2009

Plateau de très haut niveau pour ce retour à l’édition “clubs”. Il fallait bien cela pour ne pas paraitre fade après avoir proposé en 2008 rien moins que les trois premiers des JO de Pékin (mais un mois avant…). Côté français on a toujours les deux fidèles abonnés que sont le champion de France, Montpellier (avec le retour de Nikola Karabatic après 4 ans à Kiel) et Chambéry. Côté étrangers les allemands de Hambourg avec les frères Gille et quelques pointures mondiales (Bitter, Lindberg, Vori) sont présents pour la première fois tout comme les Rhein Neckar Loëwen avec sa brochette de stars (Fritz, Szmal, Gensheimer, Bielecki, Sigurdsson, Stefansson, Roggish). Les danois de Silkeborg et les russes de Moscou Chekhov (avec quasiment l’équipe nationale) complètent le tableau.
Cette présence allemande dope les ventes de billets auprès des supporters d’outre Rhin; Une bonne nouvelle pour les organisateurs.

  • Le joueur sur l’affiche est Bertrand Gille de Hambourg
  • Retrouvez tous les détails de cette édition sur le site de l’époque en cliquant ici

Alors que tout le monde entrevoyait une finale germano germanique entre Hambourg et les Rhein Neckar Löwen, ces derniers sont totalement à côté de leur sujet. C’est donc Montpellier qui donne la réplique en finale à Hambourg mais ces derniers sont trop puissants et l’emportent 30 à 26 dans les dernières minutes (26-26 à la 56e).
Moscou-Chekhov prend la 3ème place en battant de justesse les danois de Silkeborg (30 à 28) alors que les Löwen se rachètent un petit peu en écrasant Chambéry 35 à 26, évitant ainsi une humiliante dernière place.

Classement
1) Hambourg – 2) Montpellier – 3) Moscou – 4) Silkeborg – 5) RN Löwen – 6) Chambéry

Meilleur joueur : Michael Guigou (Montpellier)
Meilleur gardien : Johannes Bitter (Hambourg)
Meilleur buteur : Uwe Gensheimer (RN Löwen) 26 buts

 


Les matchs en détail

Jeudi 20 Aout 2009

R-N LÖWEN 29   –  MOSCOU 32

Arbitres : MM. Bounouara et Sami. Mi-temps : 15-17. 2 500 spectateurs. RHEIN-NECKAR LOWEN : Fritz (1re-30e, 4 arrets) et Szmal (30e- 60e, 10 arrets) au but. Gensheimer 9 (dont 4 pen.), Bielecki 6, Klimovets 4, Muller 3, Sigurdsson 2, Stefansson 2, Alvanos 1, Roggisch 1, Tkaczyk 1, Prieto, Harbok, Myrhol. Entraineur : Ola Lindgren. Exclusions pour 2 minutes : Roggisch (1, puis carton rouge 60e’), Bielecki (2x), Myhrol. MOSCOU : Grams (1re-30e, 6 arrets) et Budko (30e-60e, 6 arrets) au but. Dibirov 5, Starykh 5, Kovalev 5, V. Ivanov 4 (dont 2 pen.), Chipurin 4, Shel’menko 3, Chernoivanov 3, Filipov 2, Shishkarev 1, Aslanyan, Yatsukov, Skopintev, Rastvortsev, Zotov, Kamanin, Kashrin. Entraineur : Vladimir Maksimov. Exclusions pour 2 minutes : Filipov, Rastvortsev.
Affronter Hambourg s’averait difficile pour Chambery, le faire sans Daniel Narcisse relevait de la mission impossible. C’est desormais officiel, le Reunionnais va quitter la Savoie pour rejoindre la Bundesliga, et Kiel plus precisement. Comme Philippe Gardent devait aussi faire sans ses internationaux juniors pas encore rentres du Mondial egyptien, le manque de rotation et de profondeur de banc de touche allait s’averer redhibitoire en fin de match alors que tout etait encore possible. Oui, tout etait encore possible. Chambery avait pris le meilleur depart avec un 4-0 en quatre minutes. C’etait necessaire parce que les Allemands revenaient vite. Lindberg egalisait a la 11e’ (6-6) et malgre beaucoup de dechet, les Savoyards faisaient plus que jeu egal et reprenaient meme 3 buts d’avance sur un missile de Roine (14-11, 24e’). Lackovic, un but et une passe decisive dans les instants qui suivirent, entretenait le suspense puisque Martin Lijewski egalisait dans les dernieres secondes (16-16). Jouant au maximum l’engagement rapide, les Hambourgeois prirent momentanement les commandes, 16-17 puis 17-18 par Schroder. Mais emmenes par un Joli des grands soirs, 13 buts en tout pour l’ailier droit, les joueurs de Philippe Gardent reprenaient jusqu’a deux buts d’avance: 22-20, 42e’ et finalement 25-23, 48e’. C’est alors qu’intervint la baisse de regime redoutee cote savoyard. Lindberg egalisait a la 50e’ puis prenait les devants au score une minute apres (25-26). Chambery avait beau resister, Dumoulin faire quelques arrets, les freres Lijewski sonnaient le glas des espoirs savoyards…
Eric SEYLLER

