 18-11. Arbitres : MM. Dentz et Reibel. MONTPELLIER : Stochl (14 arrêts dont 1 pen.), Robin (1 arrêt) et Andry au but. Arvin-Bérod 1, Tej 2, Accambray 4, Di Panda 1, Honrubia 3 dont 1 pen., Juricek, Obradovic 2, N. Karabatic 4, Kavticnik 8 dont 1 pen., L. Karabatic 3, Zens 1, Bojinovic 6 dont 1 pen. Entraîneur : Patrice Canayer. CHAMBÉRY : Dumoulin (6 arrêts) et Grahovac (4 arrêts) au but. Botti 1, Barachet 1, Nocar, Roiné 2, Paturel 1, B. Gille, Saurina 1, Basic 5, Paty 10 dont 2 pen., G. Marroux 2, Massot-Pellet 1, Detrez 3, Bicanic 3. Entraîneur : Philippe Gardent. Montpellier seize ans après Montpellier – Chambery, premiere ! Avant les sommets prevus cette saison entre les deux meilleures equipes francaises du moment, Heraultais et Savoyards se sont affrontes, hier, en finale du 17e EuroTournoi dans un Rhenus Sport copieusement garni. Premiere levee pour les champions de France. Tout ca peut paraitre etonnant, mais il aura fallu attendre 16 ans pour que Montpellier, pourtant un fidele de l’EuroTournoi (12 participations), signe un deuxieme succes a Strasbourg. Vainqueur en 1994 a l’occasion d’un premier ET qui allait en annoncer de si beaux autres, la formation douze fois championne de France a pourtant dispute six autres finales depuis, la derniere il y a tout juste un an face au Hambourg des frangins Gille (30-26). Karabatic et Kavticnik régalent, Stochl baisse le rideau Pas sur que Patrice Canayer et Philippe Gardent desiraient vraiment ce match, l’entraineur chamberien avouant ≪ preferer jouer des equipes etrangeres que de prochains adversaires en championnat en periode de preparation. ≫ Pas sur, mais ce n’est pas pour autant que les deux finalistes (premiere francofrancaise depuis 1995, troisieme de l’histoire du tournoi) attaquerent ce match les deux pieds sur le frein. Au contraire… Montpellier mit ainsi d’entree de jeu la pression sur une equipe chamberienne au sein de laquelle seul le talentueux Basic (deux buts, un penalty provoque et une passe decisive pour commencer) parvenait a rivaliser. Robin et Zens devant leur public Chambery refit bien surface en fin de mi-temps (16-7 a 16-10 grace a un Paty epatant hier), mais le mal etait fait : 18-11 a la pause. Et la physionomie de cette finale ne changea pas en seconde periode. Emmene par un Mladen Bojinovic de feu (6/7 durant les 30 dernieres minutes), Montpellier, qui lanca ses deux Alsaciens, Mickael Robin et Nicolas Zens, continua a maitriser la situation. Malgre Paty, on l’a dit (10 buts en 33 minutes), malgre un ultime sursaut en toute fin de match de Chambery, initie par Basic. ≪ On avait joue beaucoup de finales a Strasbourg en faisant de bons matches, mais sans les gagner, confiait apres coup Patrice Canayer, l’entraineur heraultais. La victoire est finalement anecdotique, je retiens surtout notre maitrise et une prestation plus coherente et plus complete que lors des deux premiers matches. Dans les moments importants, l’equipe est presente et c’est positif. ≫ De son cote, Philippe Gardent, le coach savoyard, regrettait la prestation de ses joueurs. ≪ Quand on joue une finale, c’est toujours pour la gagner. On est forcement un peu decu, mais c’est pratiquement un non-match que ma formation a propose. Le probleme est que cela arrive face a Montpellier, ce qui m’interroge : mes joueurs font-ils un complexe ? C’est notre deuxieme defaite en ce debut de saison, mais, dans l’ensemble, je suis plutot satisfait de notre preparation. ≫
AV

 

Finale 3-4

Moscou – Celje

 

Finale 5-6

Dunkerque – Logrono

 

 

UN BON MILLÉSIME !
La version 2010 de l’EuroTournoi renoue avec la tradition de “decouvreur de talents” que l’ET s’est forge au fil des ans en proposant des equipes inconnues du public alsacien mais qui sont en devenir sur la scene internationale. Outre les valeurs sures que sont Montpellier, Chambery et Moscou, vous decouvrirez les francais de Dunkerque qui flirtent avec le haut de tableau de la D1 depuis des annees ainsi que les espagnols de Logrono, surprenants demifinalistes de la coupe de l’EHF 2010. Enfin vous redecouvrirez les slovenes de Celje vainqueurs de l’ET96 et surtout de la ligue des champions 2004. Du lourd !
C.C

(Edito de l’EuroMag N°60 du jeudi 19 Aout 2010 par Christian Carl)