 

CHAMBERY 29   –  HAMBOURG 31

Arbitres : MM. Dentz et Reibel. Mi-temps : 16-16. 3 000 spectateurs. CHAMBERY : Robin (1re-22e, 1 arret) et Dumoulin (22e-60e, 10 arrets) au but. Joli 13 (dont 5 pen.), Roine 5, Detrez 4, N’Diaye 2, Nocar 1, Busselier 1, Botti 1, Calandre 1, Palma 1, B. Gille, Marroux. Entraineur : Philippe Gardent. Exclusions pour 2 minutes : Calandre (2x), N’Diaye, Roine. HAMBOURG : Bitter (1re-30e, 9 arrets, 1 but) et Sandstrom (30e- 60e, 8 arrets) au but. Lindberg 5, M. Lijewski 4, Lackovic 4, K. Lijewski 3, Schroder 3, Grundsten 3, G. Gille 2, Jansen 2, Flohr 2, Vori 2, Ginders, Schliedermann. Entraineur : Martin Schwalb. Exclusions pour 2 minutes : Jansen (2x), Vori.
Premiere sensation hier soir au Rhenus. En effet, les Rhein-Neckar Lowen, parmi les favoris du tournoi, ont subi la loi de l’outsider moscovite. Disputee dans une moiteur de foret tropicale, la rencontre a vu les Russes prendre les devants d’entree. Deux pertes de balle allemandes et ce sont autant de buts dans l’escarcelle adverse, Ivanov trouvant ses pivots dans une defense allemande un peu amorphe (2-6, 8e’). Les Russes ne sont pas reputes pour leur jeu spectaculaire, le kung fu conclu par Kovalev prouve le contraire (5-8, 12e’). Mais Rhein-Neckar par Bielecki et Klimovets revient dans le jeu. Sa defense est enfin en place et la jonction s’opere a 11-11 (Tkaczyk 20e’). Dans la foulee Klimovets donne meme l’avantage a son equipe. Ce sera la seule fois du match ou Moscou sera derriere. Une derniere egalite a 14 et c’est fini pour Rhein-Neckar. Les Russes atteignent la mi-temps avec deux buts d’avance (15-17). La seconde periode commence comme se terminait la premiere. Kovalev et Filippov marquent et Moscou prend le large face a des Allemands jouant a 4 contre 6: 16-21 (35e’). Les joueurs de Maximov gerent leur avance (19-24, 39e’ puis 22-27, 48e’). Les societaires de la Bundesliga grappillent cependant, grace aux montees de balle et aux penalties de Gensheimer. C’est ce dernier qui, aide par Bielecki et Muller notamment, signe le -1 (28-29, 56e’). Mais comme en premiere periode, les Allemands n’arrivent pas a prendre les devants. Le carton rouge dont ecope le rugueux Roggisch a la derniere minute pour une jolie cravate sur un adversaire symbolise l’impuissance de son equipe a se defaire des Moscovites dont Montpellier devra sacrement se mefier ce soir…
Eric SEYLLER

 


Vendredi 21 Aout 2009

HAMBOURG 35   –  SILKEBORG 30

Mi-temps 18-15. 3 000 spectateurs environ. Arbitres : MM. Bounouara et Sami. Sortis pour 2′ : Lackovic et M. Lijewski (2x) a Hambourg ; Dragicevic, M. Nielsen, Hirkegaard, Madsen et Jeppesen (2x) a Silkeborg. HAMBOURG : Sandstrom (1ere-24e et 31e-45e, 1 arret) et Bitter (25e-30e et 46e-60e, 10 arrets) au but. Jansen 2, Schroeder 2, Lackovic 3, Flohr, Vori 9, Ginders, G. Gille 5, Grundsten 1, Lindberg 3 (1 pen), K. Lijewski 5, M. Lijewski 5, Schlidermann. SILKEBORG : Prost (1ere-30e, 5 arrets) et Persson (31e-60e, 4 arrets) au but. Dragicevic 8, N. Nielsen 2, M. Nielsen 4, Olsen 3, Schmid 1, Kreutzman, Toudhal 1, Madsen 1, Back 3, Jeppesen 2, Kristiansen 5.
Hambourg en finale.
En s’imposant face aux Danois de Silkeborg, le Hamburger SV a obtenu sa deuxieme victoire et donc sa place en finale de ce 16e EuroTournoi. Un match maitrise de bout en bout pour les coequipiers de Guillaume Gille parmi lesquels Igor Vori (9 buts a 9/9) s’est particulierement distingue. Ce sont pourtant les Danois qui prennent le meilleur depart, Mads Nielsen fait parler son bras (1-4, 5e’). Les deux equipes jouent a fond les montees de balle mais les replis defensifs suivent et le jeu se stabilise. Lindberg inscrit deux buts consecutifs et c’est Vori qui donne un premier avantage au HSV (10e’, 5-4). Le match est serre et si Hambourg prend un but d’avance, Silkeborg egalise dans la foulee et ce, jusqu’a 13-13 (24e’). Mais la rentree de Bitter dans les buts allemands change quelque peu la donne. Sans faire beaucoup d’arrets, il les effectue aux moments strategiques. Les freres Lijewski (5 buts chacun) en profitent et Hambourg de mener de 3 buts a la pause (18-15). Les Danois entament la seconde periode tambour battant pour revenir immediatement au score. Dragicevic bien servi par Schmid marque deux fois au pivot (19- 18, 35e’). L’engagement rapide pratique par les deux equipes donne beaucoup de rythme au jeu. 4 buts sont ainsi marques dans la seule 38e minute (de 21-19 a 23-21). Silkeborg revient plusieurs fois a une longueur des Hambourgeois (23-22, 39e’). Mais Bitter qui stoppe deux penalties, Guillaume Gille et bien sur Vori ne l’entendent pas de cette oreille. Hambourg prend inexorablement le large et inscrit plusieurs buts sur contreattaque. 35-30, Hambourg jouera la finale dimanche a 17h.
Eric SEYLLER

 

MONTPELLIER 35   –  MOSCOU 34

Mi-temps 20-14. 4 000 spectateurs environ. Arbitres : MM. Buy et Pichon. Sortis pour 2′ : Sobol, N. Karabatic, L. Karabatic et Hmam a Montpellier ; Chernoivanov (2x), Shel’menko (2x), Chipurin (2x) et Dibirov a Moscou MONTPELLIER : Stojinovic (1ere-15e, 2 arrets) et Karaboue (16e-60e, 12 arrets) au but. Tej 1, Joli, Di Panda, Guigou 6 (2 pen), Honrubia, Juricek 2, Sobol 8, N. Karabatic 7, Kavticnik 6 (3 pen), L. Karabatic, Bojinovic, Hmam 5. MOSCOU : Grams (1ere-30e et 49e-60e, 7 arrets) et Budko (31e-48e, 2 arrets) au but. Filipov, Yatsukov, Aslanyan, Kovalev 4, Skopintev, Chernoivanov 1, Shel’menko 7 (1 pen), Rastvortsev 6, Zotov, Kamanin 1, Shishkarev, Kashrin, Chipurin 6, Dibirov 4, Starykh 2, Ivanov 3 (2 pen).
Au bout du suspense…
Match de tres haut niveau hier entre Moscou qui en cas de victoire validait son ticket pour la finale et Montpellier qui entrait dans la competition. C’est seulement dans les dernieres secondes du match que les Heraultais sont venus a bout de Moscovites qui n’ont jamais rien lache. Le match commence de la pire des manieres pour les coequipiers des freres Karabatic. Moscou, par Kovalev au tir et Grams dans les buts prend tres vite les devants. (1-5, 6e’). Les Francais subissent tant en defense qu’en attaque. Nikola Karabatic et Michael Guigou sont les seuls a tirer leur epingle du jeu en attaque. En face, Rastvortsev et Chipurin s’en donnent a coeur joie. L’ecart augmente encore et culmine a 8 buts (7-15, 21e’). Heureusement, Sobol (9/9 a la fin du match) et Kavticnik ramenent le MAHB a 6 longueurs a la mi-temps (14-20). Sermonnes par Patrice Canayer a la pause, les Montpellierains entament la deuxieme mi-temps beaucoup mieux que la premiere. La defense est bien en place et Daouda Karaboue effectue quelques arrets importants. Sobol herite des caviars de Guigou et aligne 3 buts: 19-24 (36′) a 22-24 (39e’). Le MAHB aligne les contre-attaques. Sur l’une d’elles, Juricek egalise enfin (25-25, 43e’) et sur la suivante c’est Guigou lance par Hmam qui donne pour la premiere fois l’avantage a son equipe (44e’). Le match devient haletant. Aucune equipe ne parvient a faire le break. Montpellier pense l’avoir fait a la 49′ lorsque Guigou inscrit le 31-28, Moscou revient dans la foulee par Kovalev (32-32, 56e’) et reprend meme les devants. Sobol egalise a 80 secondes du terme (34-34). Il reste 35 secondes a peine lorsque Karaboue arrete un tir russe, sur l’attaque suivante Sobol, toujours lui, marque son 9e but, celui de la victoire, meme si un boulet de Rastvortsev des 13 (15?) metres est detourne sur le poteau par Karaboue a la derniere seconde. 35-34. Ouf! Le match de ce soir entre Montpellier et Rhein-Neckar est donc la finale de cette poule 1: Montpellier gagne ou fait match nul, il est en finale. Rhein-Neckar gagne de moins de 5 buts, Moscou est en finale grace a son goal average superieur sur Rhein-Neckar. Rhein-Neckar gagne de 5 buts, les deux sont a egalite au goal average, Moscou passe au benefice la confrontation directe contre Rhein-Neckar (32-29). Rhein-Neckar gagne de 6 buts ou plus, et la finale sera Hambourg – Rhein-Neckar. Les Montpellierains savent ce qu’il leur reste a faire…
Eric SEYLLER

 


Samedi 22 Aout 2009

CHAMBERY 27   –  SILKEBORG 30

Mi-temps 13-16. 3 500 spectateurs environ. Arbitres : MM. Buy et Pichon. Sortis pour deux minutes : Nocar, Roiné (2x) et N’Diaye, carton rouge pour Detrez à Chambéry ; Schmid et Madsen à Silkeborg. CHAMBÉRY : Dumoulin (tout le match, 20 arrêts) et Robin au but. Busselier 3, Botti 1, Barachet 1, Nocar, Roiné 4, Marroux, B. Gille 3, Calandre 1, N’Diaye 1, Massot-Pellet 6 (1 pen), Palma, Detrez 3, Joli 4 (3 pen). SILKEBORG : Persson (1ere-39e) et Prost (40e-60e) au but. Dragicevic 2, N. Nielsen 2, M. Nielsen 2, Olsen 1, Schmid 10 (6 pen), Kirkegaard 5, Kreutzman, Madsen, Back 4 (2 pen), Jeppesen 3, Kristiansen 1.
CHAMBÉRY DOIT ESPÉRER
Chambéry n’a pas réussi à accrocher les Danois de Silkeborg et ainsi arriver à disputer la petite finale face à Moscou. Pourtant malgré la défaite, il y a de l’espoir dans les prestations des jeunes pousses savoyardes entourées par les cadres de la maison. Nul doute que lorsque le départ de Daniel Narcisse pour Kiel aura été digéré, le groupe de Philippe Gardent sera de nouveau un gros morceau. Car, pour que Silkeborg décroche sa première victoire de l’EuroTournoi, il aura fallu que la formation danoise fasse feu de tous bois. Que son pivot serbe Milutin Dragicevic déploie une énergie débordante pour obtenir une kyrielle de jets de 7 mètres que le suisse Any Schmidt va convertir avec une précision horlogère, que la paire Nielsen – Jeppesen soit plus que percutante sur la base arrière et qu’Andreas Persson soit énorme dans les buts dès l’entame du match. Et dans le début de match, la bataille de gardien va faire rage. Si le grand blond danois va être le premier à se mettre en évidence, son alter ego savoyard ne va pas mettre longtemps à lui aussi mettre les artilleurs adverses au supplice. Le grand Cyril Dumoulin va être l’instigateur de la révolte du CSH après un douloureux début de match. Dans tous les secteurs, le portier savoyard va faire parler son talent. Il n’en faudra pas plus pour que Laurent Busselier, Grégoire Detrez et Bertrand Roiné en profite pour se lancer dans la bagarre à leur tour. Mais malgré une entrée plus que remarquable de Benjamin Massot Pellet sur la seconde période, malgré l’énergie des Florian Botti, Baptiste Calandre Chambéry va lâcher la grande bataille dans les derniers instants du match. Dommage, comme face à Hambourg, il y avait la place pour une belle victoire dans l’ET 2009. Il faut que tout cela se mette en place, car nul doute que le potentiel pour inquiéter des formations de fort calibre européen et bel et bien là.
François DASRIAUX

 

MONTPELLIER 39   –  RN LÖWEN 28

Mi-temps 18-16. 4 500 spectateurs environ. Arbitres : MM. Dentz et Reibel. Sortis pour deux minutes : Accambray, Salou et Hmam à Montpellier ; Gensheimer, Roggisch (2x) et Groetzki à RN Lowen. MONTPELLIER : Karaboué (1ere-30e, 4 arrêts) et Stojinovic (31e- 60e, 7 arrêts) au but. Tej 2, Accambray 4, Joli 7, Di Panda, Salou, Guigou 7 (2 pen), Honrubia 3, Juricek 2, N. Karabatic 4, Kavticnik 5 (1 pen), Bojinovic 2, Hmam 3. RHEIN NECKAR LÖWEN : Fritz (tout le match, 11 arrêts) et Szmal au but. Gensheimer 9 (2 pen), Roggisch, Prieto 4, Harbok 3, Bielecki 4, Stefansson, Muller 3, Klimovets, Myrhol, Alvanos, Sigurdsson 2, Groetzki 3.
MONTPELLIER REÇU MENTION TRÈS BIEN
En rencontrant les Allemands de Rhein Neckar Lowën, Montpellier savait qu’il allait passer un gros examen de passage face à celui que tout le monde annonce comme une des terreurs du championnat allemand. Et pour tout dire, cet examen de passage, les hommes de Patrice Canayer l’ont réussi haut la main en écrasant Mannheim de 11 buts ! Pourtant étonnamment cela ne s’est pas fait en mettant d’entrée de match toutes les stars sur le parquet du Rhenus. Restaient sur le banc héraultais, Nikola Karabatic, Michael Guigou, Jan Sobol. Cela ne troublai pourtant guère la sérénité d’un groupe invaincu depuis le début de la préparation. Et si Rhein Neckar Lowën arrivait à faire front avec toute la puissance de feu à sa disposition, un jeu d’attaque placée un peu lent et surtout une incapacité à bloquer les montée de balles du MAHB laissaient largement à penser que tôt ou tard la supériorité des champions de France dans le jeu paierait. Tranquillement, sans vraiment forcer, mais en restant terriblement appliqués en attaque et solides en défense, les joueurs de Patrice Canayer creusaient le trou en fin de première période. Si les Allemands avaient encore l’impression d’exister par à coup, cela n’allait pas durer. En trouvant un Neboja Stojinovic des grands jours face à eux, ils allaient bloquer en attaque et dans le même temps, Michael Guigou et Florent Joli allait offrir un vrai show aux 4 000 spectateurs du Rhenus. Dépités, débités et décimés, les adversaires du MAHB devaient se rendre à l’évidence, ce groupe est imprenable en cette fin août. Hambourg a assisté à la démonstration, et un allemand prévenu pourrait en valoir deux. Mais cela sera-t-il encore suffisant ?
François DASRIAUX

 


Dimanche 23 Aout 2009

Finale

MONTPELLIER 26  – HAMBOURG 30

Mi-temps 13-14. Arbitres : MM. Dentz et Reibel. 5 500 spectateurs environ. MONTPELLIER : Karaboué (1e r e -48e , 9 arrêts) et Stojinovic (49e -60e , 1 arrêt) au but. Tej 2, Accambray 2, F. Joli 1, Sobol 1, Salou, Guigou 7 (3 pen), Juricek 2, N. Karabatic 8, L. Karabatic, Kavticnik 3, Bojinovic, Hmam. HAMBOURG : Bitter (tout le match, 17 arrêts) et Sandström au but. Jansen, Schröder 2, Lackovic 7, Flohr, Vori 2, Ginders, G. Gille 2, Grundsten, Lindberg 8 (3 pen), K. Lijewski 6, M. Lijewski 3, Schliedermann.

La finale rêvée, celle mettant aux prises Montpellier et Hambourg, a tenu toutes ses promesses. Le 16e EuroTournoi s’est achevé en apothéose, hier dans un Rhenus plein comme un oeuf, par le premier succès à Strasbourg de la formation allemande.
Si l’histoire se décidait à se répéter, on pourrait bien retrouver Montpellier et Hambourg en finale de la Ligue des champions en fin de saison. La France, l’Islande et l’Espagne, toutes trois présentes l’année dernière, ne sont-elles pas montées sur le podium des Jeux de Pékin quelques semaines après être passées par l’EuroTournoi ? On ne sait si l’histoire se répétera. On sait, en revanche, que retrouver les deux formations ayant régalé le Rhenus se disputer le leadership européen dans quelques mois n’aurait rien de scandaleux.
Bitter – Karaboué, duel au sommet
C’est, en effet, deux superbes équipes qui se sont expliquées hier en fin d’après-midi. Deux poids lourds qui joueront forcément les tous premiers rôles, dans leurs championnats respectifs comme au niveau européen, cette saison. Deux grosses cylindrées donc, qui se livrèrent un duel sans concession, les Allemands ne faisant la différence qu’en toute fin de rencontre (26-26 à la 56e, 30-26 pour finir). Tout ça commença par un superbe duel à distance que se livrèrent Bitter et Karaboué. Dans ce mano a manolà, c’est cependant le gardien allemand, auteur au final de 17 arrêts, qui s’en sortit le mieux. Montpellier mena le plus clair du temps en première période c’est vrai, mais, porté par son dernier rempart, par Lackovic et Martin Lijewski aussi, Hambourg termina plus fort, atteignant la pause avec un petit but de mieux (13-14).
Les Allemands meilleurs gestionnaires
Bitter toujours, Lindberg avec lui, firent un moment craindre le pire à la faveur d’un 0-4 pas prévu au programme (15-18 à la 36e)… auquel Montpellier répondit, dans la foulée, par un 5-0 un peu plus apprécié (21-19 à la 43e). Ce fut ensuite un beau chassé croisé entre deux équipes prenant l’une après l’autre l’avantage. Tout ça jusqu’à la 56e’ et une dernière égalisation à 26-26 signée Nikola Karabatic. Une supériorité numérique mal négociée, un penalty raté par Michaël Guigou (fallait bien qu’il rate quelque chose durant ces trois jours…) firent les affaires d’Allemands meilleurs gestionnaires. Le 0-4 final, dans ces conditions, ne signifie pas grand chose si ce n’est que ce Hambourg, avec Bertrand Gille, Hens et Velyky en plus, s’annonce redoutable. Mais ça devrait vraiment le faire aussi pour Montpellier (qui a perdu là sa… 6e finale à Strasbourg !), privé durant ces quatre jours de Hammed, son seul véritable arrière gaucher de métier.
Moscou 3e
C’est Moscou, pardon l’équipe nationale de Russie, qui est montée sur la troisième marche du podium. Longtemps devant (Silkeborg mit 25 minutes avant de prendre l’avantage à 10-11), les joueurs de Vladimir Maksimov, un moment malmenés (13-15 à la pause) firent en définitive parler leur puissance. Jamais les Danois ne se résignèrent, Back et Schmid (sept buts à eux deux après la pause) laissant les leurs devant jusqu’à la 46e’ et un triplé de Ratsvortsev (22-22). C’est Shel’menko, autre beau bébé, qui mit définitivement fin aux espoirs des hommes de Carsten Albrektsen, bonnes surprises de ce tournoi. En tout début d’après-midi, les Rhein Neckar Löwen, transparents la veille face à Montpellier, s’étaient redonnés quelques petites couleurs.
Vivement l’année prochaine !
Face à une formation de Chambéry qui n’utilisa ses joueurs cadres qu’avec parcimonie, les Allemands, rappelons- le demi-finalistes de la Ligue des champions la saison dernière, mirent les choses au point d’entrée de rencontre (4-0 à la 8e). Les jeunes Savoyards, Massot- Pellet en tête, s’accrochèrent durant un peu plus d’une mi-temps (14-17 à la 32e). A force de plier, ils rompirent en fin de rencontre, victimes du savoir faire des Muller, Myrhol ou Gensheimer, le meilleur buteur d’un tournoi une fois de plus superbement organisé et qui a, de nouveau, atteint les sommets. Vivement l’année prochaine !
A.V. 

 

Finale 3-4

MOSCOU 30 – SILKEBORG 28

Mi-temps 13-15. Arbitres : MM. Buy et Pichon. 4 500 spectateurs environ. Sortis pour deux minutes : Skopintsev, Chernoivanov (2x), et Kamanin à Moscou ; Olsen et Madsen (2x) à Silkeborg. MOSCOU : Grams (1e r e -30e , 4 arrêts) et Budko (31e -60e , 10 arrêts) au but. Filipov 3, Yatsukov, Aslanyan, Kovalev 4, Skopintsev 1, Chernoivanov 1, Shel’menko 7, Rastvortsev 3, Zotov, Kamanin, Shishkarev, Kashrin, Chipurin 3, Dibirov 1, Starhyk 1, Ivanov 6 (5 pen). SILKEBORG : Prost (1e r e -42e , 16 arrêts) et Persson (43e -60e , 3 arrêts) au but. Dragicevic 7, N. Nielsen 1, M. Nielsen 3, Olsen, Schmid 8 (2 pen), Kirkegaard, Toudhal, Madsen, Back 5, Jeppesen 2, Kristiansen 2, Kreutzmann.

 

Finale 5-6

RN LÖWEN 35 – CHAMBÉRY 26

Mi-temps 16-12. Arbitres : MM. Bounouara et Sami. 2 500 spectateurs environ. Sortis pour deux minutes : Roggisch (2x), Prieto (2x), Harbok, Bielecki, Stefansson et Myrhol à RN Löwen ; Barachet (2x), B. Gille, Calandre, N’Diaye et Massot-Pellet à Chambéry. RN LÖWEN : Szmal (tout le match, 12 arrêts) et Fritz au but. Gensheimer 9 (2 pen), Roggisch 2, Prieto 2, Harbok 5, Bielecki 3, Stefansson 2, Müller 4, Klimovets, Myrhol 4, Alvanos, Sigurdsson 2, Groetzki 2. CHAMBÉRY : Robin (1e r e -30e , 6 arrêts) et Dumoulin (31e -60e , 4 arrêts) au but. Busselier 3, Botti 2, Barachet 2, Nocar 1 pen, Roiné, Marroux 2 (1 pen), B. Gille 5, Calandre 2, N’Diaye 3, Massot- Pellet 4, Palma, Detrez, G. Joli 2.

Peut-on faire mieux ?
c’est la question que posait François Dasriaux de Handzone.net dans l’EuroMag N°56 du jeudi 20 Aout 2009

“Les 2° et 3° de la Bundesliga, les 1° et 2° de la LNH, le premier de la ligue russe et le grand ambitieux de la ligue danoise, voilà en quelques mots le plateau royal de l’EuroTournoi 2009. Pendant 4 jours, le gratin européen va fouler le parquet du Rhenus donnant encore une fois un lustre majestueux à ce tournoi qui au fil des saisons devient de plus en plus mythique. La saison dernière, il était question de tournoi préolympique qui en accueillant la France, l’Islande et l’Espagne, avait trouvé le tiercé gagnant des JO de Pékin. Cette saison qu’en sera-t-il pour les participants à l’ET09 ? On peu sans trop s’avancer prédire un avenir national radieux pour ces équipes et sans doute une bonne dose d’optimisme pour leur parcours européen. Et pour mettre une belle grosse cerise sur ce gâteau déjà pantagruélique, le retour de Nikola Karabatic sur les terres de son enfance sera certainement à goûter sans modération.”